Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Deux relèvements de prix (CFI, Mineral Deposits Limited), une OPA amicale (Envision Healthcare), deux offres repoussées (Inmarsat, BCA Marketplace) et de nombreux feux verts (Time Warner, Uniper, Sky), sans oublier les changements de tours de table (GFI, SIPH, Lafuma) : la semaine a été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

Mineral Deposits Limited (MDL) : Eramet relève le prix de son offre. Le groupe français, l’un des principaux producteurs mondiaux de manganèse et de nickel, a décidé de fixer le prix de son OPA à 1,75 dollar australien par action MDL, contre 1,46 dollar initialement, soit une majoration de 19,9%. Ce prix représente une prime de 51% par rapport au cours de clôture avant l’annonce initiale. En dépit de ce geste, le conseil d’administration du groupe minier australien a rejeté cette offre majorée qui « continue de sous-évaluer les actions MDL », le prix restant « inférieur à la fourchette de juste valeur de l’expert indépendant de 2,04 à 2,52 dollars australiens ».

KKR acquiert Envision Healthcare pour 5,6 milliards de dollars. La société d’investissement américaine lance une OPA amicale sur ce groupe américain spécialisé dans les services médicaux, avec des spécialités allant de la gastro-entérologie à l’ophtalmologie et l’orthopédie. Selon les termes de l’accord, qui a été approuvé à l’unanimité par le conseil d’administration d’Envision, KKR offre 46 $ par action, soit une prime de 5,4% sur le dernier cours avant l’annonce, et une prime de 32% par rapport au cours moyen depuis le 1er novembre 2017, date à laquelle Envision avait annoncé réfléchir à différentes options stratégiques.

Inmarsat rejette une offre d’EchoStar. L’opérateur britannique de satellites a annoncé avoir opposé une fin de non-recevoir à la proposition de rachat formulée par la société américaine. « Après avoir soigneusement examiné la proposition avec ses conseillers, le conseil d’administration a rejeté la proposition au motif qu’elle sous-estimait très significativement Inmarsat », a expliqué le groupe dans un communiqué.

BCA Marketplace rejette les avances d’Apax. Le groupe britannique, spécialiste de la vente de véhicules d’occasion, a fait l’objet d’une approche préliminaire et conditionnelle de la part d’Apax concernant une offre en numéraire de 200 pence par action, valorisant BCA 1,67 milliard de livres. Après un examen attentif, le conseil d’administration de BCA a décidé de rejeter la proposition. La société de capital-investissement a jusqu’au 8 juillet pour soumettre une offre ferme ou renoncer.

Les opérations en cours

En France

CFI : l’OPA au prix relevé de Financière Apsys se déroule jusqu’au 27 juin 2018. Cette société foncière contrôlée par la famille Bansay, qui détient 89,11% du capital de la Compagnie Foncière Internationale, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix de 1 € par action, contre 0,83 € par action initialement, soit une majoration de 20,5%. Ce prix fait ressortir une prime de 185,2% par rapport à l’actif net comptable au 31 décembre 2017, mais fait toujours apparaître une décote de 67,5% sur le cours avant l’acquisition du bloc par Financière Apsys, le 9 janvier.

Aufeminin : l’OPA simplifiée de TF1 sera ouverte jusqu’au 4 juillet 2018. La première chaîne de télévision, qui détient désormais 78,07% du capital (après les avoir acquis auprès d’Axel Springer), s’engage à acquérir les actions non détenues au prix modifié de 39,47 € contre 38,74 € initialement, soit une majoration de 1,9%. Ce prix fait ressortir une prime de 48,4% sur le cours du 8 décembre 2017, dernière séance avant les premières rumeurs, et une prime de 51,2% sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Si les conditions requises sont remplies, TF1 a l’intention de demander la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

A l’étranger

La justice américaine a autorisé la fusion entre AT&T et Time Warner. Mardi 12 juin, un juge fédéral de Washington a autorisé sans conditions la fusion entre l’opérateur télécoms et le propriétaire des chaînes HBO et CNN ainsi que des studios WarnerBros, ouvrant la voie à la création d’un géant dans le secteur des médias et de l’Internet. La justice a estimé que le gouvernement n’avait pas été en mesure d’apporter la preuve que cette opération serait préjudiciable à la concurrence. Pour chaque action Time Warner, les actionnaires recevront 53,75 $ en numéraire et l’équivalent de 53,75 $ en titres AT&T, soit une contrepartie totale de 107,50 $.

Bruxelles autorise l’acquisition d’Uniper par Fortum. La Commission européenne a autorisé sans conditions, en vertu du règlement de l’UE sur les concentrations, l’acquisition d’Uniper par Fortum,  deux entreprises sont présentes dans le secteur de l’énergie. La Commission est parvenue à la conclusion que l’opération ne poserait pas de problème de concurrence au sein de l’Espace économique européen.

Bruxelles autorise également le projet de rachat de Sky par Comcast. La Commission a conclu que le projet de rachat n’entraînerait qu’une augmentation limitée des parts de marché existantes de Sky sur les marchés de l’acquisition de contenus télévisuels, ainsi que sur le marché de l’offre en gros de chaînes de télévision dans les Etats membres concernés.

Tours de table

GFI Informatique : Mannai Corporation renforce son contrôle au-delà des 95%. Le groupe qatari a acquis 10.206.695 actions GFI, au prix unitaire de 8,50 €, détenues par Apax Partners, Altamir et Boussard & Gavaudan, représentant environ 15% du capital. A l’issue de ces opérations, Mannai détiendra seul environ 96% du capital de GFI, tandis qu’Apax Partners, Altamir et Boussard & Gavaudan ne détiendront plus aucune action. En se renforçant au capital de GFI, Mannai Corporation « réaffirme son engagement d’être un actionnaire de long terme ».

SIPH : le concert d’actionnaires a franchi le seuil de 90%. Le concert composé de la Compagnie Financière Michelin (CFM) et de la Sifca détient désormais 90,07% du capital et 94,41% des droits de vote de la Société Internationale de Plantations d’Hévéas, selon la répartition suivante : 55,59% pour la Sifca, 34,48% pour la CFM. Pour rappel, à l’issue de l’OPA simplifiée au prix de 85 € par action, qui s’est déroulée du 22 juin au 12 juillet 2017 inclus, le concert avait porté son contrôle à 89,15% du capital et 93,74% des droits de vote de la SIPH.

Lafuma : Calida Holding porte sa participation à 87,70%. Cette société cotée à la SIX Swiss Exchange, actionnaire majoritaire de Lafuma depuis décembre 2013, a annoncé la signature d’un contrat d’acquisition de la participation de CDC Entreprises Elan PME, actionnaire historique minoritaire de Lafuma. Avec cette transaction au prix de 17,99 € par action, représentant 8,54% du capital, Calida augmente sa participation à 87,70% dans le fabricant d’équipements de sport et de loisirs. La transaction devrait être réalisée dans les tout prochains jours. CDC Entreprises Elan PME quittera le conseil d’administration de Lafuma.

Cessions de participations de l’Etat en vue. « Nous nous donnerons dans la loi Pacte [Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises] la possibilité de céder les participations que l’Etat détient dans 3 entreprises : le groupe ADP (ex-Aéroports de Paris), la Française des Jeux et Engie », a indiqué cette semaine Bruno Le Maire, ministre de l’Economie.

Les points sur les i

Stryker dément négocier le rachat de Boston Scientific. Le fabricant américain d’équipements médicaux a démenti mercredi négocier l’achat de son concurrent, après des informations de presse évoquant un rapprochement entre les deux groupes. « Stryker n’est pas en discussion avec Boston Scientific au sujet d’une possible acquisition », a ainsi déclaré la société. Le Wall Street Journal avait indiqué lundi que Stryker avait approché Boston Scientific en vue d’un rapprochement, afin de donner naissance à un géant du secteur, susceptible de rivaliser avec Medtronic.

Des minoritaires de Sequana demandent une OPA de Bpifrance sur la filiale Antalis. Lors de l’assemblée générale de Sequana, le 21 juin 2018, l’association Asamis des minoritaires de Sequana et de sa filiale Antalis compte s’opposer au vote des conventions réglementées conclues entre Sequana et Bpifrance Participations, révèle le site minoritaires.com. « Elle demande à l’AMF la mise en œuvre d’une OPA obligatoire de la banque publique sur Antalis dont bpifrance Participations (également premier actionnaire de Sequana) détient via ses nantissements exerçables au plus tard le 31 janvier 2019, plus de 30% et même 50% du capital ». Pour consulter l’article de Minoritaires.com

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un superbe week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés