Feu au vert

Bruxelles autorise la concentration entre Praxair et Linde, sous réserve du respect de certaines conditions. A la suite de son enquête approfondie, la Commission européenne a conclu en effet que l’opération envisagée, telle qu’initialement notifiée, aurait sensiblement réduit la concurrence sur plusieurs marchés de l’Espace économique européen (EEE). Pour dissiper les craintes de la Commission en matière de concurrence, Praxair et Linde ont offert les engagements suivants :

  • la cession à un acquéreur approprié de la totalité de l’activité gazière de Praxair dans l’EEE, y compris toutes les entités légales, les actifs et le personnel. Cette cession couvre les gaz industriels, médicaux et à usages spéciaux et l’hélium. Elle couvre aussi les contrats d’approvisionnement en hélium requis pour répondre à la demande dans l’EEE ;
  • le transfert des parts de Praxair dans SIAD, une entreprise commune italienne active en Europe centrale et orientale et en Italie, vers le partenaire actuel de Praxair dans l’entreprise commune, Flow Fin, qui deviendra le propriétaire exclusif de SIAD ;
  • la cession des contrats d’approvisionnement supplémentaires en hélium, en plus de ceux nécessaires pour répondre à la demande dans l’EEE, vers un ou plusieurs acquéreurs appropriés. Le volume total d’approvisionnement en hélium cédé permettra ainsi de répondre aux inquiétudes en matière de concurrence au niveau mondial.

Sur cette base, la Commission considère que l’opération envisagée, telle que modifiée par les engagements, ne posera plus de problèmes de concurrence et fera en sorte que la concurrence soit préservée sur les marchés européens du gaz dans l’intérêt des consommateurs européens.

« Les gaz tels que l’oxygène et l’hélium sont des matières premières essentielles pour bon nombre des produits dont nous avons besoin et que nous utilisons dans notre vie quotidienne. Ainsi, l’oxygène industriel est utilisé en grandes quantités pour produire de l’acier. Et les hôpitaux ont besoin d’oxygène médical pour leurs patients et d’hélium pour l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Il existe très peu de sociétés dans le monde capables de fournir tous ces gaz. Avec cette décision, nous faisons en sorte que la fusion entre Praxair et Linde n’engendre pas une concentration accrue en Europe et que les clients continuent à bénéficier de la concurrence sur ces marchés », a déclaré Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence.