Les points sur les i

OPA de Capgemini sur Altran : Elliott estime que « le prix de l’offre est désormais encore moins attractif ». Les fonds conseillés par Elliott Advisors (UK) Limited, qui détiennent collectivement un intérêt économique dans Altran Technologies représentant près de 14% de son capital, publient ce 8 janvier 2020 une lettre détaillant leurs préoccupations concernant l’offre de Capgemini sur Altran.

Elliott estime que les événements récents confortent son intention actuelle de ne pas apporter à une offre qui ne reflète pas la vraie valeur d’Altran. La lettre ouverte d’Elliott aux actionnaires présente les points clés suivants :

  • « L’offre de Capgemini est inappropriée. L’offre actuelle est le résultat d’un processus déficient, ponctué d’une série de défaillances en matière de gouvernance d’entreprise. Nous considérons que le prix de 14 € par action ne reflète pas la juste valeur d’Altran et nécessite que les actionnaires renoncent à près de la totalité du potentiel de création de valeur lié au rapprochement entre Capgemini et Altran ».
  • « L’offre est désormais encore moins attractive : la prime implicite diminue. Les marchés actions ont crû depuis l’annonce de l’offre en juin, cependant le prix de l’offre est resté inchangé. Selon le consensus de « break price » des analystes, la prime offerte aux actionnaires aujourd’hui n’est que de 7%, un montant nettement inférieur aux 38% qui ont été offerts dans des transactions précédentes comparables. En outre, des actionnaires et acteurs du marché significatifs ont exprimé un sentiment de plus en plus négatif à l’égard du prix de l’offre ».
  • « Davantage d’options pour participer à la création de valeur ; moins de raisons d’apporter à l’offre initiale. Pour Elliott, il n’y a aucune raison convaincante d’apporter à l’offre immédiatement compte tenu du potentiel de hausse à moyen terme des actions d’Altran en tant qu’entité indépendante si l’offre échoue comparé au prix insuffisant de l’offre, et du potentiel de création de valeur supplémentaire lié aux synergies du rapprochement pour les actionnaires qui resteront minoritaires aux côtés de Capgemini en cas de succès de l’offre. De plus, en cas de succès de l’offre, les engagements pris par Capgemini de rouvrir ou de redéposer l’offre suite à la décision de la cour d’appel de Paris en mars créent en principe une optionalité additionnelle pour les actionnaires d’Altran ».

Elliott continue à vivement encourager Capgemini à reconnaître la véritable valeur de ce rapprochement structurant. Elliott est convaincu qu’un prix équitable serait avantageux pour l’ensemble des actionnaires, et éviterait de nouvelles incertitudes et retards d’intégration. Dans l’intervalle, Elliott estime que tous les actionnaires d’Altran doivent être bien informés des options qui s’offrent à eux, en particulier au regard des engagements pris par Capgemini en cas de succès de l’offre.