Bruits de marché

La Compagnie Financière Richemont très recherchée en Bourse. L’action du groupe suisse spécialisé dans l’industrie du luxe (Cartier, Montblanc, Piaget, Van Cleef & Arpels, etc.) bondit de 8,9%, à 133,55 francs suisses, en hausse de 65% depuis le début de l’année, ce qui porte sa capitalisation à 69,7 milliards de francs suisses. Richemont a publié d’excellents résultats pour le premier semestre clos le 30 septembre 2021. Le chiffre d’affaires est ainsi supérieur de 20% au niveau enregistré avant la pandémie (au premier semestre de 2019). Comparé à l’année dernière, sa progression est de 65% à taux de change constants et de 63% à taux de change réels pour s’établir à 8,91 milliards d’euros. Le résultat opérationnel, quant à lui, atteint 1,95 milliard d’euros.

Mais ces bons résultats n’expliquent pas tout. L’annonce de discussions avancées avec Farfetch pour céder une partie du capital de Yoox Net-a-Porter est bien perçu, sans parler des rumeurs de rapprochement avec Kering depuis l’arrivée des fonds activistes Third Point et Artisan Partners dans le tour de table. L’acquisition du lunetier danois Lindberg n’exclut pas « un accord plus transformationnel », avait par ailleurs indiqué le directeur général délégué de Kering, Jean-François Palus. Tout en notant une pénurie de cibles potentielles dans le secteur, le groupe « surveille le marché », avait-il ajouté, et travaille pour « trouver la meilleure cible à de très bonnes conditions ». Mais le président de Richemont, Johann Rupert, n’est, semble-t-il, pas demandeur.

Partager