Feu au vert

Bruxelles autorise sous conditions l’acquisition d’Allergan par AbbVie. L’autorisation de la Commission européenne est subordonnée à la cession d’un produit en cours de développement par Allergan – un inhibiteur de l’IL-23, baptisé brazikumab –, pour le traitement des maladies inflammatoires de l’intestin. Ces maladies « sont des affections chroniques qui ont des effets dévastateurs sur la vie de millions de personnes, a déclaré Mme Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission. Notre décision fait en sorte que l’opération de concentration entre AbbVie et Allergan ne perturbe pas le développement d’un traitement innovant prometteur contre les maladies de ce type. Cela permettra d’élargir le choix de traitements et d’offrir de meilleurs prix aux patients ».

Pour rappel, AbbVie, groupe pharmaceutique américain, spécialisé dans la recherche et le développement de médicaments thérapeutiques, a annoncé fin juin 2019 l’acquisition du laboratoire californien Allergan, dont le produit phare est le Botox. Selon les termes de cette transaction amicale, les actionnaires d’Allergan recevront 0,866 action AbbVie et 120,30 $ en espèces pour chaque action Allergan apportée, soit une contrepartie totale de 188,24 $ par action, ce qui fait ressortir une prime de 45% par rapport au cours du 24 juin 2019. Selon AbbVie, l’acquisition générera des synergies annuelles avant impôts et d’autres réductions de coûts d’au moins 2 milliards de dollars la troisième année. A l’issue de la transaction, les actionnaires d’AbbVie détiendront 83% du nouvel ensemble et ceux d’Allergan 17%.