Verbatim

Eutelsat s’engage dans l’orbite basse en investissant dans OneWeb. L’opérateur de satellites a conclu un accord avec OneWeb portant sur une prise de participation à hauteur d’environ 24%, devenant ainsi l’un des principaux actionnaires de la société aux côtés du gouvernement britannique et de Bharti Global. Eutelsat investira 550 millions de dollars dans OneWeb, avec une finalisation de l’opération attendue au second semestre 2021, sous réserve des autorisations réglementaires.

Ayant d’ores et déjà déployé une bonne partie de son réseau mondial, la constellation OneWeb opèrera 648 satellites en orbite basse offrant une faible latence. Cette première génération de satellites assurera, d’ici fin 2021, une couverture de certaines régions qui sera étendue à l’ensemble du globe l’année suivante. Il s’agira de la première constellation entièrement non géostationnaire dotée d’une couverture véritablement mondiale, disposant d’un temps d’avance considérable sur les projets concurrents.

Le chiffre d’affaires annuel de OneWeb devrait être de l’ordre du milliard de dollars dans les trois à cinq ans qui suivront le déploiement complet de la constellation, avec une stratégie de distribution indirecte basée sur des partenariats et accompagnée d’une rentabilité élevée. L’investissement d’Eutelsat permet à OneWeb d’être quasi intégralement financé et OneWeb est bien avancé pour sécuriser le financement restant dans le courant de l’année.

L’investissement sera financé à 100 % par la liquidité disponible d’Eutelsat (1,9 milliard d’euros à fin mars 2021) et par le produit de 507 millions de dollars lié à la libération d’une partie de la bande C aux Etats-Unis. Cette prise de participation, qui sera consolidée par mise en équivalence, est conforme aux critères financiers exigés par Eutelsat et ne modifie pas ses objectifs financiers qui sont intégralement confirmés, en particulier l’objectif d’un ratio d’endettement net sur Ebitda d’environ 3 fois à moyen terme et le maintien de la notation de crédit de qualité Investissement. La politique de distribution d’un dividende stable à progressif est également réitérée.