Feu au vert

Bruxelles autorise le projet d’acquisition d’Abertis par ACS et Atlantia. L’enquête de la Commission européenne a porté, en particulier, sur l’incidence de l’opération envisagée sur le marché des concessions autoroutières dans l’Espace économique européen, notamment en Italie, où les activités d’Abertis se chevauchent avec celles d’Atlantia, et en Espagne, où elles se chevauchent avec celles d’ACS.

Selon les conclusions de la Commission, l’opération envisagée ne posera pas de problèmes de concurrence sur ces marchés, notamment du fait que les trois sociétés ne sont pas les concurrentes les plus proches l’une de l’autre, et en raison de la présence d’autres concurrents importants sur le marché. En outre, il s’agit de marchés hautement réglementés fonctionnant par appels d’offres.

Pour les autres marchés connexes à l’exploitation d’autoroutes à péage, la Commission a conclu à l’absence de problème de concurrence. En effet, l’opération n’accroît de manière significative la présence des trois entreprises dans aucun État membre et il restera plusieurs concurrents puissants sur les marchés concernés. En outre, la Commission a jugé peu probable que ACS, Atlantia et Abertis restreignent l’accès des concurrents à leurs produits, services ou clients.

La Commission a donc conclu que l’acquisition envisagée ne compromettrait la concurrence sur aucun des marchés concernés.