Bouygues a finalisé l’acquisition d’Equans

Le prix final d’acquisition des titres Equans s’établit à 6,1 milliards d’euros. Après prise en compte de la dette nette d’Equans, l’incidence sur l’endettement net de Bouygues est de 6,5 milliards d’euros (dont 130 millions d’euros versés à Engie le 12 mai 2022 à la signature du contrat d’acquisition)

Cette opération permet à Bouygues de devenir un leader mondial sur le marché porteur des services multi-techniques dont les activités sont au cœur des transitions environnementale, industrielle et numérique. Elles offrent notamment des solutions d’optimisation de la consommation énergétique, un enjeu d’autant plus stratégique dans le contexte actuel.

Constitué d’Equans et du pôle Energies & Services de Bouygues, le nouvel ensemble représentera environ 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Par cette opération, le chiffre d’affaires total du groupe Bouygues est porté de 38 milliards d’euros à près de 51 milliards d’euros.

Boostheat : la date limite de dépôt des offres fixée au 25 octobre 2022

Le 1er septembre 2022, le spécialiste des chaudières à gaz innovantes annonçait l’ouverture d’une pré-pack cession. Cette procédure avait été mise en place pour offrir un cadre juridique adapté à une cession préparée (totale ou partielle) des actifs et des activités de la société. Une date limite de dépôt des offres de reprise avait été fixée au 28 septembre 2022. Boostheat informe qu’elle a reçu plusieurs marques d’intérêts.

Afin de laisser le temps aux repreneurs potentiels de concrétiser leurs marques d’intérêts et également de pouvoir en recueillir de nouvelles, Éric Lambert, directeur général de Boostheat, a saisi le Tribunal de Commerce de Lyon pour demander l’ouverture d’une procédure de sauvegarde volontaire de l’entreprise, qui a été acceptée le 4 octobre 2022. Une nouvelle date limite de dépôt des offres a été fixée au 25 octobre 2022 à midi. Dans ce contexte, Boostheat maintient la suspension de la cotation de ses actions.

RTL Group a décidé de conserver sa participation majoritaire dans le Groupe M6

Cette décision fait suite à un examen des options stratégiques après que RTL Group a reçu plusieurs offres financièrement intéressantes pour sa participation de 48,3% dans le Groupe M6, comme il est précisé. RTL Group considère que les risques et incertitudes juridiques sont trop élevés, en raison des processus d’approbation requis des autorités antitrust et du calendrier du prochain renouvellement de la licence de la chaîne principale M6. RTL Group a donc décidé de ne pas vendre ou de réduire sa participation de 48,3% dans Groupe M6. RTL Group reste néanmoins convaincu que la consolidation du marché est nécessaire pour concurrencer les plateformes technologiques mondiales et que celle-ci se produira tôt ou tard sur les marchés européens de la télévision.

OL Groupe : la date de rachat est fixée au 21 octobre 2022

Eagle Football Holdings, société contrôlée par M. John Textor, Pathé, IDG, Holnest et OL Groupe se sont entendus, par voie d’avenants à leurs accords, sur le 21 octobre 2022 comme nouvelle date pour la réalisation de l’opération. Ce délai supplémentaire sera utilisé pour finaliser la documentation juridique. Par suite, Eagle Football déposera, pour le compte du concert formé avec Holnest, une OPA sur les actions et Osranes non encore détenues par le concert au prix de 3 € par action et 265,57 € par Osrane.

Theradiag nomme un expert indépendant

Pour faire suite à l’OPA de Biosynex, le conseil d’administration de Theradiag a désigné le cabinet Crowe HAF, représenté par MM. Olivier Grivillers et Maxime Hazim, en qualité d’expert indépendant chargé d’établir un rapport sur le caractère équitable des conditions financières de l’offre. Pour rappel, Biosynex, premier actionnaire de Theradiag à hauteur de 25,07%, a déposé un projet d’OPA afin de créer à terme un champion français du monitoring des biothérapies. Le prix envisagé est de 2,30 € par action, soit une prime de 58,62% sur le cours du 22 septembre 2022 et une prime de 43,79% et sur la moyenne des 60 dernières séances..

Saint-Gobain : feu vert à l’acquisition de GCP Applied Technologies

Saint-Gobain : feu vert à l’acquisition de GCP Applied Technologies. Le groupe français de matériaux de construction a obtenu les autorisations des autorités compétentes de la concurrence pour l’acquisition de GCP Applied Technologies, leader mondial de la chimie de la construction. Ce projet d’acquisition avait été annoncé le 6 décembre 2021. L’opération sera finalisée le 27 septembre 2022. GCP sera retiré de la cote du New York Stock Exchange.

Avec environ 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires généré en 2021 par 1 800 employés opérant sur 50 sites de production dans 38 pays, GCP Applied Technologies apporte une plateforme mondiale dans les additifs pour ciment, adjuvants pour béton, et solutions pour les infrastructures, le commercial et la construction résidentielle.

L’activité matériaux de construction de spécialités en Amérique du Nord (environ 250 millions de dollars de chiffre d’affaires) sera intégrée au sein de l’activité de CertainTeed qui sert les clients locaux de sa Région. Les autres activités, principalement les adjuvants pour béton et additifs pour ciment (environ 750 millions de dollars de chiffre d’affaires), seront intégrées à Chryso et feront partie du segment des Solutions de Haute Performance.

FDJ en négociation exclusive pour acquérir le groupe ZEturf

FDJ en négociation exclusive pour acquérir le groupe ZEturf. Fondé en 2001, le groupe ZEturf est présent sur les paris hippiques en ligne ainsi que sur les paris sportifs en ligne sous la marque ZEbet. Avec une centaine de collaborateurs, ZEturf a enregistré en 2021 des mises de près de 800 millions d’euros, dont plus de 100 millions d’euros en B2B. Les paris hippiques en ligne représentent plus de 50% des mises B2C du Groupe, ce qui le positionne comme le 2e opérateur sur ce segment en France, avec une part de marché de l’ordre de 20%. ZEturf est également présent sur les marchés néerlandais, belge et espagnol.

Ce projet d’acquisition s’inscrit dans la stratégie du groupe FDJ de renforcer sa présence sur le marché français des jeux en ligne ouverts à la concurrence, notamment dans les activités dans lesquelles il n’est pas aujourd’hui présent, les paris hippiques et le poker. La finalisation de cette transaction sera soumise à l’autorisation des autorités compétentes.

Engie cède une partie de sa participation dans GTT

Engie lance la cession d’environ 2,2 millions d’actions de Gaztransport & Technigaz (GTT), représentant environ 6% du capital, dans le cadre d’un placement privé auprès d’investisseurs institutionnels. Cette cession s’inscrit pour Engie dans le cadre de son programme ciblé de désengagement d’activités non-stratégiques et de participations minoritaires. À l’issue de l’opération, et en cas d’échange de l’intégralité des obligations échangeables en actions ordinaires GTT émises par Engie en juin 2021, la participation d’Engie au capital de GTT serait réduite à environ 5%. Engie s’est engagé à ce que les actions résiduelles détenues fassent l’objet d’un engagement de conservation d’une durée de 1 an.


Stellantis rachète pour 923 millions d’euros de ses propres actions à General Motors

Stellantis et General Motors Holding, une filiale de General Motors (GM) ont signé un accord de rachat de titres portant sur les 69,1 millions d’actions ordinaires de Stellantis, représentant environ 2,2% du capital de Stellantis (sur une base diluée), que GM est en droit de souscrire à l’exercice des bons de souscription d’actions (BSA) initialement émis par Peugeot S.A. (PSA) au profit de GM en 2017.

À l’exercice des BSA, Stellantis délivrera également à GM environ 1,2 million d’actions ordinaires de Faurecia et un montant global en numéraire d’environ 130 millions d’euros représentant les droits à dividendes payés par PSA et Stellantis. L’émission et le rachat des actions Stellantis interviendront tous deux le 15 septembre. Le prix d’acquisition payé par Stellantis pour les actions ordinaires s’élèvera, au total, à 923 millions d’euros.

Safran en négociations avec Thales en vue d’acquérir son activité de systèmes électriques aéronautiques

Acteur de la conversion électrique, cette activité est également présente dans la génération de puissance et des moteurs électriques pour le secteur de l’aéronautique civile et militaire. L’activité de systèmes électriques aéronautiques de Thales emploie près de 600 collaborateurs et a réalisé en 2021 un chiffre d’affaires de 124 millions d’euros.

Ce projet d’acquisition comprend, en France, les sociétés Thales Avionics Electrical Systems et Thales Avionics Electrical Motors, implantées sur les sites de Chatou (78), Meru (60), et Conflans-Ste Honorine (78), ainsi que les activités de support, de maintenance et de production pour les équipements électriques aéronautiques implantées à Orlando (Etats-Unis) et à Singapour.

Par ce projet d’acquisition, Safran Electrical & Power a pour objectif de poursuivre sa stratégie d’équipementier positionné sur toute la chaîne électrique. Les activités de conversion électrique seraient à ce titre un apport significatif au portefeuille d’activités de Safran qui pourra ainsi continuer à se développer en matière de génération électrique, notamment dans le domaine de la défense et des hélicoptères.

Pour Thales, ce projet de cession s’inscrit dans la stratégie du groupe visant à se recentrer sur ses cœurs de métier dans les domaines de l’aérospatial, défense et sécurité, identité et sécurité numérique.

Casino : vers une distribution des actions Grupo Éxito aux actionnaires de GPA

Le conseil d’administration de GPA, filiale du groupe Casino, a annoncé envisager la distribution d’environ 83% du capital de Grupo Éxito à ses actionnaires et la conservation d’une participation minoritaire d’environ 13% qui pourrait être cédée ultérieurement. Le conseil d’administration de Casino s’est réuni le 5 septembre et a approuvé le principe du projet de séparation de GPA et Grupo Éxito afin d’extérioriser la pleine valeur de Grupo Éxito.

La distribution des actions Grupo Éxito aux actionnaires de GPA prendrait la forme de BDR (Brazilian Depository Receipts) et d’ADR (American Depository Receipts), en cohérence avec la structure actionnariale de GPA. Sous réserve de la finalisation des analyses et de l’obtention des autorisations nécessaires, la remise des actions Grupo Éxito aux actionnaires de GPA interviendrait au cours du premier semestre 2023.

A l’issue de l’opération, le groupe Casino détiendrait des participations en Amérique latine dans trois actifs cotés distincts : Assaí et GPA au Brésil, tous deux détenus à hauteur de 41%, et Grupo Éxito en Colombie, avec une détention directe de 34%, et une détention indirecte via la participation minoritaire de 13% de GPA.

Schlumberger, Aker Solutions et Subsea 7 forment une coentreprise dans les services sous-marins

Dans le détail, le géant des services pétroliers fusionnera ses activités dans ce secteur avec celles d’Aker Solutions, tandis que Subsea 7 prendra une part dans la nouvelle entité. En plus d’apporter ses activités sous-marines à cette joint-venture, Schlumberger émettra des actions, en faveur d’Aker Solutions, d’une valeur de 306,5 millions de dollars dans le cadre d’un placement privé.

Parallèlement, Subsea 7 rachètera sa participation de 10% en échange de 306,5 millions à Aker Solutions. La coentreprise émettra également un billet à ordre à Aker Solutions pour 87,5 millions de dollars. En définitive, Aker Solutions recevra 700 millions de dollars en numéraire et en actions.

A la clôture de la joint-venture, Schlumberger détiendra 70% de la future entité, Aker Solutions 20% et Subsea 7 les 10% restants, ont déclaré les groupes dans un communiqué commun. La transaction est soumise aux approbations réglementaires et aux conditions de clôture habituelles et devrait être finalisée au second semestre 2023.

Ramsay Santé fait le point sur l’offre de KKR

Le 16 août 2022, Ramsay Health Care Limited a publié un communiqué indiquant qu’il avait reçu un nouveau courrier de la part du consortium l’informant que ce dernier retirait son offre indicative initiale visant l’acquisition de 100% du capital de Ramsay Health Care Limited en numéraire et ne sollicitait plus d’accès à l’information non-publique de Ramsay Santé.

Ces communiqués indiquent que le consortium a proposé une structure alternative à Ramsay Health Care Limited aux termes de laquelle les actionnaires de Ramsay Health Care Limited recevraient, pour leurs 5.000 premières actions, un prix en numéraire de 88 dollars australiens par action et, au-delà des 5.000 premières actions, un prix en numéraire de 78,20 dollars australiens et environ 0,22 action de Ramsay Générale de Santé, par action Ramsay Health Care Limited.

Les communiqués de Ramsay Health Care Limited précisent également que cette proposition alternative a été considérée par le conseil d’administration de Ramsay Health Care Limited significativement inférieure à l’offre indicative initiale et qu’il a décidé de ne pas poursuivre les discussions relatives à cette proposition alternative. Ramsay Health Care Limited indique enfin rester ouvert à la discussion avec le consortium afin de déterminer si ce dernier peut soumettre une offre améliorée engageante qui puisse être recommandée par son conseil d’administration.

Ramsay Générale de Santé fait le point sur l’offre indicative reçue par Ramsay Health Care

Ramsay Générale de Santé fait le point sur l’offre indicative reçue par Ramsay Health Care. Le 20 avril 2022, Ramsay Générale de Santé avait indiqué prendre note du communiqué publié par Ramsay Health Care, son actionnaire de référence australien coté au Sydney Stock Exchange. Celui-ci confirmait qu’il avait reçu une offre indicative non-liante et conditionnelle de la part d’un consortium d’investisseurs financiers mené par KKR en vue de l’acquisition de 100% du capital de Ramsay Health Care.

Le 25 août 2022, Ramsay Health Care a publié un nouveau communiqué indiquant que le consortium poursuivait l’étude de cette opération et avait confirmé les termes de son offre indicative. Celle-ci demeure néanmoins encore soumise à certaines conditions, incluant notamment la finalisation d’audits relatifs à Ramsay Health Care et l’accès à des informations non-publiques concernant Ramsay Générale de Santé. Le conseil d’administration de Ramsay Générale de Santé a sollicité de la part du consortium des informations usuelles en la matière afin d’évaluer la demande qui lui a été faite d’accéder à ces informations non publiques.

Novartis va se séparer de Sandoz et l’introduire à Zurich

A la suite d’un examen stratégique, « une séparation de Sandoz par le biais d’une scission à 100% est dans le meilleur intérêt des actionnaires, créant ainsi la première société européenne de génériques et un leader mondial des biosimilaires », a conclu Novartis. Cette scission permettrait aux actionnaires de Novartis de participer pleinement à la future croissance potentielle de Sandoz et de Novartis Innovative Medicines. Sandoz devrait être constituée en Suisse et être cotée à la SIX Swiss Exchange, avec un programme d’American Depositary Receipt aux États-Unis. La transaction devrait être neutre sur le plan fiscal pour Novartis et reste soumise aux conditions du marché, à l’approbation du conseil d’administration et à celle des actionnaires, avec une finalisation prévue au deuxième semestre 2023. En 2019, Novartis s’était déjà séparé d’Alcon, spécialisée dans les produits ophtalmologiques, en l’introduisant en Bourse.

Graines Voltz simplifie son organisation

Le conseil d’administration du distributeur de semences et de jeunes plants de fleurs et de légumes, qui s’est tenu le 22 août, a décidé de procéder à une opération de restructuration interne. La société Ball Ducrettet SAS, acquise auprès du groupe Ball Horticultural Company par la société Graines Voltz SA le 21 juillet 2009 et détenue à 100% depuis cette date, sera fusionnée en date du 30 septembre 2022 avec la société Graines Voltz SA. Cette opération se traduira par un allègement des coûts de gestion administrative et assurera la cohérence de l’organisation opérationnelle et juridique du groupe, est-il précisé. Cette fusion n’aura aucune incidence sur les comptes consolidés et l’activité du groupe.

Bluelinea désigne Finexsi en qualité d’expert indépendant

Le cabinet est appelé à se prononcer sur les conditions financières du projet d’OPA simplifiée qui serait déposée par le concert composé des sociétés Apicil Mutuelle et Apicil Prévoyance. Après avoir franchi en hausse le seuil de 50% pour détenir désormais 56,64% du capital de cette société spécialisée dans l’accompagnement à domicile des personnes âgées et en situation de handicap, le concert a indiqué en effet son intention de déposer auprès de l’AMF un projet d’OPA simplifiée visant les actions non détenues au prix de 1,15 € par action.

Ce prix correspond au prix le plus élevé payé par l’initiateur sur une période de douze mois précédant le franchissement de seuil du 15 juillet 2022. Il fait ressortir par ailleurs une prime de 2,2% sur le dernier cours coté sur Euronext Growth avant l’annonce des résultats de l’augmentation de capital et du principe d’une offre, le 15 juillet. A noter que l’initiateur n’a pas l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire.

Eurobio Scientific acquiert Genome Diagnostics

Le groupe français, spécialisé dans le diagnostic médical in vitro et les sciences de la vie, a signé le 17 août 2022 un accord en vue d’acquérir 100% du capital de la société néerlandaise Genome Diagnostics BV (GenDx) auprès de son fondateur et de ses actionnaires pour un montant de 135 millions d’euros. Cette acquisition permettra à Eurobio Scientific de compléter son portefeuille commercial avec une gamme de produits 100% propriétaires. Elle lui permettra également de renforcer son empreinte géographique, principalement en Europe et aux Etats-Unis. Le paiement sera intégralement effectué en numéraire, financé avec la trésorerie et, en partie, par un prêt bancaire d’un total de 90 millions d’euros.

Veolia va céder les activités de déchets de Suez au Royaume-Uni pour 2,4 milliards d’euros

Veolia a signé une promesse unilatérale d’achat par laquelle Macquarie Asset Management s’engage irrévocablement à acquérir 100% du capital de Suez Recycling and Recovery UK Group Holdings, regroupant les activités de déchets de Suez au Royaume-Uni. Le produit de cession pour Veolia représentera environ 2,4 milliards d’euros. La réalisation de cette transaction permet d’apporter une réponse efficace aux principales préoccupations de l’autorité de la concurrence britannique.

Le niveau de valorisation de cette cession, faisant ressortir un multiple de 16,9 fois l’Ebitda 2021 normalisé, s’établit à un niveau nettement supérieur au prix d’acquisition ressortant du prix de l’OPA. Ce niveau de prix permet de cristalliser immédiatement la valeur de l’ensemble des synergies alors envisagées.

Après la cession des remèdes, convenus avec la Commission Européenne, et la signature de l’accord avec Macquarie Asset Management, la quasi-totalité des cessions antitrust aura été finalisée moins d’un an après l’acquisition de Suez et sur la base d’un multiple moyen de 15 fois l’Ebitda 2021, confirmant la très grande attractivité des actifs acquis dans le cadre du rapprochement avec Suez.

L’ensemble de ces cessions, dont le montant représente environ 3,4 milliards d’euros, et en particulier cette dernière opération, permettront de ramener le levier d’endettement du groupe sensiblement en dessous de 3. Elles donneront ainsi à Veolia des capacités d’investissement supplémentaires pour financer une croissance sur des marchés à forte valeur ajoutée.

Veolia va absorber Vigie (ex-Suez SA)

Veolia a signé le traité de fusion relatif à la fusion-absorption de Vigie SA (ex-Suez SA) par Veolia. Cette fusion a pour objectif de simplifier et rationaliser la structure juridique du groupe Veolia. À la suite du large succès de l’OPA initiée par Veolia, qui a permis la mise en œuvre d’un retrait obligatoire le 18 février 2022, Veolia détient, et détiendra jusqu’à la réalisation définitive de la fusion, la totalité des actions représentant la totalité du capital de Vigie SA.

La fusion sera donc réalisée suivant le régime simplifié, sans réunion des assemblées générales de Veolia ou de Vigie SA, sans émission ni échange d’actions Veolia, et sans intervention d’un expert indépendant, d’un commissaire à la fusion ou d’un commissaire aux apports, conformément aux dispositions légales et réglementaires applicables. La réalisation définitive de la fusion est prévue le 31 octobre 2022, et demeure soumise à la réalisation des conditions suspensives stipulées dans le traité de fusion. La fusion aura, d’un point de vue comptable et fiscal, un effet rétroactif au 1er janvier 2022.

Vinci Airports acquiert près de 30% du groupe aéroportuaire mexicain OMA

Vinci Airports a signé le rachat de 29,99% d’OMA (Grupo Aeroportuario del Centro Norte). Cette opération lui permet d’enrichir son portefeuille de 13 aéroports – situés dans le nord et le centre du Mexique – qui ont accueilli 23 millions de passagers en 2019 (18 millions en 2021). Vinci Airports s’implante ainsi dans le 3e pays le plus peuplé du continent américain et dont le trafic au deuxième trimestre 2022 a déjà dépassé son niveau d’avant-crise sanitaire. La durée résiduelle de la concession est de 25 ans et prendra fin en 2048.

A l’issue du bouclage financier de cette acquisition, attendu d’ici la fin de l’année 2022, le réseau de Vinci Airports comprendra plus de 70 aéroports dans 13 pays. Après les acquisitions récentes d’aéroports au Brésil et au Cap Vert, le pôle confirme la poursuite de sa dynamique de développement international et conforte sa place de premier opérateur aéroportuaire privé dans le monde.

Vivendi va étudier la cession d’Editis

A la clôture de l’OPA sur Lagardère, Vivendi détient 57,35% du capital et 48,03% des droits de vote théoriques. Ce résultat définitif ne confère toutefois à Vivendi que 22,78% des droits de vote dans l’attente de l’autorisation de la prise de contrôle de Lagardère par les autorités de concurrence. 22,10 % du capital de Lagardère ont été présentées à la branche subsidiaire de l’OPA. Ces actions recevront autant de droits de cession exerçables au prix de 24,10 euros jusqu’au 15 décembre 2023. Arnaud Lagardère et Vivendi ont exprimé leur volonté de conserver l’intégrité du groupe Lagardère et de lui donner les moyens de se développer.

Pour éviter les problèmes potentiels de concentration avec le groupe Lagardère, Vivendi va étudier un projet de cession de sa filiale Editis dans son intégralité. Vivendi envisage de procéder à cette opération principalement par la distribution d’actions Editis aux actionnaires de Vivendi et leur admission concomitante sur le marché d’Euronext à Paris.

Editis, acquis fin janvier 2019 par Vivendi, est le deuxième acteur français de l’édition, présent sur l’ensemble des segments du marché (littérature, livre de poche, éducation et distribution). Editis a réalisé en 2021 un chiffre d’affaires de 856 millions d’euros et un EBITA de 51 millions d’euros, ses effectifs sont d’environ 2 400 personnes.

Pour pouvoir le cas échéant être mis en œuvre, ce projet devra notamment être accepté par la Commission européenne et faire l’objet des procédures d’information-consultation des instances représentatives du personnel concernées.

Le Groupe Bolloré, actionnaire de référence de Vivendi, devrait céder l’ensemble des actions Editis ainsi reçues de manière à doter Editis d’un noyau actionnarial de référence et stable.

Orange et MasMovil vont fusionner leurs activités en Espagne

À la suite des négociations exclusives entamées le 8 mars 2022, les deux opérateurs télécoms ont signé un accord ferme portant sur le regroupement de leurs activités en Espagne. Ce regroupement prendra la forme d’une co-entreprise à 50-50, co-contrôlée par Orange et MasMovil (Lorca JVCO), qui auront des droits de gouvernance égaux dans cette nouvelle co-entreprise. L’accord entre les deux sociétés comprend le droit, pour chacune des deux parties, de déclencher une introduction en Bourse (IPO) après une période prédéfinie et sous certaines conditions, et prévoit dans un tel scénario, une option d’achat pour Orange lui permettant de prendre le contrôle de l’entité combinée au prix de l’IPO.

La transaction est basée sur une valeur d’entreprise de 18,6 milliards d’euros, dont 7,8 milliards d’euros pour Orange Espagne et 10,9 milliards d’euros pour MasMovil. Cette transaction est soumise à l’approbation des autorités de concurrence et des autorités administratives compétentes. Elle devrait être finalisée au cours du second semestre 2023 au plus tard. Jusqu’à ce que ces approbations et la finalisation de la transaction soient effectives, les deux sociétés continueront d’opérer de manière indépendante.

Carrefour cède sa filiale taïwanaise

Le groupe de distribution a signé un accord portant sur la cession de sa participation de 60% dans Carrefour Taïwan au conglomérat taiwanais Uni-President, son partenaire et coactionnaire de longue date. Cette opération valorise Carrefour Taïwan sur la base d’une valeur d’entreprise de 2 milliards d’euros. En 2021, Carrefour Taïwan a généré un chiffre d’affaires hors taxes de 2,5 milliards d’euros, un Ebitda de 243 millions et un résultat opérationnel courant de 78 millions.

Après la réalisation de l’opération, le groupe Uni-President sera propriétaire de 100% de Carrefour Taïwan. La finalisation de l’opération est soumise à l’autorisation des autorités de la concurrence de Taïwan et autres conditions usuelles. Elle devrait être effective d’ici mi-2023. Après la réalisation de l’acquisition de Grupo BIG au Brésil en juin dernier, cette opération vient compléter le rééquilibrage géographique de Carrefour et renforcer le poids de ses marchés clés en Europe et en Amérique latine.

Albioma : le cas des actionnaires inscrits au nominatif pur

Dans le cadre de l’OPA de KKR, qui se clôturera le 27 juillet 2022, Albioma publie des précisions pour aider dans leurs démarches les actionnaires détenant des actions inscrites au nominatif pur et souhaitant les apporter à l’offre. Seules les actions inscrites « au porteur » ou « au nominatif administré » peuvent être apportées à l’offre. Par conséquent, les actions inscrites au nominatif pur doivent être converties pour pouvoir être apportées à l’offre. Albioma invite les actionnaires concernés qui souhaitent apporter leurs titres à se renseigner dans les plus brefs délais en consultant la rubrique dédiée sur son site web.

La Commission des sanctions de l’AMF a la main lourde

Dans sa décision du 11 juillet 2022, la Commission a infligé des sanctions pécuniaires de, respectivement, 600.000 € à l’encontre de M. Christian Burrus, 200.000 € à l’encontre de chacune des compagnies d’assurance AFI ESCA, AFI ESCA Holding, AFI ESCA IARD, AFI ESCA Luxembourg et de 400.000 € à l’encontre la société de gestion Dôm Finance.

Alors qu’ils agissaient de concert, il leur est reproché d’avoir omis de déclarer les acquisitions réalisées sur les titres April dans le cadre d’une OPA dont cet émetteur était la cible, omis de déclarer leur intention quant à l’apport de leurs titres à l’offre en cours, et omis de déclarer le franchissement du seuil de 5% du capital de cet émetteur.

S’agissant de la société de gestion, il lui est, en outre, reproché d’avoir manqué à son obligation d’agir de façon indépendante.​ Cette décision peut faire l’objet d’un recours.

M6 entre à hauteur de 21,4% au capital de Miliboo

En mars 2019, les deux sociétés avaient signé un partenariat de type « media for equity », afin de soutenir les ambitions de développement de Miliboo. Pendant 3 ans, le Groupe M6 a mis à disposition de Miliboo un volume d’espace publicitaire sur l’ensemble de ses médias (antennes TV, radio et digital) et a été rémunéré en contrepartie par des obligations convertibles en actions Miliboo d’une valeur totale de 3,75 millions d’euros. Le Groupe M6 confirme aujourd’hui sa volonté de poursuivre la collaboration avec Miliboo en devenant un actionnaire de référence et a choisi de convertir en actions de la société l’intégralité de sa créance obligataire (principal et intérêts) au titre des OCA émises en 2019.

Cette opération se traduira par l’émission au profit de M6 Interactions détenteur des OCA de 1.483.213 actions nouvelles Miliboo, ce qui porte à 6.930.904 actions le nombre total d’actions émises. Les actions nouvelles porteront jouissance immédiatement et M6 détient ainsi 21,40% du capital et 17,75% des droits de vote. Cette opération permet de renforcer les capitaux propres de Miliboo et de réduire son endettement de 3,75 millions d’euros.

Lanson-BCC reclasse un bloc d’actions

Le groupe champenois et les actionnaires fondateurs ont procédé le 4 juillet 2022 au rachat de l’intégralité de la participation de Crédit Mutuel Equity, soit 335.500 actions au prix unitaire de 33,05 €, représentant 4,72% du capital. 302.571 actions ont été rachetées par Lanson-BCC au prix unitaire de 33,05 €, soit un montant de 10 millions d’euros. Ces actions sont destinées à être annulées dans un délai maximal de 24 mois. 32.929 actions ont été reprises par les blocs familiaux Paillard, Boizel et Baijot au prix unitaire de 33,05 € pour un montant total de 1,1 million d’euros. Ces transactions feront l’objet d’une déclaration auprès de l’AMF.

Ubisoft retire son projet d’offre de rachat

Compte tenu des conditions actuelles de marché, l’éditeur de jeux vidéo a pris la décision de retirer son projet d’offre de rachat portant sur ses obligations existantes en circulation d’un montant de 500 millions d’euros portant intérêt au taux de 1,289% et venant à échéance le 30 janvier 2023. Cette opération devait permettre à Ubisoft d’allonger la maturité de son profil d’endettement et de diversifier sa base d’investisseurs crédit.

Eurazeo cède le solde de sa participation (51%) dans Trader Interactive

Cette transaction fait suite à l’acquisition par Carsales, en août 2021, de 49% de ce spécialiste des places de marché et fournisseur de services aux concessionnaires pour les véhicules de loisirs et les équipements professionnels. Cet accord valorise Trader Interactive à 1,897 milliard de dollars, soit 25 fois l’Ebitda ajusté 2021, ce qui fait ressortir pour Eurazeo et ses partenaires un multiple de 3,1 fois l’investissement initial. La vente de ces 51% devrait générer environ 350 millions de dollars, dont 238 millions pour Eurazeo.

FIEBM : l’offre publique de retrait est en marche

Par actes authentiques en date du 27 juin 2022, la Financière et Immobilière de l’Etang de Berre et de la Méditerranée a cédé une propriété formant une installation de camping et du fonds de commerce attaché, moyennant un prix global de 20,5 millions d’euros, payé comptant. Cette opération avait été autorisée par l’assemblée générale en date du 7 juin 2022. Constituant la cession du principal des actifs de la société, elle oblige l’actionnaire contrôlant la société à mettre en œuvre une offre publique de retrait. Les conditions financières de cette OPR seront arrêtées ultérieurement et tiendront compte de la cession d’actif intervenue.

TF1 cède les activités Publishers de Unify à Reworld Media

Le Groupe TF1 souhaite se concentrer sur ses activités d’éditeur de contenus, de streaming multicanal et de production. Ayant reçu plusieurs marques d’intérêt, il a considéré l’offre de Reworld Media comme la plus pertinente. Le pôle d’édition numérique en jeu est notamment constitué des marques Marmiton, aufeminin, Doctissimo et Les Numériques. Ces dernières réunissent 25 millions de visiteurs uniques chaque mois et plus de 200 millions de pages vues par an. La réalisation définitive de l’opération reste soumise aux conditions habituelles, en particulier l’autorisation de l’Autorité de la Concurrence.

L’AMF ne badine pas avec les déclarations de franchissements de seuil

L’autorité de régulation a obtenu du Tribunal judiciaire de Paris une injonction à la société Dynamic Treasure Group, établie aux Iles Vierges britanniques, de respecter ses obligations vis-à-vis de la société SMCP (dont elle est actionnaire à hauteur de 16%). Le 30 mai 2022, la vice-présidente du Tribunal judiciaire de Paris a enjoint à la société de procéder aux déclarations de franchissement de seuil et d’intention, dans un délai de sept jours à compter de la signification de son ordonnance. A défaut de respecter l’injonction dans le délai imparti, Dynamic Treasure Group Limited est redevable d’une astreinte de 1.000 € par jour de retard au Trésor public, pendant une période d’un mois.

Cast désigne un expert indépendant

La société spécialisée dans l’analyse, la mesure et la cartographie des logiciels informe que le cabinet Finexsi a été désigné en qualité d’expert indépendant appelé à se prononcer sur les conditions financières du projet d’OPA simplifiée. Les principaux actionnaires de Cast sont en négociation exclusives avec la Financière Da Vinci, une structure contrôlée par Bridgepoint, en vue de l’acquisition d’une participation, représentant 65% du capital, au prix de 7,55 € par action.

En cas de réalisation de la transaction, Financière Da Vinci lancerait une OPA simplifiée au même prix de 7,55 € par action. Ce prix valorise 100% du capital de CAST à 139 millions d’euros (sur une base entièrement diluée). Il extériorise une prime de 27% par rapport au cours du 17 mai 2022 et une prime de 68% par rapport à la moyenne des 90 dernières séances avant cette date.

Un complément de prix de 0,30 € par action serait versé aux actionnaires ayant apporté leurs titres à l’offre dans l’hypothèse où le seuil de mise en œuvre du retrait obligatoire de 90% serait atteint à l’issue de l’OPA simplifiée. Dans ce cas, le prix de 7,85 € ferait ressortir une prime de 32% par rapport au cours du 17 mai 2022 et une prime de 75% par rapport à la moyenne des 90 dernières séances avant cette date.

Valneva : Pfizer entre au capital à hauteur de 8,1%

Le géant américain de la santé investira 90,5 millions d’euros (95 millions de dollars), soit 8,1% du capital de Valneva à un prix de 9,49 € par action, via une augmentation de capital réservée destinée à renforcer le partenariat stratégique conclu entre les deux sociétés sur la maladie de Lyme. L’investissement de Pfizer dans le capital de Valneva devrait être effectif le 22 juin 2022. Valneva prévoit d’utiliser le produit de cet investissement pour financer une partie de sa contribution à la Phase 3 du programme Lyme. Dans le même temps,

Les deux sociétés ont également mis à jour les termes de leur accord de collaboration et de licence qu’ils avaient annoncé le 30 avril 2020. Valneva financera désormais 40% des coûts de la Phase 3, contre 30% dans l’accord initial. Pfizer versera à Valneva des redevances croissantes allant de 14% à 22%, contre des redevances commençant à 19% dans l’accord initial. En outre, les redevances seront complétées par des paiements d’étape pouvant atteindre 100 millions de dollars, payables à Valneva sur la base des ventes cumulées. Les autres paiements liés aux étapes de développement et au début de la commercialisation restent inchangés, soit 168 millions de dollars, dont un paiement de 25 millions de dollars à Valneva lors de l’initiation de la Phase 3 par Pfizer.

Generix Group : le projet d’OPA de Pléiade Investissement bientôt déposé

Generix Group : le projet d’OPA de Pléiade Investissement bientôt déposé. Près de trois semaines après la conclusion d’un protocole d’investissement, New Gen Holding a acquis 13,1% du capital de Generix Group auprès d’actionnaires financiers minoritaires. Cette acquisition fait suite à l’apport d’un bloc de contrôle constitué de l’intégralité des actions Generix Group détenues par Pléiade Investissement, représentant 42,40% du capital, à New Gen Holding. Dès lors, le projet d’OPA sur l’éditeur de logiciels spécialisé devrait être déposé avant le 17 juin prochain. Le prix serait de 9,50 € par action, soit une prime de 33,8% sur le cours du 22 avril 2022. Un complément de prix de 0,50 € est prévu si le seuil de mise en œuvre du retrait obligatoire est atteint.

Atos projette de céder la totalité de sa participation dans Worldline

Celle-ci se compose d’environ 7 millions d’actions représentant environ 2,5% du capital de Worldline, spécialiste des moyens de paiement et du traitement des transactions. La cession va être réalisée dans le cadre d’un placement accéléré auprès d’investisseurs institutionnels avec effet immédiat. A l’issue du placement, Atos ne sera plus actionnaire de Worldline. Les conditions définitives du placement devraient être annoncées au plus tard le 14 juin 2022. Le règlement-livraison devrait avoir lieu le 16 juin 2022.

Atos va concomitamment mettre en place un instrument dérivé avec Goldman Sachs Bank Europe SE dans le but de couvrir son exposition résiduelle à l’action Worldline liée aux obligations échangeables à échéance 2024, émises en 2019. Goldman Sachs Bank Europe SE, en tant que contrepartie de l’instrument dérivé, couvrira sa position en acquérant des actions Worldline dans le cadre du placement, en plaçant un ordre dans le livre d’ordre.

Saint-Gobain se renforce dans la construction durable en Amérique du Nord

Le groupe français a conclu un accord définitif pour l’acquisition de Kaycan, entreprise familiale de production et distribution de matériaux de construction d’extérieur au Canada et aux Etats-Unis, pour un montant de 928 millions de dollars en numéraire. Avec cette acquisition, Saint-Gobain renforce son statut de leader mondial de la construction durable en devenant l’acteur majeur dans les habillages de façade (clins) au Canada et en élargissant son offre de revêtements en vinyle aux Etats-Unis. La réalisation de la transaction est soumise à l’autorisation des autorités de la concurrence et à la satisfaction d’autres conditions d’usage ; elle devrait intervenir d’ici la fin de l’année 2022.

Generix Group : l’OPA de Montefiore Investment se dessine

Pléiade Investissement a procédé le 25 mai à l’apport d’un bloc de contrôle constitué de l’intégralité de ses actions Generix Group, éditeur de logiciels spécialisé, représentant 42,40% du capital (35,48% sur une base pleinement diluée) à New Gen Holding. La transaction, qui reste soumise à l’autorisation de l’Autorité de la concurrence française, pourrait intervenir dans le courant du mois de juin et conduira au dépôt de l’offre publique. Le prix serait de 9,50 € par action, soit une prime de 33,8% sur le cours du 22 avril 2022 et une prime de 27,3% par rapport à la moyenne des 90 dernières séances. Un complément de prix de 0,50 € par action est prévu si le seuil de mise en œuvre du retrait obligatoire était atteint.

Tivoly s’adresse à ses actionnaires

Holding Tivoly (contrôlé par Peugeot Frères Industrie), qui détient à présent 73,12% du capital de ce spécialiste de l’outil coupant, s’engage à acquérir chaque action au prix unitaire de 42,05 €. A quelques jours de l’échéance, la société a souhaité s’adresser à ses actionnaires :

« Chers actionnaires de Tivoly, si vous souhaitez apporter vos actions Tivoly à l’offre publique d’achat simplifiée initiée par Holding Tivoly, vous pouvez le faire jusqu’au 3 juin inclus. Nous souhaitons également vous rappeler que l’offre étant réalisée selon la procédure simplifiée du règlement général de l’Autorité des Marchés Financiers, l’offre ne sera pas réouverte.

Pour rappel, le prix offert de 42,05 € fait notamment ressortir une prime de : 106,1% par rapport au dernier cours de clôture avant l’annonce de l’entrée en négociations exclusives (3 février 2022) ; 111,5% par rapport au cours de clôture sur la moyenne pondérée par les volumes des trois derniers mois précédant cette annonce ; et 105,6% par rapport au cours de clôture sur la moyenne pondérée par les volumes des six derniers mois précédant cette annonce.

Pour apporter à l’offre, vous pouvez soit retourner le formulaire de réponse à l’offre reçu de votre intermédiaire financier (banque, courtier en ligne, etc.), soit directement vendre sur le marché vos actions Tivoly à 42,05 €. »

TotalEnergies acquiert 50% de Clearway

TotalEnergies annonce la signature avec Global Infrastructure Partners (GIP) d’accords pour l’acquisition de 50% de Clearway Energy Group (CEG), le 5e acteur américain des énergies renouvelables. Il s’agit de sa plus grande acquisition dans les énergies renouvelables aux Etats-Unis, l’un des trois principaux marchés renouvelables au monde.

Clearway Energy Group (CEG) est un développeur de projets de fermes renouvelables éoliennes et solaires et détient le contrôle et 42% des droits économiques de sa filiale cotée, Clearway Energy Inc. (CWEN), à laquelle CEG transfère les projets renouvelables lorsqu’ils rentrent en opération.

Dans le cadre de cette transaction, GIP recevra 1,6 milliard de dollars en cash et une participation de 50% moins une action dans la filiale de TotalEnergies qui détient 50,6 % dans SunPower, cotée sur le Nasdaq, leader dans le solaire résidentiel américain. La transaction prend en compte des valorisations de 35,1 $ par action pour Clearway Energy Inc (CWEN) et de 18 $ par action pour SunPower.

Bonduelle veut céder 65% de Bonduelle Americas Long Life

Le spécialiste français des légumes en conserve et surgelés est entré en négociations exclusives avec le Fonds de solidarité FTQ et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), en vue de l’acquisition, à parts égales entre eux, de 65% de Bonduelle Americas Long Life (BALL). Cette transaction se ferait sur la base d’une valeur d’entreprise à 100% de 850 millions de dollars canadiens (environ 625 millions d’euros).

Avec un chiffre d’affaires de 943 millions de dollars canadiens pour l’année 2020-2021, BALL est dédiée à la transformation et la commercialisation de légumes en conserve et en surgelé, aux États-Unis et au Canada, en grande distribution pour le commerce de détail et la restauration, principalement en marque de distributeur, en marques de tiers ainsi qu’avec ses propres marques telles que Arctic Gardens et Del Monte

Ce projet de cession partielle fait suite à la revue stratégique des activités du groupe, annoncée en septembre 2021. La clôture de la transaction pourrait intervenir quelques semaines après le délai requis pour l’information-consultation des instances représentatives du personnel et sous réserve de l’obtention des autorisations des autorités compétentes et de la levée de conditions suspensives usuelles.

Elior Group : Derichebourg va porter sa participation à 19,6%

Le groupe de services à l’environnement a signé un protocole d’accord avec BIM, contrôlée par Sofibim, holding du fondateur d’Elior Group, Robert Zolade et avec Gilles Cojan en vue d’une prise de participation minoritaire au capital d’Elior. Cette opération « représente une réelle opportunité pour Derichebourg d’investir dans un des leaders mondiaux de la restauration collective et des services, jouissant d’un fort potentiel et d’une attractivité éprouvée », explique la société.

Aux termes de cet accord, dont la réalisation définitive interviendra au plus tard le 30 juin prochain, Derichebourg va acquérir 14,7% auprès de BIM et de Gilles Cojan à un prix de 5,65 € par action Elior, assorti d’un complément de prix éventuel pouvant aller jusqu’à 1,35€ par action basé sur l’évolution du cours d’Elior entre le 1er janvier 2023 et le 31 décembre 2024. Derichebourg qui détenait déjà 4,9% verra ainsi sa participation portée à un total de 19,6% du capital d’Elior.

Umanis : l’OPA simplifiée bientôt déposée

Les sociétés ont obtenu les approbations réglementaires en matière de contrôle des concentrations et d’investissements étrangers en France. La réalisation de l’acquisition du bloc, représentant 70,6% du capital d’Umanis au prix de 17,15 € par action, n’est donc plus soumise qu’à la délivrance d’une attestation d’équité par l’expert indépendant. Le dépôt du projet d’OPA simplifiée auprès de l’AMF pourraient intervenir d’ici la fin du mois de mai 2022. Si les conditions sont remplies, CGI a l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire à la clôture de cette offre.

L’acquisition d’Equans par Bouygues se dessine

Bouygues a franchi une nouvelle étape en vue de la création d’un nouveau leader mondial des services multi-techniques. Bouygues a signé en effet avec Engie, le 12 mai 2022, le contrat d’acquisition d’Equans après l’émission de l’ensemble des avis des instances représentatives du personnel concernées d’Equans et d’Engie. La réalisation de l’acquisition d’Equans reste toutefois soumise à la finalisation de la constitution du périmètre d’Equans par Engie et à l’obtention de l’ensemble des autorisations réglementaires en matière de contrôle des concentrations et de contrôle des investissements étrangers. La finalisation de l’opération est attendue au second semestre 2022, conformément au calendrier initial.

Generix Group : un expert indépendant est désigné

Le 22 avril 2022, l’annonce a été faite de l’entrée en négociations exclusives des principaux dirigeants de Generix Group et de Pléiade Investissement avec le fonds Montefiore Investment, en vue de la conclusion d’un protocole d’investissement prévoyant la création d’une société ad hoc (New Gen Holding). Si ce protocole était suivi d’effet, une offre publique d’acquisition serait déposée sur les actions de Generix Group pour un prix unitaire de 9,50 €, assorti d’un complément de prix de 0,50 € en cas de retrait obligatoire.

Dans ce cadre, le conseil de surveillance de Generix Group a décidé de nommer, à l’unanimité de ses membres, et sur la recommandation du comité ad hoc le cabinet Farthouat Finance, représenté par Mme Marie-Ange Farthouat, en qualité d’expert indépendant. Les négociations entre les parties suivent leur cours normal. Les parties informeront le marché de leur évolution et des étapes suivantes du projet.

FIEBM : vers une offre publique de retrait ?

En date du 15 février 2022, la Financière et Immobilière de l’Etang de Berre et de la Méditerranée a signé deux promesses de vente portant sur le fonds de commerce « Camping Lou Souleï » et le foncier correspondant, pour un montant total de 17 millions d’euros. Ces promesses expirent le 19 juillet 2022 et engagent de manière définitive la société sous réserve de la seule levée des conditions suspensives qui y sont stipulées (notamment l’approbation de l’opération par l’assemblée générale) et de la levée de l’option d’achat. Le conseil d’administration a décidé de convoquer les actionnaires en assemblée générale ordinaire le 13 mai 2022, afin de délibérer notamment sur l’autorisation de céder l’actif.

En date du 14 avril 2022, la Financière et Immobilière de l’Etang de Berre et de la Méditerranée a reçu une offre d’achat non sollicitée de la part d’un autre opérateur proposant d’acquérir « l’ensemble du foncier, du fonds de commerce, les droits au bail ainsi que tous les actifs corporels et incorporels » au prix global et forfaitaire de 20,4 millions d’euros (16,8 millions pour le foncier, 3,6 millions pour le fonds de commerce). La société a par ailleurs reçu dans l’intervalle d’autres marques d’intérêts.

Sur demande de M. Julien Alvarez, actionnaire minoritaire de la FIEBM, l’approbation du projet de cession au titre de l’offre a été ajoutée à l’ordre du jour de l’assemblée générale prévue le 13 mai 2022, sous réserve de rejet de la première résolution visant à approuver la cession aux bénéficiaires des promesses. L’actionnaire contrôlant la société souhaite en tout état de cause approuver en assemblée générale l’autorisation de la cession de l’actif faisant l’objet de la promesse.

Dans l’hypothèse où la cession de l’actif serait réalisée, celle-ci constituerait la cession du principal des actifs de la FIEBM et obligerait l’actionnaire contrôlant la société à mettre en œuvre une offre publique de retrait. Les conditions financières de cette OPR seront arrêtées ultérieurement et tiendront compte des cessions d’actifs intervenues.

Veolia : cession des actifs dangereux à Suez

Les deux groupes ont signé un accord en vue de l’acquisition par Suez de l’ensemble des actifs déchets dangereux en France dans le cadre des engagements pris par Veolia auprès de la Commission européenne en matière de concurrence. Ces actifs représentent une valeur d’entreprise de 690 millions d’euros.

L’accord est matérialisé par une promesse unilatérale d’achat devant permettre aux parties de finaliser la transaction ainsi que les consultations des instances représentatives du personnel de Veolia et l’obtention des autorisations réglementaires nécessaires. Sa réalisation s’effectuera dans le respect de l’ensemble des engagements sociaux annoncés par les deux groupes.

Eiffage entre sur le marché des télécoms mobiles

Le groupe de BTP et de concessions, au travers de sa filiale Eiffage Énergie Systèmes, a conclu un accord en vue d’acquérir 70% de Snef Telecom. Filiale de Snef et acteur national de référence sur le marché français des télécommunications mobiles, Snef Telecom a réalisé un chiffre d’affaires de près de 200 millions d’euros en 2021, avec environ 1 000 collaborateurs répartis sur tout le territoire.

Cette acquisition permet à Eiffage Énergie Systèmes d’entrer sur le marché à forte croissance des télécommunications mobiles, porté par le développement des technologies 5G. Elle vient compléter l’offre et les expertises d’Eiffage Énergie Systèmes auprès des acteurs de l’industrie et du tertiaire. La réalisation de cette acquisition devrait intervenir au cours du 2e semestre 2022, sous réserve des conditions usuelles.

Schneider Electric a absorbé IGE+XAO

Les assemblées générales d’IGE+XAO et de Schneider Electric SE, tenues respectivement les 4 et 5 mai 2022, ont approuvé la fusion-absorption d’IGE+XAO par Schneider Electric, sur la base d’une parité d’échange de 5 actions Schneider Electric pour 3 actions IGE+XAO. La fusion-absorption entraînant la dissolution sans liquidation d’IGE+XAO a pris effet ce jour, étant précisé qu’elle sera, sur le plan comptable et fiscal, rétroactive au 1er janvier 2022.

Les nouvelles actions Schneider Electric résultant de la fusion-absorption seront admises aux négociations sur le compartiment A d’Euronext Paris sous le code ISIN FR0000121972 le 10 mai 2022, date à laquelle les actions IGE+XAO auront été radiées d’Euronext Paris.

Dans l’hypothèse où des actionnaires ne seraient pas propriétaires, à ce jour, du nombre d’actions IGE+XAO nécessaire pour obtenir un nombre entier d’actions Schneider Electric, en application de la parité d’échange de la fusion, les intermédiaires financiers concernés cèderont sur le marché Euronext Paris les actions Schneider Electric non attribuées correspondant aux droits formant rompus et répartiront les fonds ainsi obtenus entre les titulaires de droits formant rompus et en proportion de leurs droits, dans un délai de 30 jours à compter du 12 mai 2022.

Akka Technologies : la période d’acceptation prend fin le 11 mai 2022

À la suite de l’offre publique d’achat obligatoire lancée sur les actions Akka Technologies, le Groupe Adecco détient 96,97% des actions et 94,40% des obligations convertibles en circulation. Par conséquent, une offre publique de reprise simplifiée est en cours, dont la période d’acceptation prendra fin le 11 mai 2022. A l’issue de l’offre publique de reprise, Akka Technologies sera automatiquement radiée de la cote. Le conseil d’administration a donc décidé de ne plus publier les informations financières trimestrielles du 1er trimestre 2022.

Unibel : Bel acquiert le solde du capital de MOM

Conformément aux accords conclus les 20 octobre et 15 décembre 2016, Bel a exercé le 20 avril 2022 la promesse de vente consentie par les actionnaires minoritaires du Groupe MOM et a acquis le 29 avril 2022 les 17,44% restant des actions ordinaires. A l’issue de cette opération, Bel détient l’intégralité du capital du Groupe MOM. Cette opération permettra à Bel d’accélérer le développement dans le domaine du snacking sain laitier, fruitier et végétal, accessible à tous, et dans les pays en croissance, notamment aux États-Unis.

Umanis : l’OPA simplifiée de CGI se dessine

Dans le cadre du projet d’acquisition d’Umanis par CGI annoncé le 11 mars 2022, CGI France et Umanis ont signé le contrat d’acquisition portant sur l’intégralité des actions détenues par MURA (contrôlée par M. Laurent Piepszownik) et par M. Olivier Pouligny représentant 70,6% du capital à un prix de 17,15 € par action. Cette signature fait suite aux avis positifs rendus par les instances représentatives du personnel concernées de CGI France et d’Umanis.

La transaction envisagée valoriserait l’intégralité du capital d’Umanis à 310 millions d’euros sur une base entièrement diluée (hors actions auto détenues) et représente une prime de 45,96% par rapport au dernier cours d’Umanis du 10 mars 2022.

Umanis a par ailleurs publié le 13 avril 2022 des comptes consolidés au 31 décembre 2021 conformes à la condition suspensive prévue dans le contrat relatif à l’acquisition du bloc, c’est-à-dire certifiés sans réserve par les commissaires aux comptes.

La réalisation de l’opération n’est donc plus soumise qu’à l’obtention des approbations en matière de contrôle des concentrations et d’investissements étrangers en France, et la délivrance d’une attestation d’équité par l’expert indépendant, le cabinet Crowe HAF, représenté par M. Olivier Grivillers. L’acquisition du bloc et le dépôt du projet d’OPA simplifiée devraient être réalisés d’ici la fin du deuxième trimestre de l’année 2022.

Rachat de Conforama par le groupe But : feu vert de l’Autorité de la concurrence

Celle-ci a identifié des risques concurrentiels, mais elle autorise l’opération sans engagement en application de l’exception de l’entreprise défaillante. En juillet 2020, l’Autorité a autorisé Mobilux (société mère du groupe But) à acquérir Conforama sans attendre son examen au titre du contrôle des concentrations. Au terme de son analyse, l’Autorité a considéré que l’opération entraînerait trois grandes catégories de risques d’atteinte à la concurrence, dont Mobilux n’a par ailleurs pas été en mesure de démontrer qu’ils pourraient être contrebalancés par des gains d’efficience.

En dépit de ces risques, l’Autorité a autorisé l’opération sans engagement, en application de l’exception de l’entreprise défaillante. Cette exception consiste à autoriser sans condition la reprise par un concurrent d’une entreprise qui disparaîtrait à brève échéance si l’opération n’était pas réalisée, et ce même si l’opération porte atteinte à la concurrence. Cette faculté particulière a été très peu utilisée en Europe. Depuis qu’elle a reçu en 2009 la compétence de contrôler les concentrations, l’Autorité n’en avait jamais fait application compte tenu du caractère très strict des critères d’appréciation.

Crédit Agricole cède 78,7% du capital de Crédit du Maroc

La banque verte a signé un contrat de cession portant sur sa participation de 78,7% dans le capital de Crédit du Maroc au groupe marocain Holmarcom. La réalisation de cette transaction, soumise à l’agrément des autorités marocaines, interviendrait en deux temps : une tranche de 63,7% d’ici la fin 2022, puis une seconde tranche portant sur les 15% restants, dix-huit mois après la clôture de la transaction. Crédit Agricole continuera à accompagner Crédit du Maroc, pendant cette phase de transition pour assurer la continuité de ses services et contribuer à sa pleine intégration dans Holmarcom. La cession de cette participation aura un impact positif d’environ 10 points de base sur son ratio de solvabilité bancaire (CET1).

Reworld Media souhaite acquérir « Psychologies »

Reworld Media souhaite acquérir « Psychologies ». Le groupe, qui dispose de 62 marques médias, a signé une offre d’achat au profit de la société 4B Media portant sur l’acquisition de 100% du capital de « Groupe Psychologies » et entre en négociation exclusive. L’offre d’achat sur l’ensemble des actifs, média et hors-média, déployés sous la marque Psychologies, soit le mensuel et ses hors-séries ; les sites internet et les contenus sur les réseaux sociaux ; les produits, services et évènements développés par la marque (conférences, croisières, thalasso, week-end bien-être…). La marque Psychologies réalise une audience de 1,4 million de visiteurs uniques mensuels.

A terme, l’opération permettrait au groupe Reworld Media de se renforcer dans la thématique « Psychologie et Bien-être » avec cette marque leader du secteur et compléterait son pôle de marques féminines haut de gamme. Le groupe développerait ainsi son offre de contenus, produits et services dans l’univers « Santé, Bien-être et développement personnel », aux côtés des marques Top Santé, Biba, Pleine Vie, Vital, Marie France, Belle&Positive.com et Therhappy.com.

L’opération viendrait consolider une audience de 17,2 millions de visiteurs uniques mensuels, 6 millions de lecteurs papiers et 6,2 millions d’abonnés à ses réseaux sociaux, et constituerait l’audience la plus large du marché sur ces thématiques. Dans l’hypothèse où 4B Media exercerait la promesse d’achat, les parties concluraient un protocole d’acquisition. Les instances représentatives du personnel au sein de Groupe Psychologies seront préalablement informées et consultées sur l’opération envisagée.

L’Autorité de la concurrence sanctionne la société Cofepp

(Poliakov, Label 5, Cruz, Saint James, Old Nick…) pour avoir pris le contrôle de Marie Bizard Wine & Spirits (Marie Brizard, San José, William Peel…) avant d’avoir notifié l’opération à l’Autorité, et sans attendre sa décision d’autorisation.

En l’espèce, Cofepp a exercé, avant d’avoir sollicité et obtenu l’autorisation requise, une influence déterminante sur MBWS, notamment en nommant son nouveau directeur général, en négociant avec ses fournisseurs à la place des dirigeants de MBWS, en participant directement à l’établissement de la politique commerciale et budgétaire de MBWS et en intervenant dans plusieurs décisions de gestion opérationnelle.

Cofepp, qui a n’a pas contesté les pratiques, a bénéficié de la procédure de transaction. Elle s’est vue infliger une sanction de 7 millions d’euros.

BioMérieux acquiert Specific Diagnostics

Le groupe français, acteur majeur dans le domaine du diagnostic in vitro, a conclu un accord en vue d’acquérir Specific Diagnostics. Cette société américaine a mis au point un système rapide d’antibiogramme qui fournit un test de sensibilité aux antibiotiques (AST) phénotypique directement à partir d’hémocultures positives. BioMérieux détient une participation minoritaire dans Specific Diagnostics depuis 2019, et les deux sociétés avaient signé un accord de codistribution couvrant le marché européen en 2021.

Selon les termes de l’accord, BioMérieux va acquérir 100% de Specific Diagnostics pour un prix d’acquisition équivalent à 3,3% de la capitalisation boursière de BioMérieux au 11 avril 2022. Le prix d’acquisition sera payé par une combinaison de cash et d’actions émises au profit de certains actionnaires de Specific Diagnostics. L’émission de nouvelles actions BioMérieux entraînera une dilution des actions de l’ordre de 1%. BioMérieux a l’intention de lancer un programme de rachat d’actions, après la clôture de l’opération, afin de compenser cette dilution.

La réalisation de cette acquisition, prévue d’ici la fin du 2e trimestre 2022, reste soumise aux conditions habituelles, en particulier à certaines autorisations réglementaires. Grâce à cette acquisition, BioMérieux prévoit de développer son leadership mondial en microbiologie clinique, en apportant une innovation majeure sur le marché et en renforçant son engagement dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens.

M6 cède 6ter à Altice Media sous conditions suspensives

Après avoir obtenu les avis des instances représentatives du personnel concernées du Groupe M6, le Groupe M6 et Altice Media ont signé ce jour le contrat de cession de la chaîne 6ter, dont la réalisation reste notamment conditionnée (à l’accord de l’Autorité de la concurrence et de l’ARCOM ainsi qu’à la réalisation effective de l’opération de fusion entre les Groupes M6 et TF1.

Gefco : Stellantis cèle solde de sa participation

Le constructeur automobile a annoncé, le 8 avril 2022, avoir vendu sa participation restante de 25% dans le capital de Gefco au Groupe CMA CGM, un leader mondial du transport et de la logistique. « La vente de cet actif, non stratégique, marque l’étape finale de notre plan de sortie, initié il y a dix ans, du secteur du transport et de la logistique », a déclaré Carlos Tavares, directeur général de Stellantis. « Stellantis s’appuiera désormais sur une chaîne d’approvisionnement mondiale et efficace avec plusieurs fournisseurs de logistique, parmi lesquels Gefco continue à jouer un rôle significatif. »

Crédit Agricole acquiert 9,18% du capital de Banco BPM

Crédit Agricole acquiert 9,18% du capital de Banco BPM. A la suite d’achats en Bourse et d’une opération avec un établissement financier de premier rang, Crédit Agricole a acquis une participation de 9,18% dans le capital de la banque italienne Banco BPM. Cette transaction « renforce les solides relations entretenues avec Banco BPM, incarnées par le partenariat stratégique noué de longue date en crédit à la consommation au sein de la joint-venture Agos », explique la banque qui précise n’avoir pas sollicité l’autorisation des autorités de tutelle pour franchir le seuil de 10% du capital de Banco BPM.

Casino cède le solde de sa participation dans Mercialys

Dans la continuité de la cession de 6,5% du capital de Mercialys dans le cadre d’un total return swap (TRS) conclu le 21 février 2022 (et désormais dénoué), le groupe Casino a procédé, lundi 4 avril 2022, à la cession du solde de sa participation dans Mercialys, soit 10,3% du capital, dans le cadre d’un nouveau TRS. A l’issue de cette opération, le groupe Casino ne détient plus aucun droit de vote dans cette foncière spécialisée dans les centres commerciaux. Le produit de cession au titre de cette opération s’élève à 86 millions d’euros.

Altrad acquiert Endel auprès d’Engie

Après avoir entamé des négociations exclusives avec le groupe Engie en août 2021, Altrad confirme l’acquisition effective d’Endel, le 1er avril 2022. L’accord a pu être conclu après validation de l’opération par les autorités de régulation et après consultation des instances représentatives du personnel. Endel est « une entreprise française de premier plan, disposant d’un savoir-faire et d’expertises en matière d’ingénierie mécanique et en métallurgie, avec des capacités inégalées dans de nombreux secteurs, et notamment l’industrie nucléaire », explique Altrad.

EssilorLuxottica et GrandVision finalisent la vente à ORIG BENE de magasins aux Pays-Bas et en Belgique

EssilorLuxottica, GrandVision et Optic Retail International Group BENE, une entité de MPG Austria, ont finalisé l’acquisition par ORIG/MPG des 142 magasins EyeWish aux Pays-Bas et des 35 magasins GrandOptical en Belgique. Cela fait suite aux engagements pris auprès de la Commission Européenne le 23 mars 2021, dans le cadre de l’acquisition de GrandVision par EssilorLuxottica. EssilorLuxottica, GrandVision et ORIG/MPG confirment que la Commission Européenne a approuvé l’opération.

Bolloré cède Bolloré Africa Logistics pour 5,7 milliards d’euros

Au terme des négociations exclusives annoncées le 20 décembre 2021 et suite aux avis favorables émis par chacune des instances représentatives du personnel consultées, le Groupe Bolloré a signé ce jour le contrat prévoyant la cession au Groupe MSC de 100% de Bolloré Africa Logistics regroupant l’ensemble des activités de transport et logistique du Groupe Bolloré en Afrique, sur la base d’une valeur d’entreprise, nette des intérêts minoritaires, de 5,7 milliards d’euros.

La réalisation de cette cession, conditionnée à l’obtention  d’autorisations réglementaires et des autorités de la concurrence compétentes ainsi qu’à l’accord de certaines des contreparties de Bolloré Africa Logistics, interviendrait d’ici la fin du premier trimestre 2023. Le Groupe Bolloré conservera une présence importante en Afrique, notamment à travers Canal+ et poursuivra également ses développements sur ce continent dans de nombreux secteurs comme la communication, le divertissement, les télécoms et l’édition.

Madvertise bien orientée sur Euronext Growth

L’action de cet acteur dédié à la publicité sur mobile a gagné 4,5%, à 0,391 €, soit un gain de 18,1% sur les cinq dernières séances. Cet AdTech française annonce l’arrivée de Park Partners GP au sein de son capital afin d’accompagner la croissance de la société sur le long terme. Après le rachat d’un bloc d’actions, Park Partners GP détient désormais, à travers son fonds Park Capital, 31,8% du capital de Madvertise. Et ce rachat s’est effectué sur la base d’un prix de 0,58 € par action. La société d’investissement devient ainsi le nouvel actionnaire de référence du groupe.

L’AMF alerte sur des offres frauduleuses d’achat d’actions d’entreprises cotées

Des épargnants ont reçu des propositions d’investissement, par exemple, dans un « livret GAFA avec capital garanti et une indexation à la performance des actions Google Amazon Facebook Apple », ou un « livret Tesla Apple Facebook », des soi-disant « livrets diversifiés » ayant pour support des actions de sociétés n’étant parfois même pas cotées, de faux « contrats d’achat d’actions » ou encore des « livrets THF » (trading à haute fréquence).

De faux intermédiaires proposent également d’acheter des actions Française des jeux (FDJ) à prix prétendument décoté. En novembre 2019, l’AMF avait déjà alerté le public sur ces propositions frauduleuses d’achat d’actions FDJ. Il n’y a en réalité aucune acquisition d’actions derrière ces offres frauduleuses. Peu après avoir effectué les virements, les victimes ne parviennent plus à joindre les faux conseillers ni à récupérer leurs fonds.

Depuis le printemps 2021, l’AMF a reçu plusieurs centaines de demandes d’épargnants concernant ce type de propositions et plus d’une centaine de réclamations et signalements. Les pertes déclarées par les épargnants ayant contacté l’AMF après avoir souscrit ce type d’offres frauduleuses sont élevées, avec un préjudice moyen de 55.000 €.

L’AMF rappelle que le conseil en investissement et la souscription d’actions pour le compte de clients sont des activités réglementées. Seuls des prestataires de services d’investissement agréés, figurant sur le registre Regafi (www.regafi.fr) ou des intermédiaires autorisés dans la catégorie de conseiller en investissement financier (CIF immatriculés à l’Orias (www.orias.fr/search) y sont habilités. L’AMF recommande de ne pas donner suite aux sollicitations des personnes les incitant à investir sans avoir vérifié qu’elles disposent des garanties ou des autorisations nécessaires.

