Feu au vert

Air Berlin/easyJet : Bruxelles donne son feu vert. La Commission européenne a autorisé sans conditions le projet d’acquisition de certains actifs d’Air Berlin par easyJet. Pour rappel, après plusieurs années de difficultés financières, Air Berlin, la deuxième compagnie aérienne allemande, a déposé le bilan en août 2017, ce qui a débouché sur la vente de ses actifs. Au cours des semaines qui ont suivi, Air Berlin a immobilisé ses avions et quitté le marché. easyJet a proposé d’acquérir certains actifs et certains droits détenus par Air Berlin dans le cadre de ses activités de transport de passagers à l’aéroport de Berlin Tegel, notamment des créneaux dans cet aéroport et certains aéroports de destination (des créneaux constituent une autorisation d’atterrir à un aéroport et d’en décoller à une date et une heure spécifiques).

La Commission s’est penchée sur l’incidence de l’opération envisagée, en vérifiant en particulier si le portefeuille de créneaux qu’easyJet comptait acquérir à l’aéroport de Berlin Tegel et dans certains aéroports de destination permettrait à cette compagnie d’évincer des concurrents du marché du transport aérien de passagers vers et depuis Berlin. En effet, le contrôle de portefeuilles de créneaux dans des aéroports saturés peut entraîner un accroissement des obstacles à l’entrée pour les compagnies aériennes désireuses d’opérer vers et depuis ces aéroports, ce qui peut, à son tour, se traduire par une hausse des tarifs pour les passagers.

L’enquête a montré que le renforcement du portefeuille de créneaux d’easyJet dans les aéroports saturés, et à Berlin en particulier, ne devrait pas avoir d’incidence néfaste pour les passagers, et qu’easyJet restera confrontée à une forte concurrence de la part de grands transporteurs comme Lufthansa et Ryanair sur les routes depuis et vers Berlin. La Commission a dès lors conclu que le projet d’acquisition ne poserait de problème de concurrence sur aucun des marchés en cause.