Lu dans la presse

Ericsson, la profitabilité avant des acquisitions. Face à la concurrence exercée par Huawei et Nokia-Alcatel, le groupe suédois de télécommunications est-il tenté de faire de la croissance externe ? « On estime qu’on peut continuer seul compte tenu de notre situation aujourd’hui. Nos fondations sont solides. Mais s’il y a des opportunités de croissance, on n’hésitera pas à y aller. (…) Cependant, on doit d’abord restaurer un business profitable avant de faire des acquisitions », explique Börje Ekholm, directeur général d’Ericsson, dans un entretien aux Echos. Et d’ajouter par ailleurs : « Il y a plein de spéculations tout le temps avec Juniper, mais nous ne les commentons pas ».