Verbatim

SoLocal Group présente son plan stratégique. « L’an dernier, SoLocal a finalisé une restructuration financière d’envergure qui lui permet de se projeter vers l’avenir. Mais l’entreprise fait face à l’érosion continue de son chiffre d’affaires et de ses parts de marché, et à des coûts fixes élevés qui entravent ses capacités d’investissement. C’est pourquoi il est indispensable d’engager, dès maintenant, un nouvel élan stratégique », explique Eric Boustouller, directeur général de SoLocal Group.

Trois axes de développement, créateurs de valeur, sont engagés :

1/ Développer de nouveaux services « full web & apps » sur tous les terminaux (PC, mobiles, tablettes et assistants personnels), proposés sous forme de packs et d’abonnements, à destination des entreprises

Face à l’évolution des besoins numériques des TPE/PME et des grands groupes à réseaux, SoLocal ambitionne d’être le portail digital de référence des entreprises, intégrant un service de coaching digital adapté à chaque segment de marché. Cette nouvelle offre se structure autour de 5 gammes de services : Digital Presence, Digital Advertising, Digital Website, Digital Solutions et Print to Digital.

2/ Réinventer ses médias, autour de nouvelles expériences utilisateurs avec PagesJaunes et Mappy

La refonte de PagesJaunes répond à deux priorités : renforcer la pertinence de la recherche locale (le search) pour les utilisateurs via une plus grande personnalisation et faire croître leur engagement à travers de nouveaux services (avis, recommandations, prises de rendez-vous, etc.). De son côté, Mappy accompagne l’évolution des habitudes de déplacement des Français en enrichissant d’un comparateur multimodal ses services d’itinéraire et de cartographie.

3/ Simplifier l’organisation

Pour répondre au mieux aux besoins des clients, l’organisation opérationnelle serait repensée autour, notamment, de la suppression des Business Units, la centralisation des fonctions supports, la rationalisation des implantations, la simplification de la ligne managériale et de la consolidation de certaines activités. Cela impliquerait une réduction de l’ordre de 1 000 postes sur la période 2018-2019, dont environ 800 postes en 2018 avec la mise en place d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi et 200 postes en 2019. En parallèle, il est envisagé, dans le cadre du projet de transformation, la création d’une centaine de postes en 2018 sur de nouvelles compétences digitales. L’entreprise a ainsi initié ce matin le processus d’Information-Consultation avec les instances représentatives du personnel, qui devrait être finalisé au plus tard à la fin du mois de juin 2018.

Ce projet de transformation repose sur une stricte discipline de contrôle des coûts contribuant à la réduction significative des coûts fixes. Couplée à un repositionnement stratégique sur des activités digitales à fort potentiel de croissance, elle doit permettre au Groupe de retrouver une croissance durable à partir de 2019.