Les points sur les i

Anadarko Petroleum : la voie est libre pour Occidental et pour Total. Le groupe Chevron, qui avait signé un accord de fusion avec ce producteur américain d’or noir, a décidé de ne pas surenchérir sur l’offre d’Occidental. « Gagner dans n’importe quel environnement ne signifie pas gagner à tout prix », a déclaré son PDG, Michael Wirth. « La discipline en matière de coûts et de capital a toujours de l’importance et nous ne diluerons pas nos rendements ni ne réduirons la valeur pour nos actionnaires dans le but de conclure un accord ». Néanmoins, Chevron ne repart pas les poches vides. A la résiliation de la convention de fusion, Anadarko sera tenue de verser à Chevron une indemnité de résiliation de 1 milliard de dollars.

Pour rappel, Occidental propose désormais d’acquérir Anadarko dans le cadre d’une transaction à hauteur de 78% en espèces et 22% en actions. Pour une contrepartie globale de 76 $ par action Anadarko, chaque actionnaire recevra 0,2934 action nouvelle Occidental et 59 $ en espèces. Quant à Total, qui a signé un accord engageant avec Occidental, il va pouvoir acquérir des actifs d’Anadarko en Afrique pour un montant de 8,8 milliards de dollars. Cette cession était conditionnée au succès de l’offre en cours d’Occidental pour le rachat d’Anadarko. La finalisation de la transaction entre Occidental et Total devrait avoir lieu en 2020.