Verbatim

La Holding Novares sort du redressement judiciaire avec un financement garanti pour la poursuite de ses opérations. Le 28 mai, le tribunal de commerce de Nanterre a approuvé l’accord en vertu duquel Novares perçoit 146 millions d’euros de prêts et d’investissements pour pallier l’insuffisance de liquidité à court terme : 71 millions d’euros sous forme de prêts bancaires dans le cadre du dispositif de Prêt Garanti par l’État français (PGE), 45 millions d’euros de prêts et 30 millions d’euros de fonds propres provenant des actionnaires Equistone Partners Europe et Bpifrance. Parallèlement, Novares a considérablement réduit sa dette totale et l’a convertie en fonds propres.

Cette situation fait suite à l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire en France sollicitée par la Holding du groupe Novares le 29 avril dernier, soit il y a seulement 28 jours. Au cours de cette procédure exceptionnellement courte, un plan de continuation a été élaboré et sept offres ont été reçues. Le tribunal de Nanterre a finalement décidé de valider le plan de continuation.

Novares, fournisseur mondial de pièces en plastique pour l’industrie automobile au chiffre d’affaires de 1,4 milliards d’euros, avait choisi la voie juridique pour faire face à la pandémie de Covid-19, qui a entraîné l’interruption des opérations du Groupe dans le monde pendant une longue période et l’attrition de sa trésorerie.
Novares, qui exploite 45 usines dans 23 pays, a reçu le 18 mai dernier une injection de trésorerie de 45 millions d’euros de ses actionnaires Equistone et Bpifrance, lui permettant de rouvrir 13 de ses 19 sites de production européens.

Ce nouvel accord et l’injection de trésorerie correspondante, approuvés par 84% des créanciers et 100% des actionnaires, garantit l’avenir à long terme de l’entreprise et va lui permettre de rouvrir ses autres sites fermés en raison de la pandémie, notamment aux États-Unis, dès que les conditions seront réunies.