Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Projet d’OPA simplifiée sur Société Française de Casinos, OPR en perspective sur April, sans oublier les opérations en cours (Afone Participations, ITS Group) : l’année 2020 démarre lentement, mais sûrement. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

Sur Euronext Paris

Société Française de Casinos (SFC) : projet d’OPA à 1,44 € par action. Circus Casino France, branche gaming du groupe belge Ardent Group, a signé des protocoles pour acquérir 50,05% du capital de la SFC auprès de deux de ses principaux actionnaires, Frameliris et Foch Investissements. Dans ce cadre, le prix a été fixé à 1,44 € par action, soit une décote de 9,4% par rapport au dernier cours coté avant l’annonce. Ce qui valorise cet exploitant de quatre casinos (à Châtel-Guyon, Collioure, Gruissan et Port-la-Nouvelle) 7,3 millions d’euros. En cas de réalisation, Circus Casino France déposerait courant 2020 un projet d’OPA simplifiée au même prix de 1,44 €, mais n’a pas l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire.

April : l’offre publique de retrait est en marche. Andromeda Investissements, une société de reprise détenue par des fonds gérés par CVC Capital Partners, a conclu avec Persée Participations un contrat d’acquisition portant sur 10,18% du capital de ce courtier en assurances, à un prix de 22 € par action. En conséquence, Andromeda Investissements détient désormais 99,01% du capital d’April. Comme annoncé lors de l’OPA simplifiée initiée le 11 juillet 2019 (au prix de 21,60 €), cette structure confirme son intention de déposer une OPR suivie d’un retrait obligatoire portant sur les actions non détenues. Cette offre sera soumise à la conformité de l’AMF dès que possible après l’annonce des résultats 2019 du groupe April.

Les opérations en cours

Afone Participations : l’OPR se terminera jeudi 9 janvier 2020. Le concert d’actionnaires, formé par FL Finance et Awys, qui détient au moins 85,85% du capital (hors actions autodétenues) et 92,29% des droits de vote de cet opérateur de télécommunications et de paiements électroniques, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 13 €. Ce prix fait ressortir une décote de 3,7% sur le cours de clôture du 27 septembre 2019, dernière séance avant l’annonce de l’OPR, et une prime de 1,3% sur la moyenne des 3 mois précédant cette date. A l’issue de l’OPR, les co-initiateurs solliciteront la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

ITS Group : l’OPA simplifiée sera close vendredi 10 janvier 2020. ITS Participations, holding de reprise contrôlée majoritairement par M. Jean-Michel Bénard (PDG d’ITS Group), qui détient désormais au moins 51,56% du capital de cette entreprise de services du numérique (ESN), s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 6,62 €. Ce prix représente une prime de 50,8% sur le cours de clôture au 16 octobre 2019 et une prime de 48,4% sur la moyenne pondérée des cours sur les 3 mois précédents. Si les conditions requises sont remplies, l’initiateur a l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire.

A savoir

Investissements étrangers en France : la règlementation se durcit. Le décret sur le contrôle des investissements étrangers en France (IEF), destiné à protéger les entreprises de certaines acquisitions étrangères, est entré en vigueur le 1er janvier 2020, comme l’a précisé Bercy. Désormais, le seuil de participation déclenchant le contrôle IEF est abaissé à 25% et de nouveaux secteurs entrent dans le champ du contrôle : la presse écrite et les services de presse en ligne d’information politique et générale, la sécurité alimentaire, le stockage d’énergie et les technologies quantiques. Par ailleurs, l’investisseur devra, dès la demande, faire connaître ses liens avec des Etats ou des organismes publics étrangers. Ces liens pourront participer au refus d’accorder une autorisation d’investissement.

Vivendi : accord avec un consortium mené par Tencent concernant UMG. Cet accord prévoit l’acquisition par le consortium, mené par Tencent avec la participation de Tencent Music Entertainment et d’investisseurs internationaux, de 10% du capital d’UMG, sur la base d’une valeur d’entreprise de 30 milliards d’euros pour 100% du capital. Le consortium a l’option d’acquérir, sur la même base de prix, jusqu’à 10% supplémentaire du capital jusqu’au 15 janvier 2021.

Veolia a finalisé la cession de ses réseaux de chaleur et de froid aux Etats-Unis pour 1,25 milliard de dollars à Antin Infrastructure Partners. « Veolia poursuit de manière régulière une revue de son portefeuille d’actifs, à l’aune de sa stratégie et de son plan de développement, est-il précisé. Cette revue renforce la capacité et la flexibilité du Groupe pour se positionner sur les meilleures opportunités de croissance, celles où Veolia peut apporter le plus de valeur ajoutée, en cohérence avec le prochain plan stratégique qui sera présenté début 2020 ».

Eiffage a finalisé également l’acquisition de 49,99% d’Aéroport Toulouse-Blagnac. ATB est la société concessionnaire jusqu’en 2046 du cinquième aéroport français avec un trafic de 9,6 millions de passagers en 2018. « Cette acquisition de près de 500 millions d’euros s’inscrit dans la stratégie d’Eiffage visant à diversifier son portefeuille de concessions ainsi qu’à en allonger la durée, dans les territoires où le Groupe est durablement implanté », explique Eiffage.

2019 : un très bon millésime boursier. A l’issue d’une séance du 31 décembre écourtée (clôture à 14h05), l’indice CAC 40 a terminé l’année à 5.978,06 points, soit une hausse de 26,4% en 2019, voire 29,2% en intégrant les dividendes distribués (CAC 40 NR). Il faut remonter à 1999 (+51,1%) pour connaître une meilleure performance. En flirtant avec la barre des 6 000 points, l’indice vedette n’est d’ailleurs plus très loin de son record historique, atteint le 4 septembre 2000 (6.944,77 points).

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite une belle et heureuse année et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés