Lu dans la presse

« Scor est un consolidateur, pas une proie ». Le rapprochement avec Covéa n’avait « strictement aucun sens », explique Denis Kessler, PDG de Scor, dans un grand entretien avec Les Echos. « Nous aurions perdu des clients, des compétences, de la flexibilité financière, de la substance, notre notation… Covéa est un assureur hexagonal, assurant les risques simples des particuliers. Son développement à l’étranger – Italie, Irlande, Royaume-Uni, Etats-Unis – est calamiteux. Scor est une société globale, couvrant des risques complexes et importants dans plus de 160 pays… ». Et d’ajouter : « Je crois dans les mécanismes de marché. Si un projet fait sens pour continuer à développer le groupe et à créer de la valeur, nous l’examinerons avec attention. Mais Scor est un consolidateur, pas une proie. Qu’on se le dise ! ».