L'offre du jour

Filae : projet d’OPA de Trudaine Participations à 14 € par action. Trudaine et son actionnaire Geneanet, premier site européen de généalogie, détiennent respectivement 262.643 actions et 446.000 actions Filae, représentant au total 42,95% du capital et 48,07% des droits de vote de Filae. C’est donc en sa qualité de premier actionnaire de Filae, et forte de l’expertise reconnue de Geneanet dans le secteur de la généalogie en ligne, que Trudaine a étudié avec une attention particulière les conditions du projet de rapprochement entre Filae et son concurrent israélien MyHeritage annoncé le 21 janvier 2021.

Après analyse des modalités encore incertaines de ce rapprochement, Trudaine a la conviction que le projet d’OPA qu’elle déposera dans les prochains jours au prix de 14 € par action correspondant à une valorisation de Filae de 23,1 millions d’euros, ainsi que sur les obligations convertibles en actions en circulation pour un prix égal à leur valeur nominale, soit 8 € par OC, est plus intéressant tant pour les actionnaires et les titulaires d’OCA que pour Filae et ses salariés. Voici ses quatre arguments.

• La première alternative de la proposition de MyHeritage, qui reste soumise à des négociations et ne constitue pas une intention ferme de déposer un projet d’OPA, est conditionnée à l’acquisition de 90% du capital et des droits de vote de Filae, pourcentage que MyHeritage et Filae sont d’ores et déjà certaines de ne pas atteindre. Le prix affiché facialement à 15,99 € est donc illusoire, puisque sa condition ne sera jamais réalisée.

• Ce prix de 15,99 € par action fait également ressortir une valorisation et une prise en compte de la trésorerie de Filae qui ne tiennent pas compte du coût des actions auto-détenues qu’il est proposé d’annuler, ni des frais liés à l’opération qui seront supportés par Filae.

• La deuxième alternative, qui est en fait la seule véritable proposition faite aux actionnaires de Filae, consiste à vider Filae de la quasi-intégralité de sa substance, sans soumettre une telle opération à l’approbation de l’assemblée générale des actionnaires ni offrir aux actionnaires une « porte de sortie » par le dépôt d’un projet d’offre publique de retrait, ce que ne manqueront d’ailleurs pas de contester un certain nombre d’actionnaires.

• Elle impose en outre sans raison un coût d’imposition extrêmement élevé à Filae et ses actionnaires. Sur la base d’une valorisation de Filae de 23 millions d’euros indiquée dans le communiqué de Filae, cela ferait ressortir, au mieux, un prix par action de 13,94 € et ce, sans tenir compte du coût d’imposition individuel des actionnaires ni de la quote-part du prix de cession qui est nécessaire à l’exploitation des éventuelles activités restantes de Filae.

Pour toutes ces raisons, Trudaine est convaincue que son projet d’OPA sera accueilli favorablement par les actionnaires ainsi que par la communauté des généalogistes. Les termes et conditions du projet d’OPA restent soumis à la décision de conformité de l’Autorité des marchés financiers.