Alerte Info

Le Journal des OPA dresse un premier bilan au 1er semestre 2017. Avec trente opérations financières sur les six premiers mois de l’année, dont vingt-cinq sous la forme d’OPA ou d’OPE, 2017 s’annonce comme un excellent millésime dans la mesure où la moyenne annuelle des offres publiques portant sur les valeurs d’Euronext Paris est inférieure à quarante depuis 2009. Et ce, d’autant que le marché a dû composer avec les nombreuses incertitudes entourant l’élection présidentielle et les élections législatives qui encouragent généralement à l’attentisme.

Comme l’an dernier, aucun secteur n’échappe au mouvement de concentration, dicté par la recherche de la taille critique ou de nouveaux relais de croissance et favorisé par des conditions de refinancement extrêmement favorables : de la production de caoutchouc (SIPH) aux services à la personne (A2micile Europe), en passant par la communication (Havas) et l’édition de jeux sociaux (IsCool). Néanmoins, les secteurs de l’immobilier (Paref, Eurosic) et des services informatiques au sens large (DL Software, Business & Decision, Cegid Group) continuent d’être des terrains fertiles.

A noter que tous les segments de la cote sont concernés, puisque l’on dénombre sept offres sur le compartiment A (Areva, Christian Dior, Havas, Fimalac, Zodiac Aerospace, CIC, Eurosic), où figurent les poids lourds de la cote, treize sur le B, cinq sur le C et cinq sur Euronext Growth, nouvelle dénomination d’Alternext. En revanche, aucune bataille boursière n’a vu le jour sur cette partie de l’année.

Alors que le marché a refranchi les 5 000 points dès le mois de mars pour toucher son meilleur niveau depuis neuf ans, on pouvait penser que les primes offertes allaient se réduire. En réalité, il n’en est rien, puisque la prime moyenne immédiate sur les trente opérations du 1er semestre ressort à 25% et celle calculée sur la moyenne des cours des trois derniers mois avant l’annonce de l’opération s’élève à 34,7% (calculée sur 22 offres). Pour ce qui concerne les extrêmes, on notera les décotes, allant de 3% à 14%, relevées sur Areva, Tessi, Business & Decision, Baccarat et SES Imagotag ; à l’inverse, les minoritaires ont pu bénéficier de primes élevées sur Euro Disney (+66,7%), Blue Solutions (+75,2%), IsCool (+97,4%) et le CIC (+78,1%).

Les compléments de prix continuent de fleurir. Pour DL Software, un complément de prix de 1 € sera versé à tous les actionnaires ayant apporté leurs titres à l’offre dans l’hypothèse où DL Invest franchirait les seuils de 95% du capital et des droits de vote dans les douze mois à venir. Par ailleurs, si, dans un délai de 15 mois à compter du 16 juin 2017, Finapertel cède le contrôle de CCA International, la société s’engage à verser un complément de prix aux actionnaires égal à la différence entre le prix de cession d’une action, calculé à périmètre constant, et 6,25 €.

Attention, ces paiements différés – liés à la résolution d’un litige, à une plus-value ultérieure ou à un taux de réussite de l’offre – ne sont distribués qu’aux seuls actionnaires ayant apporté leurs actions à l’offre publique. Si les titres ont été cédés sur le marché, aucun complément ne sera distribué aux vendeurs.

A l’inverse, dans son offre révisée, faisant suite à l’avertissement sur les résultats de Zodiac Aerospace, Safran propose désormais d’acquérir chaque action Zodiac au prix de 25 € (contre 29,47 € initialement) ou, dans le cadre de l’offre d’échange plafonnée, de recevoir des actions de préférence Safran, inaliénables sur trois ans, à raison d’une parité comprise entre 0,3 et 0,332 action Safran pour une action Zodiac.

Voici dans le détail la liste des offres publiques, avec le nom des sociétés cibles, leur marché de cotation, leurs activités, les prix et primes offertes par les acquéreurs, ainsi que le nom des établissements présentateurs et des experts indépendants. A cet égard, BNP Paribas tire son épingle du jeu, en étant présente dans sept opérations (Salvepar, Euro Disney, Gaumont, Blue Solutions, Fimalac, PCAS, CIC), comme le cabinet Finexsi désigné comme expert indépendant dans le cadre de cinq offres publiques (Areva, Euro Disney, Christian Dior, Futuren, CIC).

Bilan OPA 1er semestre 2017