Lu sur le Web

« Tout bon portefeuille boursier doit comporter une ou plusieurs « opéables », même s’il faut savoir dire non à une offre au rabais » : c’est l’avis du Revenu qui revient sur son site Internet sur les nombreux facteurs qui poussent à la reprise des fusions et acquisitions. Ajoutant : « Quand bien même l’opération ne se concrétise pas, il suffit que la société fasse l’objet de rumeurs pour faire grimper son cours. Des valeurs comme  Albioma, Arkema, Edenred, Ingenico, Latécoère, Maurel & Prom et Pierre & Vacances sont susceptibles de faire l’objet d’une offre ».