Etudes et recherche

Une fusion-acquisition réussie dope les performances environnementales de l’entreprise. C’est la conclusion d’une nouvelle étude du Centre de recherche pour les fusions-acquisitions de la Cass Business School. Les chercheurs se sont basés sur un échantillon d’opérations d’acquisition de sociétés américaines cotées en Bourse, issu de la Securities Data Company (SDC) de Thomson Reuters.  L’échantillon comprenait des opérations réalisées entre 1996 et 2013, d’une valeur transactionnelle supérieure à 1 million de dollars et qui ont impliqué un changement de direction.Voici les principaux enseignements de cette étude :

  • Avant l’annonce de la transaction, l’acquérant possède en moyenne un standard environnemental plus élevé que celui de la cible de l’acquisition.
  • D’une manière générale, une fois l’opération réalisée, on constate une amélioration des performances de l’acquérant, par rapport au standard relevé avant l’opération.
  • Les meilleures performances financières réalisées par l’acquérant après une opération contribuent à une évolution positive des scores environnementaux, ce qui démontre l’importance de posséder des ressources économiques pour pouvoir prendre des engagements relatifs à l’environnement.
  • Les acquérants ayant déjà effectué des opérations de fusions-acquisitions par le passé ont une meilleure capacité à gérer et améliorer les performances environnementales de l’entreprise après la réalisation de l’opération d’acquisition.

Selon Zhenyi Huang, la chercheuse et l’auteur principal de cette étude, le rapport est publié dans le contexte d’une prise de conscience grandissante de l’importance des problèmes environnementaux, tels que le changement et le réchauffement climatique ou la pollution. C’est pourquoi l’étude a une signification importante pour les entreprises impliquées dans des opérations de fusions-acquisitions.

Pour en savoir plus sur l’étude de la Cass Business School.