Verbatim

Sopra Steria projette d’acquérir SAB, éditeur français de Core Banking, venant renforcer le projet de Sopra Banking Software. Cette dernière acquerrait, dans un premier temps, une participation majoritaire au capital et, au bout d’un an, le complément jusqu’à 100%. Les deux fondateurs, Olivier Peccoux et Henri Assaf, resteraient engagés dans leurs rôles actuels pour accompagner les équipes dans la période de transition et au-delà.

Fondée en 1989, SAB compte plus de 200 références, majoritairement des banques de détail. La société a généré en 2018 un chiffre d’affaires de 64,4 millions d’euros. « La récurrence de ses revenus est élevée puisque les services de maintenance et les services opérés en mode ASP (Application Service Provider) représentent, respectivement, 30% et 12% du chiffre d’affaires 2018, explique Sopra Steria. Plus des trois quarts de son activité sont réalisés en France où la réputation de SAB est particulièrement forte, notamment auprès des banques de taille intermédiaire alors que Sopra Banking Software opère avec des banques de taille plus importante ».

L’acquisition de SAB serait une avancée majeure dans la stratégie de Sopra Banking Software qui, sur l’Europe notamment, vise à se positionner sur les projets de transformation des banques sur un large spectre de tailles (banques T1 à T4) en s’appuyant à la fois sur la solution logicielle et sur la capacité du groupe à prendre en charge l’implémentation et, progressivement, l’exploitation de systèmes dans leur ensemble. Cette opération participerait au projet de Sopra Banking Software dont l’année 2019 est une année de consolidation, l’objectif étant de revenir, à partir de 2020, sur les niveaux de rentabilité opérationnelle historiques. Le projet d’acquisition de SAB est soumis aux conditions préalables usuelles.