Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Une OPA amicale (Direct Energie), un projet de fusion (Foncière des Régions/ Beni Stabili), des offres non sollicitées (Shire, Eletropaulo), un mariage qui prend l’eau (Hammerson/ Intu Properties) et des bruits de marché, démentis (Bouygues) ou confirmés (Artprice) : la semaine a été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

Direct Energie : OPA en vue de Total au prix de 42 € par action. Total a signé un accord avec les principaux actionnaires de Direct Energie (Impala, AMS Industries, Luxempart, Lov Group Invest, EBM Trirhena…) portant sur un projet d’acquisition de 74,33% de son capital, soit un prix global de 1,4 milliard d’euros. Une fois cette acquisition réalisée, Total déposera auprès de l’AMF une offre publique obligatoire portant sur les titres Direct Energie au même prix par action de 42 €, dividende de 0,35 € détaché, faisant ressortir une prime de 30% par rapport au cours de clôture du 17 avril 2018. La réalisation de l’acquisition des blocs devrait avoir lieu au 3e trimestre 2018 et le projet d’OPA sera déposé immédiatement après.

Foncière des Régions veut fusionner avec Beni Stabili. Foncière des Régions et Beni Stabili, sa filiale à 52,4%, leader de l’immobilier de bureaux à Milan, ont entamé des discussions relatives à un projet de fusion sur la base d’une parité de 8,5 actions Foncière des Régions pour 1.000 actions Beni Stabili (post détachement des dividendes 2017). La parité envisagée se traduirait par une prime de près de 8% sur la parité implicite des cours moyens pondérés des volumes sur 3 mois, au 19 avril 2018. Selon l’avancement des discussions, la fusion pourrait être réalisée d’ici la fin 2018. Foncière des Régions consoliderait ainsi son statut d’opérateur immobilier européen intégré avec 1,7 milliard d’euros (PdG) d’actifs supplémentaires.

Shire : Takeda Pharmaceutical améliore les termes de son offre. Après le rejet de sa dernière proposition, la plus grande entreprise pharmaceutique japonaise fait une nouvelle proposition améliorée au conseil d’administration du groupe britannique. Takeda propose désormais d’acquérir chaque action Shire pour une contrepartie de 47 £, comprenant 21 £ en espèces et 26 £ en actions nouvelles Takeda. Ce qui fait ressortir une augmentation de 7% par rapport à la proposition initiale de 44 £, faite le 29 mars 2018, et une prime de 57,7% sur le cours de clôture de Shire (29,81 £), le 23 mars 2018, dernière séance avant les rumeurs d’un éventuel intérêt de Takeda.

Eletropaulo : Enel améliore les conditions de son offre. La filiale du géant italien de l’énergie, Enel Sudeste, a modifié les modalités de son OPA pour acquérir la société de distribution d’électricité brésilienne Eletropaulo Metropolitana Eletricidade de São Paulo, renforçant ainsi son engagement, sous réserve de la réussite de l’offre, de soutenir une augmentation de capital d’au moins 1,5 milliard de reais brésiliens (355 millions d’euros). Ce montant s’ajoute à l’investissement dans le cadre de l’offre, qui devrait atteindre 4,7 milliards de reais (soit 1,1 milliard d’euros). L’offre a été lancée par Enel Sudeste, le 17 avril 2018, au prix de 28 reais par action et est conditionnée par l’acquisition d’un nombre d’actions représentant plus de 50% du capital. Selon Bloomberg, Iberdrola serait également sur les rangs pour faire une contre-offre.

Les offres en cours

En France

Vexim : l’OPR se termine lundi 23 avril 2018. Stryker France MM Holdings, qui détient au moins 95,48% du capital de ce spécialiste de la microchirurgie innovante du dos, s’engage à acquérir au prix de 20 € par action la totalité des actions non détenues, représentant 4,52% du capital. Le prix par action fait ressortir une prime de 29,4% sur le cours du 23 octobre 2017, dernier jour avant l’annonce de l’opération initiale. Le retrait obligatoire interviendra le 24 avril 2018.

