Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Des OPA amicales (DST, Vermeg) ou hostile (Ablynx), des projets de scission (Altice) ou de redistribution (Puma), des changements de tour de table (Showroomprivé, Derichebourg, Covestro) et de multiples rumeurs (Icade, Neopost, Freelance.com, GKN, GoPro, Xerox) : la deuxième semaine de l’année a concentré un nombre impressionnant d’opérations.

Les nouveautés

Kering veut distribuer 70% des actions Puma à ses actionnaires. Le groupe de luxe projette de distribuer en nature environ 70% du total des actions du fabricant d’articles de sport en circulation, sachant que le groupe en détient actuellement 86,3%. A l’issue de l’opération, Kering conserverait environ 16% des actions Puma. Artémis, qui détient 40,9% du capital de Kering, deviendrait un actionnaire stratégique de long terme de Puma avec une participation d’environ 29%, le flottant atteignant autour de 55%. Les modalités de la distribution en nature d’actions Puma aux actionnaires de Kering, en cours d’évaluation, seront soumises au vote des actionnaires au cours de l’assemblée générale du 26 avril 2018.

SS&C Technologies lance une OPA amicale sur DST Systems. L’éditeur américain de logiciels de services financiers a confirmé la signature d’un accord en vue d’acquérir son compatriote, spécialisé dans le traitement documentaire pour le compte des banques. SS&C Technologies s’engage à acquérir chaque action DST Systems au prix de 84 $, faisant ressortir un gain de 31,7% sur les cinq dernières séances et de 49,7% sur les trois derniers mois, et valorise la société 5,4 milliards de dollars, dette comprise. SS&C va pouvoir ainsi étoffer son offre en matière d’infrastructures technologiques à destination des institutions financières et accéder au marché des technologies de l’information dans le domaine de la santé.

Ablynx, le marché s’attend à une surenchère. Cette société biopharmaceutique belge a reçu une proposition non sollicitée du laboratoire danois Novo Nordisk pour acquérir en espèces la totalité des actions Ablynx au prix unitaire de 28 € avec un « contingent value right » (CVR) pouvant aller jusqu’à 2,50 €, valorisant la société 2,6 milliards d’euros. Mais le conseil d’administration d’Ablynx a décidé à l’unanimité que cette proposition n’était pas dans l’intérêt de la société et de ses actionnaires. Plusieurs scénarios sont désormais possibles. Novo Nordisk peut renoncer à son offre, lancer une OPA inamicale ou relever son prix. A moins qu’un chevalier blanc n’entre en jeu. Ablynx termine la semaine sur un gain de 18,8%, à 36,60 €.

Altice veut séparer ses activités en Europe et aux Etats-Unis. Cette scission doit être effectuée via une cession de la participation de 67,2% d’Altice NV dans Altice Etats-Unis à travers une distribution en nature aux actionnaires d’Altice NV, à raison de 0,4163 action Altice USA pour chaque Altice Action NV.  En parallèle, les actionnaires d’Altice USA recevront un dividende exceptionnel de 1,5 milliard de dollars en numéraire. Altice USA lancera également un programme de rachat d’actions de 2 milliards de dollars dès la finalisation de la séparation. L’opération pourrait être conclue à la fin du 2e trimestre 2018, après l’obtention des autorisations réglementaires et du feu vert des actionnaires d’Altice.

Vermeg lance une OPA amicale sur Lombard Risk Management. Selon les termes de l’accord, ce prestataire de solutions informatiques à l’industrie des services financiers et de l’assurance propose d’acquérir chaque action Lombard Risk, cotée à la Bourse de Londres, au prix de 13 pence, soit une prime de 98,5% sur le dernier cours coté avant l’annonce (6,55 pence). A ce niveau, Lombard Risk est valorisé 52,08 millions de livres. Pour Vermeg, cette opération représente une opportunité d’acquérir une entreprise technologique innovante axée sur les activités de gestion des garanties et de reporting réglementaire, très complémentaire de ses activités.

Les opérations en cours

Euler Hermes : l’OPA est ouverte du 15 janvier au 13 février 2018. Allianz, qui détient désormais 77,98% du capital du leader mondial de l’assurance-crédit, s’engage à acquérir chaque action au prix unitaire de 122 €. Ce prix fait ressortir une prime de 20,7% par rapport au cours du 24 novembre 2017 et de 22,9% sur la moyenne pondérée des 3 derniers mois avant cette date. Il valorise la société cotée sur le compartiment A d’Euronext Paris 5,2 milliards d’euros. Si les conditions requises sont remplies, l’offre sera suivie d’un retrait obligatoire au même prix.

Gemalto : l’OPA est en bonne voie. Thales prévoit de soumettre une demande d’approbation du document d’offre auprès de l’Autorité néerlandaise des marchés financiers dans la semaine du 29 janvier 2018. En outre, les deux groupes confirment que le processus d’obtention des autorisations réglementaires requises dans le cadre de l’offre visant à créer un leader mondial de la sécurité digitale est en cours. Il est prévu que l’opération au prix de 51 € par action (dividende attaché) soit réalisée peu de temps après que Thales ait obtenu toutes les autorisations règlementaires usuelles, ce qui est envisagé pour le second semestre 2018.

E.ON apportera ses actions Uniper à l’OPA de Fortum. Le fournisseur de gaz naturel et d’électricité allemand a annoncé qu’il cédait sa participation de 46,65% dans Uniper au groupe finlandais de services aux collectivités. L’offre publique étant libellée à 22 € par action, le produit de cession s’élèvera à environ 3,76 milliards d’euros. « Cette transaction nous permet de vendre la totalité de notre participation dans Uniper à un prix attractif. E.ON se concentrera désormais entièrement sur ses clients et ses activités de base dans le nouveau monde de l’énergie », est-il précisé.

Ignyta : l’OPA de Roche se déroulera jusqu’au 7 février 2018.  Le groupe pharmaceutique suisse s’engage à acquérir chaque action Ignyta au prix de 27 $, soit une prime de 74% sur le dernier cours avant l’annonce. Ce qui valorise le laboratoire américain, spécialisé dans les tests de diagnostic, 1,7 milliard de dollars. A l’issue de l’offre, les actions aux mains du public seront acquises dans le cadre d’une fusion, avec l’objectif de finaliser l’opération au cours du 1er semestre 2018.

Les résultats

Traqueur : l’offre a une suite positive. A l’issue de son OPA au prix de 1,50 € par action, Coyote System a porté son contrôle de 48,84% à 66,22% dans le capital de cette société spécialisée dans les produits de localisation de véhicules volés. Euronext Paris précisera les dates et la durée de la réouverture de l’offre, sachant que l’initiateur n’envisage pas de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Tours de table

Showroomprivé : Carrefour prend une participation de 17% du capital auprès de Conforama, filiale du groupe Steinhoff. Cette transaction prendra la forme d’une acquisition hors marché au prix unitaire de 13,5 € pour un montant de 79 millions d’euros. Un complément de prix sera versé à Conforama en cas de lancement par Carrefour d’une OPA sur Showroomprivé dans les 18 mois suivant la réalisation de l’opération. Carrefour se substituera à Conforama dans le concert d’actionnaires existant. L’opération est néanmoins subordonnée à l’obtention d’une dérogation de l’AMF à l’obligation de déposer une offre publique.

Derichebourg : la CFER a réduit son exposition. La Compagnie Financière pour l’Environnement et le Recyclage (CFER) a cédé environ 10% du capital du groupe de services à l’environnement dans le cadre d’un placement privé au prix de 8 € par action. A l’issue de cette cession, CFER détient 40,12% du capital et 56,68% des droits de vote de Derichebourg et le flottant est porté à environ 58,78%. CFER a confirmé son intention de conserver sa participation résiduelle de façon durable.

Bayer a vendu 10,4% du capital de Covestro. Le groupe chimique allemand a réduit sa participation directe dans Covestro de 24,6% à 14,2%, en cédant ses titres au prix de 86,25 €. En raison de l’intérêt manifesté par les investisseurs, le placement s’est élevé à 1,8 milliard d’euros, soit au-delà du montant initialement prévu (1,5 milliard). Le placement a eu lieu mercredi après la clôture et visait exclusivement les investisseurs institutionnels. En dehors de l’intérêt direct que Bayer détient dans Covestro, Bayer Pension Trust détient 8,9% supplémentaires. Comme annoncé, Bayer a l’intention de se séparer complètement de ses parts dans Covestro à moyen terme.

Bruits de marché

En France

Icade très entourée sur Euronext Paris. Vendredi, l’action de cet opérateur immobilier intégré s’est adjugé 2,9%, à 83,95 €, portant sa capitalisation à 6,2 milliards d’euros. Selon le site Internet WanSquare, Foncière des Régions a mandaté BNP Paribas et Goldman Sachs pour réfléchir à une opération sur cette filiale de la Caisse des dépôts et consignations. Eric Lombard, nouveau patron de la CDC, avait annoncé qu’il souhaitait passer en revue le portefeuille de participations, qui comprend notamment CNP Assurances, la Compagnie des Alpes et Icade.

Neopost activement recherchée. Vendredi, l’action de ce fournisseur de solutions de traitement du courrier et acteur majeur dans le domaine de la communication digitale et des solutions logistiques a gagné 5,1%, à 25,76 €, soit une capitalisation de 890 millions d’euros. A l’origine de ce regain d’intérêt, on trouve une information de l’agence Bloomberg selon laquelle son concurrent américain Pitney Bowes aurait reçu des marques d’intérêt de la part des sociétés d’investissement Carlyle et Blackstone.

Freelance.com étrangement convoité par Umalis. Dans une déclaration mise en ligne sur le site de ce spécialiste du portage salarial, Christian Person, PDG d’Umalis, déclare vouloir « monter progressivement dans le capital de Freelance.com » avec l’objectif « d’en prendre le contrôle ». Mais le marché a du mal à donner de la crédibilité à cette volonté de conquête. Umalis pèse 7,1 millions d’euros sur Euronext Access, quand Freelance.com capitalise 58,9 millions sur Euronext Growth. Surtout, le capital de Freelance.com est verrouillé à hauteur de 88,36% par CBV Ingénierie. Aussi les dirigeants de Freelance.com s’avouent surpris de cette déclaration « cavalière », laquelle ne devrait pas manquer de faire l’objet d’une enquête de la part de l’AMF.

A l’étranger

GKN flambe à la City. L’action du groupe britannique, spécialisé dans la fabrication d’équipements destinés aux secteurs automobile et aéronautique, a bondi vendredi de 26,2%, à 420 pence, portant sa capitalisation à 7,2 milliards de livres. GKN vient en effet de rejeter une offre inamicale de son concurrent Melrose Industries, qui propose une offre mixte (80% en titres, 20% en espèces), valorisant l’action à 405 pence, la jugeant « opportuniste » et sous-évaluant « l’entreprise et ses perspectives ». GKN souhaite à présent travailler sur un projet de scission en deux entités.

GoPro dément les rumeurs de cession. La société californienne, connue pour ses caméras embarquées, a tenu à démentir l’information, relayée par la chaîne CNBC et l’agence Bloomberg, selon laquelle elle avait mandaté JPMorgan Chase en vue d’une éventuelle cession. Mais GoPro, qui entend réduire ses effectifs et abandonner le secteur des drones (sous la marque Karma), n’exclut pas pour autant une alliance avec un acteur d’envergure « s’il y avait une opportunité », comme l’a précisé Nick Woodman, directeur général de GoPro à Bloomberg TV. Sur la semaine, l’action cède 5%, à 6,23 $, soit un recul de 17,7% depuis le début de l’année.

Xerox très entourée à la Bourse de New York. Sur la semaine, l’action du célèbre fabricant américain d’imprimantes et de photocopieurs gagne 8,3%, à 32,77 $. Selon The Wall Street Journal, Xerox serait en discussion avec le groupe japonais Fujifilm Holdings en vue d’un rapprochement qui pourrait donner lieu à un changement de contrôle. Les deux sociétés sont déjà engagées dans une co-entreprise de production de photocopieurs implantée à Tokyo pour servir la région Asie-Pacifique. Et Xerox est actuellement sous la pression de l’investisseur Carl Icahn qui détient 9,7% du capital.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un magnifique week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés