Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Dépôt de l’OPA de Bouygues Telecom sur Keyyo, OPA de Michelin sur PT Multistrada, rejet d’une offre par Scout24 et peut-être une bataille en perspective pour le contrôle de la Bourse d’Oslo : la semaine a été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

En France

Keyyo : Bouygues Telecom a déposé officiellement son offre. L’opérateur télécom, qui détient désormais 43,59% du capital, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 34 €. Ce prix fait ressortir une prime de 30,8% sur le dernier cours coté avant l’annonce de l’opération, le 25 octobre 2019, et une prime de 33,8% sur la moyenne pondéré sur les 60 séances avant cette date. Il valorise cet opérateur de services télécoms près de 67 millions d’euros. Si les conditions requises sont remplies, Bouygues Telecom a l’intention de mettre en œuvre une procédure de retrait obligatoire. Sous réserve du feu vert de l’AMF, l’offre devrait se dérouler du 7 février au 13 mars 2019.

A l’étranger

Michelin annonce l’acquisition de PT Multistrada, acteur majeur de l’industrie pneumatique en Indonésie. Le groupe français va payer 439 millions de dollars pour l’acquisition de 80% des actions de Multistrada, sous réserve d’ajustements lors du closing. La société Multistrada étant cotée et conformément à la réglementation indonésienne, Michelin lancera ensuite une OPA sur le flottant à un prix par action identique à celui offert aux actionnaires détenant 80%. L’acquisition sera financée par les ressources internes et ne devrait pas impacter les notations du groupe.

Scout24 a rejeté une offre de rachat. Dans un bref communiqué, le spécialiste allemand des petites annonces et de la publicité sur Internet révèle que les sociétés d’investissement Hellman & Friedman et Blackstone ont manifesté leur intérêt et proposé une OPA au prix de 43,50 € par action, valorisant Scout24 près de 4,7 milliards d’euros. Et de conclure : « le conseil d’administration de Scout24 AG a rejeté le prix de l’offre proposé, le considérant inadéquat ».

IAG ne fera pas d’offre sur Norwegian. International Airlines Group (IAG), maison mère des compagnies Iberia, British Airways, Aer Lingus et Vueling, confirme dans un communiqué laconique qu’elle n’a pas l’intention de faire une offre sur la compagnie aérienne norvégienne à bas coûts. Et d’ajouter : le moment venu, elle vendra sa participation dans le capital de Norwegian désormais diluée à 3,93%.

Les opérations en cours

Selectirente : l’OPA sera ouverte du 25 janvier au 28 février 2019. Tikehau Capital, qui détient désormais via Sofidy et de concert avec d’autres actionnaires 31,98% du capital, s’engage à acquérir les titres non détenus au prix de 86,80 € par action (compte tenu du paiement de l’acompte sur dividende, le 2 janvier 2019) et de 87,25 € par Oceane (compte tenu du paiement du coupon, le 2 janvier 2019). Le prix par action fait ressortir une prime de 27,1% (dividende attaché) sur le dernier cours coté avant l’annonce de l’opération. Si les conditions requises sont remplies, Tikehau Capital se réserve la faculté de mettre en œuvre une procédure de retrait obligatoire.

Locindus : l’OPR sera ouverte du 28 janvier au 22 février 2019. Crédit Foncier de France, qui détient 75,79% du capital de cette société de financement spécialisée, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 26,50 €. Ce prix fait apparaître une prime de 19,9% sur le cours du 21 juin 2018, dernière séance avant les premières rumeurs, et une prime de 21,3% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Les trois principaux minoritaires (Sycomore Asset Management, Charity & Investment Merger Arbitrage Fund et La Financière de l’Echiquier), qui détiennent ensemble 14,17% du capital, se sont engagés à apporter à l’offre l’intégralité de leurs actions. Si les conditions sont réunies, le Crédit Foncier demandera à l’AMF la mise en œuvre d’une procédure de retrait obligatoire.

Les résultats

AccorHotels confirme les résultats de l’OPA sur Orbis. Le groupe hôtelier confirme le nombre final d’actions Orbis apportées à l’offre publique d’achat, le dénouement de l’offre ayant eu lieu le 24 janvier 2019. Les investisseurs ont apporté 15,3 millions d’actions Orbis au prix de 95 zlotys, pour un montant total de 1.451 millions de zlotys (environ 387 millions d’euros) représentant 33,15% du capital d’Orbis. A la date de règlement-livraison, AccorHotels détiendra en conséquence, directement et indirectement, 85,84% du capital d’Orbis.

Malteries Franco-Belges : le groupe Soufflet sous le seuil des 95%. Au cours de l’OPA simplifiée au prix de 600 € par action, close le 23 janvier 2019, Malteries Soufflet a acquis sur le marché 1 527 actions, portant ainsi son contrôle de 92,07% à 92,33% du capital de cette société spécialisée dans la transformation d’orge en malt.

Tours de table

Spie Batignolles : Ardian cède sa participation minoritaire de 18%. Dans le cadre de cette opération, 200 managers de Spie Batignolles entrent nouvellement au capital de l’entreprise aux côtés de l’équipe dirigeante menée par Jean-Charles Robin, président du directoire de Spie Batignolles. Désormais, 360 collaborateurs de Spie Batignolles détiennent majoritairement le capital de l’entreprise, accompagnés par de nouveaux investisseurs financiers : EMZ Partners, Tikehau Capital via sa filiale de gestion d’actifs Tikehau Investment Management, Société Générale Capital Partenaires, IDIA Capital Investissement et Socadif Capital Investissement.

Cafom : mouvements dans le tour de table. Le concert d’actionnaires et la société Pléiade Investissement a franchi en hausse le seuil de 90% des droits de vote et détient désormais 85,36% du capital et 90,26% des droits de vote de ce distributeur spécialisé dans l’aménagement de la maison. Ce franchissement de seuil résulte du remboursement des obligations remboursables en actions. Pléiade Investissement, qui a franchi les 15%, envisage de poursuivre ses achats de manière non significative en fonction des opportunités et des conditions de marché.

A savoir

Un nouveau tandem à la tête de Renault. Le conseil d’administration de Renault, qui a pris acte de la démission de son PDG, a décidé de doter Renault d’une nouvelle gouvernance et, à cette occasion, d’instituer une dissociation des fonctions de président du conseil et de directeur général. Le président du conseil d’administration de Renault sera l’interlocuteur principal du partenaire japonais et des autres partenaires de l’Alliance pour toute discussion sur l’organisation et l’évolution de l’Alliance. Il proposera au conseil d’administration tout nouvel accord d’Alliance qui lui semblerait utile à l’avenir de Renault. Le conseil a coopté M. Jean-Dominique Senard comme nouvel administrateur et l’a élu président. Sur proposition de ce dernier, le conseil a nommé Thierry Bolloré directeur général.

MBWS : l’Asamis demande le report de l’assemblée générale. L’Association des actionnaires minoritaires de sociétés cotées (Asamis) et d’autres investisseurs qui ont mandaté Mme Neuville demandent de report de l’AG de Marie Brizard Wine & Spirits. Selon eux, « les actionnaires ne disposent pas des informations nécessaires pour pouvoir se prononcer en connaissance de cause sur les résolutions qui sont proposées à leur approbation. C’est pourquoi avec Mme Neuville, l’Asamis demande instamment de reporter la tenue de l’assemblée générale, au moins dans sa partie extraordinaire, jusqu’au moment où les grandes lignes du business plan et le rapport de l’expert indépendant auront pu être mis à la disposition des actionnaires ».

Europlasma : ouverture d’une procédure de redressement judiciaire. A l’issue d’une audience qui s’est déroulée le 25 janvier 2019, le Tribunal de commerce de Mont-de-Marsan a rendu un jugement déclaratif de l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire avec une période d’observation de 6 mois, renouvelable. « De nombreux contacts ont été noués avec des organisations industrielles ou financières de 1er rang qui ont manifesté un réel intérêt pour les activités développées par le Groupe Europlasma et ont l’ambition et les moyens de consolider des filières répondant étroitement aux enjeux de la transition écologique », précise la société. L’assemblée générale convoquée pour le 25 février 2019 est devenue sans objet. La cotation des actions sera reprise à compter du mardi 29 janvier 2019 à 9 heures.

Bruits de marché

Bourse d’Oslo : le London Stock Exchange prêt à surenchérir. Selon l’Evening Standard, l’opérateur de la Bourse de Londres a mandaté une grande banque de la City en vue d’examiner la manière de conclure un accord avec Oslo Bors, actuellement sous le coup d’une OPA de la part d’Euronext. Le principal opérateur paneuropéen a déposé en effet, à la mi-janvier, une offre visant l’acquisition de la totalité des actions d’Oslo Bors au prix de 145 couronnes par action.  Mais le succès n’est pas encore au rendez-vous, car le conseil d’administration de la Bourse d’Oslo s’est déclaré ouvert à d’autres propositions. Les deux principaux actionnaires, DNB Bank et KLP, qui détiennent ensemble près de 30% du capital, ont d’ailleurs annoncé qu’ils attendraient une recommandation du conseil d’administration avant de se décider.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end de détente et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés