Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. C’est un véritable feu d’artifice qui a été tiré par les groupes français en cette mi-décembre, avec l’offre surprise d’Atos sur Gemalto (pour le moment repoussée), l’OPA de TF1 sur Aufeminin, l’OPE d’Unibail-Rodamco sur Westfield, la « Rolls des centres commerciaux », et l’OPA d’Assystem sur SGS.

A l’étranger, Walt Disney s’offre la 21st Century Fox (sous réserve du feu vert des autorités de la concurrence), Mineral Resources surenchérit pour emporter AWE et PKN Orlen veut 100% d’Unipetrol. Bref, la semaine a été particulièrement animée. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

En France

Gemalto : Atos persiste et signe dans son OPA au prix de 46 €. Après avoir essuyé une fin de non-recevoir, Atos a confirmé mercredi sa proposition d’offre publique en numéraire au prix de 46 € par action (coupon attaché). Ce prix fait ressortir une prime d’environ 42% sur le dernier cours non affecté de Gemalto au 8 décembre 2017, valorisant Gemalto 4,3 milliards d’euros. Selon Atos, ce rapprochement conduira à « asseoir une position de leader mondial en cybersécurité, technologies digitales et services numériques, bénéficiant d’une forte complémentarité d’offres, de technologies et de présence commerciale ». Son offre, qui devient par essence non amicale, devrait être déposée auprès de l’autorité de marché néerlandaise.

Aufeminin : OPA en vue de TF1 à 38,74 € par action. La première chaîne de télévision a remis une offre ferme à Axel Springer en vue de l’acquisition de sa participation majoritaire, représentant 78,4% du capital, dans aufeminin, au prix de 38,74 € par action (sous réserve d’ajustements usuels). Ce prix fait ressortir une prime immédiate de 23,6% et une prime de 45,7% sur le cours du 8 décembre 2017. Il valorise cet éditeur de sites Internet 365 millions d’euros, soit 3,4 fois le chiffre d’affaires 2016 (107,3 M€) et 14,8 fois l’Ebitda (24,7 M€). Une fois cette acquisition réalisée, TF1 déposera une OPA simplifiée au même prix sur le solde du capital.

A l’étranger

The Walt Disney Company acquiert 21st Century Fox pour 52,4 milliards de dollars, après un spin-off (scission) de certaines activités. Selon les termes de l’accord, les actionnaires de 21st Century Fox recevront 0,2745 action Walt Disney pour chaque action 21st Century Fox détenue (sous réserve d’ajustement au titre des dettes fiscales). Le ratio d’échange a été établi en fonction de la moyenne pondérée des cours de l’action Disney sur 30 séances. Disney assumera également environ 13,7 milliards de dollars de dette nette. Le prix d’acquisition de 21st Century Fox s’établit dès lors à 52,4 milliards de dollars et à 66,1 milliards en valeur d’entreprise.

Unibail-Rodamco lance une offre mixte amicale sur l’australien Westfield, afin de former le premier opérateur mondial de centres commerciaux, avec un patrimoine de 61,1 milliards d’euros. Selon les termes du contrat, les actionnaires de Westfield recevront des espèces (2,67 $) et des titres (0,01844 titre jumelé Unibail-Rodamco), soit 7,55 $ par action (10,01 $ australiens), valorisant Westfield 24,7 milliards de dollars (en valeur d’entreprise). Cette contrepartie offre une prime de 17,8% sur le cours de Westfield au 11 décembre 2017. A l’issue de l’opération, les actionnaires d’Unibail-Rodamco détiendront 72% des titres jumelés et ceux de Westfield 28%.

AWE : Mineral Resources surenchérit sur l’offre de CERCG. Le groupe minier australien a décidé de contrer l’offre de China Energy Reserve and Chemicals Group, en proposant à son compatriote producteur de gaz une offre en titres, à raison de 22,325 actions nouvelles AWE pour 1 action Mineral Resources, soit une contrepartie de 0,80 dollar australien. A comparer au 0,73 dollar australien en espèces proposé par China Energy. AWE a demandé, lundi 11 décembre, à ses actionnaires de ne rien décider avant qu’il ait examiné en profondeur les deux propositions concurrentes.

PKN Orlen veut le contrôle total d’Unipetrol. Cette major pétrolière polonaise, qui détient déjà 62,9% du principal groupe de raffinage et de pétrochimie en République tchèque, lance une OPA au prix de 380 couronnes par action (soit 14,80 euros), valorisant Unipetrol 2,7 milliards d’euros. L’offre, ouverte du 28 décembre 2017 au 30 janvier 2018, est soumise à la condition d’atteindre au moins 90% du capital dans la perspective d’un retrait de la Bourse de Prague.

Assystem Technologies lance une OPA amicale sur le groupe SQS, acteur de référence dans la transformation digitale et l’assurance qualité. La société française d’ingénierie propose d’acquérir chaque action au prix de 825 pence, soit une prime de 56,4% sur le cours coté sur l’Alternative Investment Market du London Stock Exchange avant l’annonce. Ce qui valorise SQS 281,3 millions de livres. La réalisation de l’opération est soumise aux conditions habituelles, y compris l’acceptation de l’offre par des actionnaires de SQS, représentant au moins 75% du capital et des droits de vote.

Les opérations en cours

En France

Foncière Développement Logements : l’OPR sera ouverte jusqu’au 28 décembre 2017. Foncière des Régions, qui détient 99,85 % du capital de FDL, s’engage à acquérir le solde des actions au prix unitaire de 8,06 €. Ce prix fait apparaître une décote de 5,6% par rapport au cours du 19 octobre 2017 (8,54 €), dernière séance avant l’annonce de la transaction, mais reste égal au cours moyen pondéré par les volumes sur les 3 derniers mois avant cette date. En revanche, le prix fait ressortir une prime de 73,3% sur l’actif net réévalué triple net EPRA au 30 juin 2017 (4,65 €). Le retrait obligatoire interviendra le 29 décembre 2017.

IGE+XAO : l’OPA se déroule jusqu’au 22 janvier 2018. Schneider Electric Industries s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues de l’éditeur de logiciels de CAO, au prix de 132 € par action (dividende inclus, arrêté à 1,55 €). Ce prix fait ressortir une prime de 15% sur le dernier cours avant l’annonce de l’opération, le 8 novembre 2017, et de 26,4% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Schneider se réserve le droit de ne pas donner suite à son offre s’il ne détient pas les deux tiers du capital (plus une action) d’IGE+XAO.

Astellia : l’OPA court jusqu’au 23 janvier 2018. Exfo, qui détient 33,07% de ce spécialiste de l’analyse de la performance des réseaux mobiles, s’engage à acquérir la totalité des titres non détenus, représentant 66,93% du capital, au prix de 10 € par action. Ce prix extériorise une prime de 44,7% sur le dernier cours du 30 août 2017, dernière séance avant l’annonce de l’offre. Si les conditions requises sont remplies, Exfo a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

Les résultats

Vexim : Stryker France MM Holdings en deçà des 95%. A l’issue de son OPA simplifiée, ouverte du 16 novembre au 6 décembre 2017 au prix de 20 € par action et de 3,91 € par BSAAR, cette filiale de Stryker Corporation détient désormais 92,19% du capital et 91,56% des droits de vote du spécialiste de la microchirurgie innovante du dos. Stryker France ne pourra donc pas mettre en œuvre un retrait obligatoire.

Pierre & Vacances : les Ornane 2019 en voie de disparition. A l’issue de la période de désintéressement, 168.170 Ornane 2019 ont été rachetées, représentant 5% du nombre d’obligations initialement émises, au prix unitaire de 46,53 €, soit un montant total de 7,8 millions d’euros. En conséquence, le nombre d’Ornane 2019 restant en circulation est de 33.831, soit 1% du nombre de titres initialement émis. Pierre & Vacances a donc l’intention de procéder à l’amortissement anticipé de la totalité des Ornane 2019 restant en circulation.

Sortie de cote

Havas : les actions ont été radiées d’Euronext Paris jeudi 14 décembre 2017.  A l’issue de l’offre publique de retrait, qui s’est déroulée du 30 novembre au 13 décembre 2017 au prix de 9,25 € par action, Vivendi avait porté son contrôle à 97,54% du capital et 97,52% des droits de vote du groupe de communication.

A savoir

Leadmedia Group en quête de solutions financières, lui permettant d’assurer la continuité de son exploitation au cours du 1er semestre 2018. Il s’agit « de trouver un accord avec ses créanciers, principalement sur sa dette bancaire et à obtenir le soutien de nouveaux investisseurs », explique cet acteur du data marketing. « Cette recherche de solution comprend la formalisation des marques d’intérêts dont la société a pu faire l’objet. Les offres sollicitées visent actuellement à repositionner les actifs du groupe, et si elles se concrétisent, pourraient apporter à l’entreprise les moyens nécessaires à la poursuite de son activité ».

OPA, OPE, OPR, OPRA, bientôt le bilan 2017 ! Sociétés cibles, acquéreurs, prix et nature de l’offre publique, primes offertes sur le dernier cours ou sur la moyenne des cours des trois derniers mois avant l’annonce de l’opération, noms des établissements présentateurs et des experts indépendants, etc.  Le Journal des OPA donnera en exclusivité tous ces éléments dans un document récapitulatif qui sera réservé aux membres recevant les alertes du Journal des OPA.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un très beau week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés