L'offre du jour

Akka Technologies : projet d’OPA d’Adecco à 49 € par action. Le groupe français d’ingénierie et de conseil va bientôt passer sous pavillon suisse. Dans un premier temps, la famille Ricci et Swilux, filiale à 100% de la Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP), qui détiennent ensemble environ 60% du capital d’Akka, se sont engagés à vendre leur participation au Groupe Adecco. La réalisation de cette première étape est prévue au début du premier trimestre 2022, sous réserve des conditions suspensives habituelles, en particulier l’obtention de toutes les autorisations réglementaires.

A la suite de la clôture de la première étape de la transaction, Adecco lancera une OPA en Belgique et en France pour les titres Akka restants, au même prix de 49 € par action. L’offre sera inconditionnelle. Les détenteurs de titres Akka auront donc la possibilité d’offrir leurs titres pour 49 € par action en espèces. Sous réserve de l’obtention des autorisations nécessaires, l’OPA sera lancée vers la fin du premier trimestre 2022 et sera clôturée au premier semestre 2022.

Le conseil d’administration d’Akka s’est engagé à recommander l’offre à l’unanimité. Le prix de l’offre par action représente une prime de 114,7% par rapport au cours de l’action du 23 juillet 2021, et une prime de 108,4% par rapport à la moyenne pondérée des trois derniers mois. Le montant de la transaction, qui s’élève à 2 milliards d’euros en valeur d’entreprise, correspond aux capitaux propres de 1,5 milliard et tient compte de la dette financière nette d’Akka à la fin juin 2021.

Le groupe Adecco a l’intention de financer cette transaction principalement par le biais de nouvelles obligations senior d’environ 1 milliard d’euros, d’une nouvelle obligation hybride de 500 millions et par le placement de nouvelles actions ordinaires issues du capital autorisé afin de lever un produit brut pouvant atteindre 350 millions. Adecco a entièrement sécurisé un financement relais de 1 milliard pour cette transaction.

Adecco a l’intention de rapprocher Akka et sa filiale Modis. Avec cette étape, la nouvelle entreprise sera le n° 2 mondial sur le marché de l’ER&D (recherche et développement en ingénierie) avec 50.000 ingénieurs et experts numériques fournissant des services complets en matière d’informatique, d’ingénierie et de numérique. « Grâce à son envergure et à son savoir-faire accrus, cette puissante plateforme offrira à Akka et Modis une occasion unique de contribuer à l’avenir de la smart industry », explique Akka.

Le marché mondial de l’ER&D devrait atteindre 2.000 milliards de dollars d’ici 2023, selon les dernières études publiées, tirée par une demande à deux chiffres pour l’ingénierie numérique, qui devrait atteindre 47% des dépenses mondiales en ER&D en 2023, contre 36% en 2020. Selon Akka, les entreprises de services capables d’apporter une valeur ajoutée dans ces domaines seront les plus avantagées sur un marché adressable dont le taux de croissance annuel moyen est estimé entre 6 et 8%.