A l’étranger

Hammerson ne croit plus au rapprochement avec Intu Properties. Le 6 décembre 2017, suite à un accord, le groupe britannique d’immobilier commercial avait annoncé l’acquisition de son concurrent pour un montant de 3,4 milliards de livres. Mais le conseil d’administration de Hammerson considère désormais que l’acquisition proposée d’Intu n’est plus dans l’intérêt des actionnaires et annonce qu’il retire sa recommandation de voter en faveur de l’acquisition d’Intu. Selon le conseil, « les risques accrus associés à l’acquisition d’Intu l’emportent sur les avantages à long terme auxquels on peut s’attendre par rapport à d’autres options stratégiques ouvertes à la société ». L’offre de Hammerson deviendra caduque si ses actionnaires n’approuvent pas l’acquisition lors de la prochaine assemblée générale.

A savoir

Rothschild & Co : David va céder les rênes à son fils Alexandre. Le groupe de conseil financier a annoncé que David de Rothschild rejoindra, sous réserve du vote y afférent, le conseil de surveillance de Rothschild & Co lors de la prochaine assemblée générale, le 17 mai 2018. Alexandre de Rothschild sera nommé président exécutif de Rothschild & Co Gestion, Gérant de Rothschild & Co. Une fois David de Rothschild nommé, il succédera à Eric de Rothschild comme président du conseil de surveillance, sous réserve de sa désignation par les membres du conseil. Il sera proposé au conseil de surveillance de nommer Eric de Rothschild et Adam Keswick en qualité de vice-présidents de ce même conseil.

Oddo BHF a finalisé l’acquisition d’ACG Capital.  L’opération avait été annoncée fin août 2017 et faisait suite à l’entrée en négociation exclusive avec ACG dans le but de racheter sa filiale. Fondée en 1998, ACG Capital est l’une des plus anciennes sociétés de gestion indépendantes spécialisée en gestion de fonds de fonds primaire ou secondaire en private equity (investissement dans le non coté), principalement en Europe et aux Etats-Unis. En 2013, ACG Capital avait renforcé ses actifs en faisant l’acquisition de 100% du capital de Groupama Private Equity, la filiale de capital-investissement de l’assureur mutualiste.

Lagardère vend une partie de ses titres de presse. Le groupe Lagardère est entré en négociations exclusives avec Czech Media Invest, acteur majeur des médias en République tchèque, en vue de céder ses titres de presse en France, à savoir Elle et ses déclinaisons, y compris les sites Internet de Elle en France, Version Femina, Art & Décoration, Télé 7 Jours et ses déclinaisons, France Dimanche, Ici Paris et Public. Le pôle News (Europe 1, Paris MatchLe Journal du Dimanche), la marque Elle et l’ensemble de ses licences internationales ne sont pas concernés par cette opération.

Bruits de marché

Bouygues dément les rumeurs. Suite à une dépêche publiée par l’agence Bloomberg faisant état de discussion préliminaire en vue d’une éventuelle offre sur les actifs d’Altice en France, Bouygues réitère sa mise au point : « comme tout acteur d’un marché, Bouygues étudie régulièrement les diverses hypothèses d’évolution du secteur des télécoms ; mais à ce jour il n’y a aucune discussion avec un autre opérateur et aucun mandat n’a été délivré à quelque conseil que ce soit ».

Artprice : vers un mariage avec un groupe chinois ? En mars 2018, une rencontre au sommet a eu lieu à Pékin entre les Etats-majors d’Artprice et d’Artron, groupe étatique chinois, révèle le leader mondial des banques de données sur l’Art. Et ce, afin « d’enclencher des accords stratégiques financiers et capitalistiques ». « Le projet de fusion à l’étude des deux groupes sur leurs secteurs donnerait naissance à un niveau jamais atteint dans la maîtrise et la connaissance du marché de l’Art […], indique Artprice. Les présidents respectifs d’Artron et d’Artprice, Wan Jie et Thierry Ehrmann, qui ont exactement le même âge, partagent rigoureusement la même vision du marché de l’Art mondial, ce qui permet aux deux groupes de posséder une capacité à œuvrer de manière extrêmement rapide et sans aucune barrière culturelle ».

A lire

Volatilité : l’AMF publie une étude sur l’épisode observé début février 2018. A la suite de la publication le 2 février dernier d’une statistique de nature à alimenter les anticipations de hausse des taux aux Etats-Unis, les marchés ont connu un épisode de forte hausse de la volatilité. L’étude aborde l’impact éventuel de ces mouvements de marché sur les investisseurs français. Elle analyse ensuite le mécanisme de transmission des chocs de volatilité. Enfin, compte tenu des soupçons ayant porté sur les contrats à terme sur le VIX aux Etats-Unis, elle examine la question des éventuelles manipulations de marché. Pour consulter l’étude de l’AMF (28 pages) :

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un très beau week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés