Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Une OPA simplifiée (Malteries Franco-Belges), une OPA volontaire (Tradedoubler), une OPR (GFI Informatique), une scission (PSB Industries) et la confirmation que Natixis ne lancera pas d’offre sur Ingenico : la semaine a été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

Malteries Franco-Belges : OPA simplifiée à 600 € l’action. Malteries Soufflet, qui détient déjà 92,01% du capital et 94,71% des droits de vote de cette société spécialisée dans la transformation d’orge en malt, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 600 €. Ce prix fait ressortir une prime de 22,4% sur le dernier cours moyen pondéré avant le dépôt du projet d’offre et une prime de 18,4% par rapport à la moyenne pondérée des 60 dernières séances. Il valorise la société 298 millions d’euros. Si les conditions sont réunies, Malteries Soufflet se réserve le droit de mettre en œuvre une procédure de retrait obligatoire. Sous réserve du feu vert de l’AMF, l’offre devrait se dérouler du 30 novembre au 13 décembre 2018.

Reworld Media lance une OPA volontaire sur Tradedoubler. Sans surprise, le groupe français propriétaire de marques média (Marie France, Be, Le Journal de la Maison, Maison & Travaux, Gourmand, Auto Moto, Télé Magazine…), qui détient à ce jour 29,95% de ce spécialiste du marketing digital, propose d’acquérir les actions au prix unitaire de 3,17 couronnes suédoises. Ce prix fait ressortir une décote de 27,6% sur le cours du 7 novembre 2018 sur le Nasdaq Stockholm, dernière séance avant l’annonce de l’offre, et une décote de 10,2% par rapport à la moyenne pondérée sur 60 séances avant cette date. Si les conditions sont réunies, la société a l’intention de mettre en œuvre une procédure de retrait obligatoire. La période d’acceptation devrait se dérouler du 13 novembre au 11 décembre 2018.

GFI Informatique : Mannai Corporation a déposé son OPR. Le groupe qatari, qui détient déjà 96,60% du capital, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 10,50 €. Ce prix fait ressortir une prime de 30% sur le cours du 25 septembre 2018, dernière séance avant l’annonce du projet d’offre, et une prime de 29,6% par rapport à la moyenne pondérée sur une période de 2 mois avant cette date. L’initiateur a demandé à l’AMF de procéder au retrait obligatoire dès la clôture de l’OPR, quel qu’en soit le résultat. Sous réserve du feu vert de l’Autorité de régulation, l’offre devrait se dérouler du 29 novembre au 12 décembre 2018.

PSB Industries : scission et cotation de sa filiale Baikowski à l’horizon de la fin décembre. Le conseil d’administration, réuni le 5 novembre 2018, a décidé de proposer à l’assemblée générale, convoquée pour le 20 décembre 2018, de distribuer les actions de sa filiale Baikowski, spécialisée dans la chimie de spécialité, à l’ensemble de ses actionnaires. En cas d’accord, cette distribution exceptionnelle sera réalisée à hauteur de 1 action Baikowski pour 1 action PSB Industries. Le conseil d’administration de PSB Industries a retenu pour cette distribution une valeur des capitaux propres de Baikowski de 51,8 millions d’euros.

Les résultats

NH Hotel : Minor International (MINT) réussit son OPA. Le groupe thaïlandais d’hôtellerie, de restauration et de commerce de détail a mené à bien son offre publique d’achat sur les actions du groupe espagnol, propriétaire de 382 hôtels à travers le monde. Au total, 187.289.383 actions NH Hotel Group, représentant 47,8% des titres en circulation, ont ainsi été apportées à l’offre. Avec la participation détenue avant le lancement de l’offre, MINT a porté son contrôle à 94,1% dans NH Hotel pour un investissement total de 2 327 millions d’euros.

Changements de tours de table

Adux : précisions sur les intentions de cession d’actions à Azerion. Ce dernier a confirmé son intérêt pour se porter acquéreur dans les prochains jours de 100 000 actions auprès de Cyril Zimmermann et de 100 000 actions auprès de Mickaël Ferreira, soit ensemble 6,41% du capital et 5,78% des droits de vote théoriques du spécialiste de la publicité digitale à un prix de 4,2 € par action. La répartition du capital d’Adux, après l’acquisition de ces titres et avant augmentation de capital annoncée le 31 octobre 2018, sera la suivante : Azerion (16,53%), Cyril Zimmermann (7,83%), Mickaël Ferreira (3,53%), actions auto détenues (2,79%), flottant (69,32%).

A savoir

Edenred acquiert Corporate Spending Innovations. Le leader des solutions transactionnelles au service des entreprises, des salariés et des commerçants, a conclu un accord portant sur l’acquisition de CSI, l’un des tout premiers fournisseurs de solutions automatisées pour le paiement inter-entreprises en Amérique du Nord pour un montant d’environ 600 millions de dollars. En intégrant cette fintech bien établie, en forte croissance et rentable, Edenred est désormais bien positionné pour saisir les nombreuses opportunités qu’offre le marché du paiement inter-entreprises nord-américain, en pleine transition digitale, explique Edenred.

Société Générale cède Euro Bank. La banque au logo rouge et noir annonce avoir conclu un accord pour la cession de sa filiale de banque de détail polonaise Euro Bank à Bank Millennium. La finalisation de la transaction est attendue au cours du premier semestre 2019, sous réserve d’obtention des autorisations des autorités bancaires et de la concurrence compétentes. Une fois finalisée, cette opération conduira à une réduction d’environ 2 milliards d’euros des encours pondérés du Groupe et au total à une amélioration du ratio Core Tier 1 du Groupe d’environ 8 bps.

SSII : des pratiques anti-concurrentielles dans le viseur. Les services d’instruction de l’Autorité de la concurrence ont procédé jeudi, après autorisation d’un juge des libertés et de la détention, à des opérations de visite et saisie inopinées auprès d’entreprises et d’organismes suspectés d’avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans les secteurs de l’ingénierie et du conseil en technologies, des services informatiques ainsi que de l’édition de logiciels. « A ce stade, ces interventions ne préjugent bien évidemment pas de la culpabilité des entreprises et organismes concernés par les pratiques présumées, que seule une instruction au fond permettra le cas échéant d’établir », tient à souligner l’Autorité.

Des votes fantômes en assemblées générales ! C’est une petite bombe que lance le site indépendant de défense des actionnaires Minoritaires.com. Des erreurs en série ont émaillé les résultats des votes communiqués aux actionnaires après les assemblées générales du printemps 2018. Au terme d’une enquête très fouillée, le résultat est accablant : « une quarantaine de grands émetteurs cotés sur Euronext Paris auraient indiqué des scores faux pendant et après les AG ». Chez 22 sociétés du CAC40 et du SBF120, les émetteurs ont inséré des rectificatifs. « Les erreurs ont trait aux quorum et/ou aux scores des résolutions présentées au vote des actionnaires. Le tout porte sur des paquets d’actions, mal enregistrées, en plus ou en moins, représentant une contrevaleur de 12 milliards d’euros ». Pour consulter l’enquête de Minoritaires.com.

Les points sur les i

Natixis n’envisage pas d’OPA sur Ingenico. A l’occasion de la publication de ses résultats sur les neuf premiers mois de l’année, la banque de financement, de gestion et de services financiers du groupe BPCE a indiqué qu’elle pourrait investir jusqu’à 2,5 milliards d’euros sur la période 2018-2020 (environ 0,4 Md€ déjà investis). Ces investissements porteraient prioritairement sur les métiers de gestion d’actifs et de fortune, secondairement sur les paiements, afin de prendre part au mouvement de consolidation de l’industrie. Suite au communiqué de presse publié le 11 octobre 2018, Natixis « reconfirme ne pas envisager une OPA sur Ingenico ». Sur la semaine, l’action Ingenico reste stable à 66,02 €, mais cède 24,1% depuis le 1er janvier.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end de détente et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés