Lu sur le Web

« La conjoncture se prête peu à une vague d’OPA en Europe ». Avec la faiblesse des taux d’intérêt, « le contexte pourrait paraître propice aux opérations de fusion-acquisition », indique lefigaro.fr. Pourtant, le marché européen n’est guère actif, observe Standard & Poor’s, avec un repli de 51 % des volumes à 49,2 milliards de dollars, entre le 1er janvier 2013 et la mi-mars. L’explication ? Elle est à « rechercher dans le contexte économique, bien moins porteur, ajoute lefigaro.fr, S & P prévoyant pour sa part une contraction de 0,5 % du PIB dans la zone euro (suivie d’un rebond limité en 2014), une conjoncture qui incite les entreprises à la prudence ».