Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Le marché continue sur sa lancée avec une nouvelle salve d’OPA (Electro Power Systems en France, Bioverativ, Yoox Net-A-Porter, Juno Therapeutics, Validus Holdings, voire SHL Telemedicine, à l’étranger). La semaine a donc été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

En France

Electro Power Systems (EPS) : OPA en vue d’Engie à 9,50 €. Engie a signé un contrat portant sur l’acquisition d’un peu plus de 50% du capital d’EPS auprès de ses principaux actionnaires. La transaction, réalisée à 9,50 € par action, devrait intervenir au 1er trimestre 2018. Ce prix fait ressortir une décote de 16,7% sur la base du dernier cours avant l’annonce (11,40 €), qui affichait une hausse de 60,6% sur les six derniers mois, et valorise cette entreprise, spécialisée dans les solutions de stockage d’énergie et les microgrids, 80,2 millions d’euros. Cette prise de contrôle sera suivie du dépôt d’une OPA simplifiée au même prix. A noter que le groupe Engie a l’intention de maintenir la cotation des actions EPS à l’issue de l’offre.

A l’étranger

Sanofi va acquérir Bioverativ pour 11,6 milliards de dollars. Les deux entreprises ont conclu un accord définitif en vertu duquel Sanofi se portera acquéreur de la totalité des actions au prix unitaire de 105 $, soit une prime de 64% par rapport au cours du 19 janvier 2018. L’acquisition de cette société de biotechnologies spécialisée dans les traitements contre l’hémophilie permettra à Sanofi « de renforcer sa présence en médecine de spécialités et son leadership dans les maladies rares », explique Sanofi. A l’issue de l’offre, une filiale du groupe français fusionnera avec Bioverativ et toutes les actions qui n’auront pas été apportées à l’OPA seront converties en un droit à recevoir 105 $. L’offre devrait débuter en février 2018.

Richemont lance une OPA amicale sur Yoox Net-A-Porter (YNAP). La Compagnie Financière suisse, propriétaire de nombreuses marques de luxe (Cartier, Montblanc, Piaget, Van Cleef & Arpels, etc.) a annoncé son intention de lancer une offre en espèces sur le distributeur de vêtements de luxe en ligne afin de renforcer ses positions sur Internet. Richemont propose d’acquérir toutes les actions ordinaires qu’il ne détient pas, représentant 75,03% des titres en circulation, au prix unitaire de 38 euros (la Compagnie détient également des actions B sans droit de vote pour environ un quart du capital). Ce prix fait apparaître une prime de 25,6% sur le dernier cours à Milan avant l’annonce et valorise YNAP 5,2 milliards d’euros.

Celgene s’offre Juno Therapeutics. Le laboratoire pharmaceutique américain, qui détenait déjà une participation de 9,7%, lance une OPA amicale sur le solde des actions de Juno Therapeutics, avec l’appui des deux conseils d’administration. Celgene propose d’acquérir chaque action au prix de 87 $, soit une prime de 28,3% sur le dernier cours coté sur le Nasdaq, qui était déjà en hausse de 245% sur un an. A ce niveau, cette société spécialisée dans l’immunothérapie (les traitements visant à mobiliser les défenses immunitaires du patient contre sa maladie), créée il y a seulement cinq ans, est valorisée environ 9 milliards de dollars. Sous réserve des conditions usuelles, la transaction devrait être finalisée à la fin du 1er trimestre 2018.

AIG acquiert Validus Holdings pour 5,56 milliards de dollars. American International Group, l’un des leaders mondiaux de l’assurance et la compagnie américaine la plus implantée en Europe, lance une OPA amicale sur le réassureur Validus afin de renforcer ses positions dans l’assurance dommages. AIG propose d’acquérir chaque action au prix de 68 $, ce qui extériorise une prime de 45,5% sur le dernier cours avant l’annonce. L’opération, recommandée par le conseil d’administration de Validus, devrait avoir un impact positif sur les résultats dès la première année pleine, estime AIG, qui financera l’acquisition avec sa trésorerie.

Les opérations en cours

Foncière des Murs absorbe FDM Management SAS. Les actionnaires des deux sociétés, réunis le 24 janvier en assemblées générales, ont approuvé la fusion-absorption par FDM de FDM Management SAS, dans les conditions prévues par le traité de fusion conclu le 20 octobre 2017. La fusion est réalisée sur la base d’une parité de fusion de 9 actions FDM pour 29 actions FDM Management SAS. Cette opération permet à FDM de conforter son statut de leader de l’investissement hôtelier en Europe, avec un patrimoine global proche de 5 milliards d’euros.

Traqueur : l’OPA rouverte se termine lundi 29 janvier 2018. Coyote System, qui a porté son contrôle de 48,84% à 66,22% dans le capital de cette société spécialisée dans les produits de localisation de véhicules volés, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 1,50 €. Ce prix fait ressortir une prime de 30,4% par rapport au cours de clôture de l’action Traqueur au 5 mai 2017. A noter que l’initiateur n’envisage pas de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Dalenys : les actions bientôt radiées d’Euronext Bruxelles et Paris. A la suite de l’offre publique au prix de 9 € par action et de 1,43 € par warrant, Natixis a porté sa participation de 54,26% à 97,6% dans le capital de l’ex-Rentabiliweb. Détenant au moins 95% des actions, Natixis a décidé de lancer une offre de reprise simplifiée, du 5 au 23 février 2018, afin d’acquérir le solde des actions et des warrants qui n’ont pas encore été acquis. A l’expiration de cette offre de reprise, les actions Dalenys seront automatiquement radiées d’Euronext Brussels et Paris.

Les résultats

IGE+XAO : Schneider Electric Industries réussit son offre. A la clôture de l’OPA au prix de 132 €, qui s’est déroulée jusqu’au 22 janvier 2018, cette filiale de Schneider Electric a acquis 882.194 actions, représentant 61,79% du capital de l’éditeur de logiciels de CAO. Avec les 125.431 actions auto-détenues, ce pourcentage de détention passe à 70,57%, soit au-dessus du seuil de renonciation, qui avait été fixé aux deux tiers du capital plus une action. L’offre a donc une suite positive.

Astellia : Exfo réussit également son offre, mais sans pouvoir mettre en œuvre un retrait obligatoire. A l’issue de son OPA au prix de 10 € par action, le groupe canadien, qui détenait avant l’offre 33,07% des actions, a porté sa participation à 88,39% dans le capital de cette société spécialisée dans l’analyse de la performance des réseaux mobiles. La condition minimale requise – à savoir l’obtention d’au moins 50% du capital ou des droits de vote d’Astellia – est satisfaite. L’offre a donc une suite positive.

Bruits de marché

Clariant : Sabic devient le premier actionnaire. Le groupe chimique saoudien Saudi Basic Industries Corp (Sabic) a acquis la participation de 24,99% détenue par l’investisseur activiste White Tale Holdings, lui permettant de devenir le principal actionnaire du groupe suisse, spécialisé dans la chimie de spécialités. Clariant prend acte de cette acquisition et « a l’intention d’engager une discussion avec Sabic dans les prochaines semaines afin d’examiner cette nouvelle situation et d’explorer les moyens de créer de la valeur », déclare Clariant. Pour  rappel, White Tale avait contribué à faire échec à la fusion de Clariant avec l’américain Huntsman.

SHL Telemedicine (SHLTN) très recherchée à la Bourse suisse. L’action de cette société israélienne, spécialisée dans la télémédecine, a bondi de 25% à 7,78 francs suisses, portant sa capitalisation à 84,6 millions. A l’origine de cette flambée, on trouve une décision de la Commission des OPA, l’équivalent suisse de l’AMF. Suite à une plainte déposée notamment par le fondateur de la société, la COPA a décidé d’obliger un groupe d’actionnaires (Mengke Cai, Xiang Xu, Himalaya TMT Fund, Himalaya Asset Management et Kun Shen) de lancer une OPA, compte tenu de la position accumulée et de l’action qualifiée de concert entre ces actionnaires. L’offre doit être déposée dans un délai de deux mois au prix minimal de 8,70 francs suisses.

EuropaCorp répond aux rumeurs de marché. La société prend de nouveau acte des commentaires plus ou moins contradictoires de la presse concernant notamment la poursuite de sa restructuration. A cet égard, le studio fondé par Luc Besson confirme avoir entamé des discussions avec divers partenaires financiers et/ou industriels en vue d’un renforcement de ses capacités financières. « Ces discussions sont en cours et se prolongeront le temps nécessaire, la structure d’un accord éventuel n’est pas arrêtée et aucun partenaire potentiel ne bénéficie à ce stade d’une exclusivité ».

A lire

Euronext : sa stratégie dans le nouvel environnement de marchés.  « L’échec de la fusion Deutsche Börse-LSE a révélé les difficultés à mettre en œuvre de grandes fusions dans un contexte de Brexit. Le projet Euronext est différent. Il est ouvert aux Bourses européennes qui sont désireuses de participer à une entreprise commerciale privée et performante, dans un modèle fédéral dont la devise est, comme l’Union européenne, « Unis dans la diversité » », explique Stéphane Boujnah, président du directoire et directeur général d’Euronext, dans un grand entretien aux Echos. Pour consulter l’entretien des Echos : https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0301189519220-stephane-boujnah-la-dette-francaise-est-une-bombe-a-retardement-2148135.php

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un magnifique week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés