Lu sur le Web

La fusion d’Air France-KLM avec Alitalia a du plomb dans l’aile. « Au sein du conseil d’administration, une majorité se dégage pour ne pas fusionner avec Alitalia », explique un proche du dossier à La Tribune. « Même les plus optimistes jusqu’ici doutent de l’intérêt d’une fusion », ajoute une source. « Le potentiel du marché italien, notamment du nord, justifie-t-il de prendre le contrôle d’une compagnie frappée par la féroce concurrence du train à grande vitesse, des low-cost, d’Emirates ? », s’interroge le site.  Surtout, s’ajoute l’épineux problème de la dette. « Si Air France-KLM prend le contrôle d’Alitalia, il récupère un milliard de dettes », expliquent plusieurs sources. « Impensable pour un groupe dont l’objectif est justement de diminuer sa dette de 1,5 milliard d’euros d’ici à 2015 », rappelle La Tribune.