Lu dans la presse

Air France-KLM ne craint pas pour son indépendance. « Delta et China Eastern n’auront chacune que 10 % du capital et un seul siège au conseil d’administration. Même avec le droit de vote double dont elles bénéficieront dans deux ans, chacune n’aura pas plus de 14 % des voix », explique Jean-Marc Janaillac, PDG de la compagnie aérienne, dans un grand entretien au journal Les Echos. Ajoutant : « Elles ne pourront pas agir de concert et elles ne pourront pas, non plus, augmenter leur participation avant cinq ans. Enfin, la réglementation européenne interdit à des non-Européens de contrôler une compagnie aérienne européenne. Il n’y a donc aucune atteinte à l’indépendance d’Air France-KLM ».