Etudes et recherche

En 2019, 40 deals ont été empêchés par les autorités antitrusts dans le monde, soit 11 de plus qu’en 2018, selon le rapport du cabinet d’avocats d’affaires Allen & Overy. Le recul de l’activité mondiale de fusions et acquisitions de 10% par rapport à 2018 n’a toutefois pas empêché la mise en place de méga-deals, avec une hausse de 4% de la valeur des transactions de plus de 10 milliards de dollars.

Et pourtant, les autorités de la concurrence ont été très actives : en 2019, elles ont réaffirmé leur volonté d’intervention avec plus de 40 transactions interdites ou abandonnées et 143 qui ont fait l’objet d’un remède. La Commission européenne a notamment été particulièrement interventionniste, avec le blocage de 3 accords, dont la fusion Alstom-Siemens. C’est ce que révèle le rapport « Global Trends in Merger Control Enforcement » publié par Allen & Overy, qui repose sur l’analyse de 26 juridictions dans le monde.

En résumé :

• 20 fusions ont été interdites et 20 ont été abandonnées.

• 144,6 millions d’euros d’amendes ont été infligées pour non-respect des procédures de contrôle des concentrations.

• Les secteurs les plus touchés sont l’Industrie et la Manufacture (23%), les Technologies, les Médias et les Télécoms (19%) et les biens de consommation et la vente aux détails (13%).

• 143 opérations ont fait l’objet de remèdes, 58% de tous les cas de recours impliquaient un élément comportemental, soit seul, soit en combinaison avec un désinvestissement.

• 76% des transactions évaluées à plus d’un milliard de dollars ont été soumises à des approbations réglementaires.