Verbatim

Alès Groupe : ouverture d’une procédure de redressement judiciaire. La société, spécialisée dans les produits cosmétiques et capillaires, a sollicité, le 6 juillet 2020, l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire auprès du Tribunal de Commerce de Paris. Les filiales opérationnelles d’Alès Groupe ne sont pas concernées par cette procédure.

Par jugement du 9 juillet 2020, le Tribunal de Commerce de Paris a décidé l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire au bénéfice de la société Alès Groupe assortie d’une période d’observation de six mois à compter du jugement d’ouverture.

Dans le cadre de cette procédure, le Tribunal a désigné la Selarl FHB en la personne de Maître Hélène Bourbouloux en qualité d’administrateur judiciaire, ainsi que la SCP BTSG en la personne de Maître Stéphane Gorrias en qualité de mandataire judiciaire.

La direction de la société Alès Groupe va rechercher toutes solutions permettant dans les meilleures conditions de pérenniser l’activité, maintenir l’emploi et apurer le passif, en mettant en place un processus de recherche d’investisseurs dans le cadre d’un plan de redressement par voie de continuation ou d’un plan de cession.

Compte tenu de l’incertitude concernant l’issue des différentes démarches entreprises par la société, la suspension de la cotation des actions de la Société annoncée le 29 juin 2020 est maintenue jusqu’à nouvel ordre.

A propos du redressement judiciaire

La procédure de redressement judiciaire, qui peut durer jusqu’à dix-huit mois, a pour objectif de laisser le temps au débiteur de présenter un plan de continuation de ses activités par le réaménagement de son endettement (qui peut être étalé sur une période maximum de dix ans) ou à un tiers de présenter un plan de cession afin d’assurer la pérennité de l’activité, le maintien de l’emploi et l’apurement du passif.