La communication d’informations privilégiées à des fins journalistiques peut être justifiée

Un journaliste a publié sur le site Internet du Daily Mail deux articles relayant des rumeurs de dépôt d’OPA sur les titres de Hermès (par LVMH) et de Maurel & Prom. Les prix indiqués dépassaient largement les cours de ces titres sur Euronext. Cette publication a fait augmenter considérablement les cours de ces titres.

Peu avant la publication des articles, des ordres d’achat ont été passés sur les titres en question par certains résidents britanniques, qui les ont vendus une fois cette publication intervenue. Le journaliste s’est vu infliger par l’Autorité des marchés financiers (AMF) une sanction pécuniaire d’un montant de 40.000 euros parce qu’il aurait fait part de la publication prochaine de ses articles à ces résidents britanniques et leur aurait ainsi communiqué des « informations privilégiées ».

Saisie d’un recours en annulation de cette décision, la cour d’appel de Paris a interrogé la CJUE à titre préjudiciel sur l’interprétation des dispositions du droit de l’Union sur les opérations d’initiés. Premièrement, elle souhaite savoir si une information portant sur la publication prochaine d’un article de presse relayant une rumeur de marché peut être considérée comme une information privilégiée, relevant de l’interdiction de divulguer de telles informations. Deuxièmement, elle interroge la Cour sur les exceptions à cette interdiction dans le contexte particulier de l’activité journalistique.

Selon la Cour de justice, une information portant sur la publication prochaine d’un article de presse relayant une rumeur de marché concernant un émetteur d’instruments financiers est susceptible de constituer une information « à caractère précis » et, donc, de relever de la notion d’« information privilégiée », lorsqu’elle fait notamment mention du prix auquel seraient achetés les titres, du nom du journaliste ayant signé l’article ainsi que de l’organe de presse en assurant la publication.

La communication d’informations privilégiées à des fins journalistiques peut être justifiée, en vertu du droit de l’Union, au titre de la liberté de la presse et de la liberté d’expression. Les fins journalistiques peuvent englober des travaux d’investigation préparatoires à la publication réalisés par un journaliste pour vérifier la véracité des rumeurs. Toutefois, la divulgation d’une information privilégiée par un journaliste n’est licite que lorsqu’elle est considérée comme nécessaire à l’exercice de sa profession et comme respectant le principe de proportionnalité.

Pour rappel, le renvoi préjudiciel permet aux juridictions des États membres, dans le cadre d’un litige dont elles sont saisies, d’interroger la Cour sur l’interprétation du droit de l’Union ou sur la validité d’un acte de l’Union. La Cour ne tranche pas le litige national. Il appartient à la juridiction nationale de résoudre l’affaire conformément à la décision de la Cour. Cette décision lie, de la même manière, les autres juridictions nationales qui seraient saisies d’un problème similaire.

Kering Eyewear acquiert le lunetier américain Maui Jim

Fondée en 1987, Maui Jim est la plus grande marque indépendante de lunettes haut de gamme, avec une position de leader en Amérique du Nord. Depuis sa création en 2014, Kering Eyewear, de son côté, a construit un modèle qui lui a permis de générer un chiffre d’affaires de plus de 700 millions d’euros en 2021. Après l’acquisition de Lindberg, « Kering Eyewear va enrichir son portefeuille d’une deuxième marque en propre, renforcer son positionnement sur le segment haut de gamme et élargir son offre pour proposer un éventail très large allant du fonctionnel à l’intemporel et à la mode de luxe », explique le groupe de luxe. Kering Eyewear franchit ainsi un nouveau cap, dépassant nettement le milliard d’euros de chiffre d’affaires en année pleine et améliorant encore sa profitabilité.

Groupe Gorgé négocie avec iXblue

Groupe Gorgé négocie avec iXblue. Groupe Gorgé annonce être entré négociations exclusives avec les actionnaires de la société iXblue en vue de réaliser l’acquisition de 100% de son capital sur la base d’une valeur d’entreprise de 410 millions d’euros. Cette opération permettra de rapprocher iXblue et ECA Group, filiale de Groupe Gorgé spécialisée dans la robotique autonome.

Groupe Pierre & Vacances – Center Parcs : le processus de restructuration est engagé

Dans le cadre du processus d’adossement en lien avec l’objectif de renforcement de ses fonds propres engagé depuis près d’un an, le Groupe PVCP a conclu le 10 mars 2022 un accord avec Alcentra (créancier financier du Groupe), Fidera (également créancier financier du Groupe) et Atream (bailleur institutionnel du groupe), ainsi qu’avec ses principaux créanciers bancaires, ses créanciers Euro PP et ses principaux porteurs d’Ornane. Cet accord répond aux objectifs de la société et de son fondateur de préserver l’intégrité du groupe et de parvenir à une structure financière équilibrée en réduisant son endettement et en sécurisant les liquidités nécessaires pour lui permettre de déployer son plan stratégique RéInvention 2025.

Dans ce cadre, la réalisation des opérations de restructuration permettra principalement :

‒ l’injection de 200 millions d’euros de fonds propres pour renforcer le bilan du groupe en vue de la mise en œuvre de son plan stratégique RéInvention 2025 ;

‒ le désendettement massif du groupe, avec notamment la conversion en capital de près de 552 millions d’euros de dette non sécurisée ;

‒ la mise en place d’une nouvelle gouvernance avec des actionnaires prêts à accompagner la Direction Générale dans l’exécution de son plan stratégique RéInvention 2025 ;

‒ l’externalisation du financement de l’activité immobilière grâce à la création d’une foncière dédiée ayant pour objet principal d’acquérir et de louer au groupe de nouveaux sites.

En fonction du taux de souscription des actionnaires à l’augmentation de capital et en prenant pour hypothèse qu’Alcentra, Fidera, Atream et SPG exclusivement souscrivent à l’intégralité de l’augmentation de capital réservée, les investisseurs détiendront, à l’issue des opérations de restructuration, une participation au capital comprise entre : 21,7% et 24,7% pour Alcentra, 20,5% et 23,5% pour Fidera, 7,2% pour Atream. Sur cette même base, les actionnaires existants détiendront entre 4,7% et 10,8% du capital de la société.

CNP Assurances acquiert 7 600 logements d’une valeur de 2,4 milliards d’euros

Le groupe acquiert 85% de la société Lamartine créée pour cette opération et gérée par Ampère Gestion, filiale de CDC Habitat qui conserve 15% du capital. L’offre de CNP Assurances a été retenue à l’issue d’un processus compétitif auquel ont participé une trentaine d’investisseurs français et étrangers. Cet investissement permettra de rééquilibrer l’allocation du portefeuille immobilier de CNP Assurances, actuellement orientée vers les actifs commerciaux, dans le contexte d’incertitudes post Covid (inflation, télétravail, commerce en ligne…).

Dans ce portefeuille, on compte 30% de logements intermédiaires et 70% de logements libres aux loyers adaptés. La moitié est située en Ile-de-France, à proximité des réseaux de transports structurants, et l’autre dans des agglomérations réparties sur tout le territoire français et dans les zones où le marché de la location est le plus tendu. Enfin, plus de la moitié du parc existant est composée d’immeubles neufs conformes aux normes les plus récentes et l’ensemble présente des performances environnementales et énergétiques parmi les meilleures du marché.

Orange et MasMovil en négociations exclusives en vue d’un rapprochement de leurs activités en Espagne

Ce rapprochement prendrait la forme d’une joint-venture 50-50 d’une valeur d’entreprise totale de 19,6 milliards d’euros (pour un chiffre d’affaires de plus de 7,5 milliards d’euros et un EbitdaaL de plus de 2,2 milliards). Les valorisations retenues pour chacune des parties sont les suivantes : une valeur d’entreprise de 8,1 milliards d’euros pour Orange Espagne et une valeur d’entreprise de 11,5 milliards d’euros pour MasMovil, incluant l’acquisition d’Euskaltel. Lire la suite

Eurazeo : vers une cession de sa participation dans Reden Solar

La société d’investissement a conclu un accord avec un consortium mené par Macquarie Asset Management en vue de la cession de sa participation de 47% dans Reden Solar, l’un des principaux producteurs indépendants d’énergie renouvelable d’origine photovoltaïque sur la base d’une valeur d’entreprise de 2,5 milliards d’euros. Cette opération générerait pour Eurazeo un produit de cession de 632 millions d’euros, soit un multiple cash-on-cash de 4,3 et un taux de rendement interne (TRI) de l’ordre de 42%.

Depuis l’acquisition de Reden Solar en 2017, l’équipe Real Assets d’Eurazeo a travaillé conjointement avec son co-investisseur InfraVia pour accompagner le développement du groupe, en s’appuyant sur sa longue expérience dans ce secteur et sur son expertise en termes de structuration, de gestion et de développement de plateforme par la combinaison de croissance organique et de croissance externe.

Aux côtés de l’équipe de management de Reden Solar ayant mené ce développement, Eurazeo et Infravia ont permis au groupe de multiplier sa capacité d’exploitation par 8 et son excédent brut d’exploitation (Ebitda) par plus de 4 sur les cinq dernières années. Reden Solar a également étendu sa présence à travers l’Europe du Sud, renforçant ainsi ses positions sur le marché. La réalisation de cette opération reste soumise à l’accord des autorités de régulation et de la concurrence.