Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Projet d’OPA simplifiée sur PSB Industries, fusion géante dans le transport ferroviaire en Amérique du Nord, spéculation sur la Compagnie Financière Richemont, sans oublier les offres en cours (Sofibus Patrimoine, GrandVision) : la semaine a été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

Sur Euronext Paris

PSB Industries : projet d’OPA simplifiée au prix de 30 euros par action. Le conseil d’administration de ce groupe plus que centenaire – anciennement Pierre Synthétique Baikowski, créé en 1904 – a pris connaissance d’un projet d’OPA simplifiée, suivie le cas échéant d’un retrait obligatoire. L’offre sera déposée par Alpha 20, entité agissant de concert avec plusieurs actionnaires familiaux de PSB, à savoir la famille Entremont, la famille Rosnoblet et Union Chimique, qui détiennent de concert 78,38% du capital et 86,11% des droits de vote de PSB. L’OPA sera proposée au prix de 30 € par action, contre un dernier cours coté de 18,60 €, soit une prime instantanée de 61,3%, valorisant ce spécialiste de l’emballage en cosmétique-parfumerie 110 millions d’euros.

Sur les marchés étrangers

Canadian Pacific Railway (CP) va fusionner avec Kansas City Southern (KCS) pour donner naissance au premier réseau ferré entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada. Pour ce faire, CP va lancer une offre sur KCS dans le cadre d’une transaction en actions et en espèces représentant une valeur d’entreprise d’environ 29 milliards de dollars, avec la prise en charge de 3,8 milliards de dollars de dette. Pour chaque action KCS, il est proposé 0,489 action CP et 90 $ en espèces, soit une contrepartie de 275 €, faisant ressortir une prime de 23% sur le cours du 19 mars 2021 et une prime de 26% sur la moyenne des 30 séances avant cette date. A la clôture de la transaction, soumise à l’aval des autorités américaines, et notamment au Surface Transportation Board (STB) les actionnaires de CP devraient détenir 75% du nouvel ensemble et ceux de KCS 25%.

Les opérations en cours

Sofibus Patrimoine : l’OPA simplifiée se terminera mercredi 31 mars 2021. Segro France, qui détient au moins 95,40% du capital de cette foncière spécialisée dans l’immobilier d’entreprise, s’engage à acquérir la totalité des actions non détenues au prix unitaire de 313,71 €. Ce prix représente une prime de 46,6% par rapport au cours de clôture de l’action Sofibus Patrimoine le 11 décembre 2020 et une prime de 67,5% sur la base du cours moyen des 3 derniers mois. La mise en œuvre d’un retrait obligatoire sera demandée dans la mesure où les conditions de détention sont d’ores et déjà remplies.

Bruxelles autorise l’acquisition de GrandVision par EssilorLuxottica sous conditions. L’enquête approfondie menée par la Commission européenne s’est concentrée sur les problèmes potentiels de concurrence qui pourraient résulter de la combinaison de la position solide qu’EssilorLuxottica détient sur le marché de la fourniture en gros d’articles optiques et de la présence de premier plan de GrandVision sur le marché de la distribution au détail de ces mêmes produits. Pour les résoudre, EssilorLuxottica a proposé de céder une partie de ses activités de vente au détail dans chacun des pays pour lesquels la Commission avait exprimé des préoccupations (Belgique, Italie, Pays-Bas). Celle-ci a conclu que l’opération envisagée, telle que modifiée par les engagements, ne pose plus de problèmes de concurrence.

Les résultats

NattoPharma : Lesaffre réussit son OPA. À l’issue de son offre au prix révisé de 35 couronnes norvégiennes par action, close le 23 mars 2021, le groupe français non coté, acteur mondial de la fermentation, détient désormais 76,43% du capital de ce spécialiste norvégien des compléments alimentaires. Le prix d’offre représente une prime de 16,7% sur le prix initialement annoncé (30 couronnes) et valorise NattoPharma 736 millions de couronnes norvégiennes sur une base entièrement dilué, soit 72,5 millions d’euros.

A savoir

Carrefour renforce son leadership au Brésil, avec l’acquisition de Grupo Big Brasil, troisième acteur de la distribution alimentaire au Brésil. La transaction valorise Grupo Big à une valeur d’entreprise de 7 milliards de réals (environ 1,1 milliard d’euros). Les deux groupes réunis affichent un chiffre d’affaires TTC combiné d’environ 100 milliards de réals, opèrent 876 magasins et emploient 137.000 collaborateurs. L’acquisition sera réalisée à 70% en numéraire et à 30% via des actions Carrefour Brésil nouvellement émises. À l’issue de la transaction, le Groupe Carrefour détiendra environ 67,7% de Carrefour Brésil (contre 71,6%), Península Participações 7,2% et Advent International et Walmart conjointement 5,6%, via des filiales. La finalisation est attendue en 2022.

Covéa saisit le Parquet National Financier contre Denis Kessler, PDG de Scor, pour manipulation de cours et abus de biens sociaux. Ces faits, qui auraient été commis entre septembre 2018 et janvier 2019, visent : d’une part, le rachat massif d’environ 4,6 millions d’actions de Scor, pour un montant total de 195 millions d’euros ayant permis de gonfler artificiellement le cours et entraîné un surcoût pour Scor de 31 millions d’euros ; d’autre part, l’engagement de près de 16 millions d’euros de frais de conseils pour prétendument contrer une tentative de prise de contrôle de Scor par Covéa, alors même que Covéa avait retiré sa proposition par ailleurs amicale dès le 4 septembre 2018. Ces faits ont conduit Covéa à porter plainte au nom de Scor.

Scor déplore une manœuvre mensongère et infondée du groupe Covéa, à trois mois du procès pénal le visant ainsi que M. Thierry Derez. Les faits mentionnés, à savoir les frais de défense que Scor a été contraint d’engager pour se défendre contre la tentative de prise de contrôle non sollicitée de Covéa en 2018, ainsi que les surcoûts subis par Scor dans le cadre de l’exécution de son programme de rachat d’actions, « sont parfaitement justifiés, légitimes, et ne sont en aucune manière des révélations », affirme Scor. Et d’ajouter : « Cette plainte semble avoir manifestement pour seul et unique objectif de détourner l’attention des graves fautes commises par M. Thierry Derez et Covéa dans la préparation et la mise en œuvre du projet non sollicité de prise de contrôle de Scor par Covéa en 2018 ».

Bruits de marché

La Compagnie Financière Richemont très entourée en Bourse. L’action du groupe suisse spécialisé dans l’industrie du luxe (Cartier, Montblanc, Piaget, Van Cleef & Arpels, etc.) a gagné 3,05% lundi, à 92,04 francs suisses, en hausse de 15% depuis le début de l’année, ce qui a porté sa capitalisation à 48 milliards de francs suisses. Selon le site spécialisé Miss Tweed, « Kering, le propriétaire de Gucci et de Saint Laurent, a fait une offre informelle en janvier pour fusionner avec le groupe suisse et créer un concurrent de taille capable de défier LVMH », qui serait intervenue au moment où le leader mondial du luxe bouclait l’acquisition du joaillier américain Tiffany & Co, le 7 janvier 2021. « Mais, ajoute Miss Tweed, l’offre de Kering n’a pas été retenue, selon plusieurs sources proches des discussions ».

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end d’évasion et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés