Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. L’activité a été relativement calme sur le marché parisien, si l’on excepte le record d’altitude de l’indice CAC 40 et les rumeurs sur BioMérieux, mais très dynamique à l’étranger, avec des OPA sur Rogers, Monmouth Real Estate et Daily Mail and General Trust. Tout ce qu’il faut savoir.

Les nouvelles offres

DuPont lance une OPA amicale sur Rogers. Le groupe américain de chimie a conclu un accord définitif en vue d’acquérir Rogers, spécialiste des matériaux pour circuits haute fréquence et des composants d’ingénierie, pour un montant de 5,2 milliards de dollars. Pour chaque action Rogers apportée, DuPont propose 275 $, soit une prime de 31,9% sur le dernier cours coté à Wall Street, lequel affichait déjà une hausse de 34,1% depuis le début de l’année. Sous réserve des conditions habituelles, la transaction devrait être conclue au 2e trimestre 2022. « DuPont est un choix naturel pour Rogers, en tant que principal fournisseur de solutions de matériaux de pointe, qui bénéficiera de l’envergure mondiale de DuPont », a déclaré Bruce D. Hoechner, président de Rogers.

Industrial Logistics Properties Trust lance une OPA amicale sur Monmouth Real Estate Investment. À la suite d’un accord définitif, cette société d’investissement immobilier va pouvoir acquérir son concurrent dans le cadre d’une transaction en espèces, évaluée à environ 4 milliards de dollars, en incluant les acquisitions engagées par Monmouth, les coûts de transaction et la prise en charge de 409 millions de dollars de dette. Pour chaque action Monmouth Real Estate, ILPT offre 21 $, soit une prime de 11,4% sur le dernier cours coté à New York. Monmouth exploite 126 sites industriels et logistiques dans 32 États, loués à 99,7% pour une durée moyenne pondérée des baux d’environ 8 ans. ILPT prévoit de financer cette acquisition en créant une joint-venture avec des investisseurs institutionnels. Sous réserve des conditions habituelles, l’opération devrait être finalisée au cours du premier semestre 2022.

Daily Mail and General Trust (DMGT) : la famille Rothermere veut retirer le titre de la cote. DMGT, qui coiffe le tabloïd Daily Mail, Metro et New Scientist, a décidé de mettre en œuvre une réorganisation majeure. A la clé, la vente de son activité de risque d’assurance, une distribution spéciale aux actionnaires de la quasi-totalité des liquidités du groupe et sa participation dans Cazoo (plateforme dédiée aux voitures d’occasion) et une offre sur DMGT par son actionnaire de contrôle, Rothermere Continuation Limited (RCL), holding de la famille Rothermere. Pour chaque action DMGT, RCL offre 255 pence. A cela s’ajoute un dividende spécial de 568 pence et de 0,5749 action Cazoo. Cette contrepartie représente une prime de 21,5% sur le cours de 1 040 pence par action, le 9 juillet 2021, dernière séance avant l’annonce d’une éventuelle offre.

Dell Technologies a finalisé la scission de sa participation de 81% dans VMwar, spécialisée dans la virtualisation des serveurs et le cloud computing. La scission a été réalisée par le biais d’un dividende spécial de 30.678.605 actions ordinaires de classe A VMware et 307.221.836 actions ordinaires de classe B VMware distribuées aux actionnaires de Dell enregistrés au 29 octobre 2021. Chaque action de classe B de VMware a été convertie en une action de classe A de VMware dans le cadre de la distribution et avant la réception par les actionnaires de Dell de ces actions. Selon Dell technologies, « le spin-off crée deux sociétés autonomes positionnées pour la croissance à l’ère des données ». Michael Dell restera président et directeur de Dell Technologies, ainsi que président du conseil d’administration de VMware.

Les offres en cours

Tessi : l’OPR se terminera mercredi 10 novembre 2021. Pixel Holding, holding de participations industrielles qui détient au moins 97,34% du capital de ce spécialiste de la gestion externalisée des flux documentaires et de paiement, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 168,60 € (dividende de 3,40 € détaché le 24 juin 2021). Ce prix fait ressortir une prime de 36,5% sur le dernier cours coté le 1er juin 2021 avant l’annonce et une prime de 40% sur la moyenne des 60 séances avant cette date. Pixel Holding, qui remplit d’ores et déjà les conditions de détention, a demandé à l’AMF de procéder au retrait obligatoire dès la clôture de l’OPR.

Ivalis : l’OPA simplifiée sera close vendredi 12 novembre 2021. RGIS Spécialistes en Inventaire, qui détient au moins 95,13% du capital de cette société spécialisée dans la réalisation d’inventaires physiques de stocks, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 24,50 € par action, droit au dividende attaché (contre un prix initial de 11,45 €). Ce prix fait ressortir une prime de 137,9% sur le dernier cours coté au 30 avril 2021 sur Euronext Growth, avant l’annonce de l’opération et une prime identique sur la moyenne des 3 derniers mois avant cette date. Si les conditions requises sont remplies, RGIS demandera la mise en œuvre d’une procédure de retrait obligatoire.

Filae : l’OPA simplifiée prendra fin mercredi 12 novembre 2021. TreeHouse Junior, qui contrôle par ailleurs la société MyHeritage et détient au moins 94,06% du capital de Filae, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix de 20,75 €. Ce prix fait ressortir une prime de 6,9% sur le dernier cours coté avant cette annonce et une prime de 59,6% par rapport au cours du 21 janvier 2021 avant l’annonce de l’offre de Trudaine Participations (Geneanet), ce qui valorise Filae 34 millions d’euros. L’initiateur a demandé à l’AMF de procéder au retrait obligatoire à l’issue de la clôture de l’offre.

Prodware : le projet de note en réponse à l’OPA a été déposé. Il contient notamment le rapport du cabinet Finexsi, mandaté par le conseil d’administration en qualité d’expert indépendant. Pour rappel, Phast Invest, structure détenue par les dirigeants, actionnaires historiques de Prodware, qui détient de concert avec d’autres actionnaires 38,47% du capital, s’engage a à acquérir les actions non détenues au prix unitaire de 8,80 € par action. Ce prix fait ressortir une prime de 66% sur le cours de l’action, le 19 octobre 2021. Il valorise cette société spécialisée dans l’édition-intégration et l’hébergement de solutions de gestion à 68 millions d’euros. En cas de suite positive, Phast Invest n’a pas l’intention de mettre en œuvre de retrait obligatoire.

À savoir

Roche rachète la part de Novartis dans son capital pour un montant de 20,7 milliards de dollars. Les deux géants pharmaceutiques suisses ont décidé, d’un commun accord, de tourner une page de leur histoire et de vivre chacun de leur côté. Roche va ainsi racheter les 53,3 millions d’actions détenues par Novartis, représentant 33% du capital, pour un montant de 20,7 milliards de dollars (19 milliards de francs suisses ou 18 milliards d’euros). Le prix a été fixé à 356,93 francs suisses par action ou 388,99 $, correspondant à la moyenne pondérée des 20 dernières séances jusqu’au 2 novembre 2021 inclus. Cette opération n’entraîne pas de changement de contrôle, le « pool » constitué par les actionnaires des familles fondatrices, qui détenait précédemment la majorité des voix, aura environ 67,5% des droits de vote à l’issue de la transaction. La Commission des OPA a accordé une dérogation à l’obligation de soumettre une offre obligatoire sur la base des dispositions légales applicables.

Bruits de marché

BioMérieux très travaillée sur Euronext Paris. L’action du groupe spécialisé dans le domaine du diagnostic in vitro a bondi de 6,1% mercredi 3 novembre au matin. Selon l’agence Bloomberg, le groupe néerlandais Qiagen, l’un des leaders du diagnostic moléculaire, serait en discussion avec bioMérieux en vue d’un éventuel rapprochement. Qiagen est dirigé par Thierry Bernard, qui a travaillé précédemment chez… BioMérieux où il a occupé des postes à responsabilité croissante durant une quinzaine d’années. Mais le marché ne semble pas convaincu : BioMérieux pèse 12,4 milliards d’euros, alors que Qiagen capitalise 10,6 milliards d’euros. Et, dans ce cas, la famille Mérieux perdrait le contrôle de l’entreprise. Sur la semaine, l’action cède 3,9%, à 104,60 €.

L’indice CAC 40 signe un doublé et bat un record vieux de 21 ans. L’indice phare de la Bourse de Paris a en effet franchi le seuil des 7.000 points pour la première fois de son histoire, vendredi 5 novembre, et a inscrit un nouveau record en séance à 7.063,40 points, avant d’inscrire un record en clôture à 7.040,79 points. A ce niveau, le baromètre vedette affiche un gain de 26,8% depuis le 1er janvier, de 57,8% sur cinq ans glissant et de 126,9% sur dix ans glissant.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end sans virus et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés

Partager