Feu au vert

Bruxelles autorise la fusion entre Fiat Chrysler Automobiles et Peugeot S.A., sous réserve du respect de certaines conditions. À l’issue de son enquête, la Commission européenne craignait que l’opération, telle qu’initialement notifiée, ne porte atteinte à la concurrence sur le marché des petits véhicules utilitaires légers dans neuf États membres de l’EEE (Belgique, Tchéquie, France, Grèce, Italie, Lituanie, Pologne, Portugal et Slovaquie), où les entreprises détiennent des parts de marché cumulées élevées ou très élevées et sont des concurrents particulièrement proches. L’acquisition aurait donc probablement entraîné une hausse des prix pour les clients.

Pour dissiper les craintes, FCA et PSA ont offert plusieurs engagements visant à favoriser l’entrée et l’expansion sur le marché : extension de l’accord de coopération actuellement en vigueur entre PSA et Toyota Motor Europe pour les petits véhicules utilitaires légers, modification des accords de réparation et d’entretien des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers en vigueur entre PSA, FCA et leurs réseaux de réparateurs. La Commission est donc parvenue à la conclusion que l’opération, telle que modifiée par les engagements, ne poserait plus de problème de concurrence. Cette décision est subordonnée au respect intégral des engagements souscrits.