Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Fusion entre Reworld Media et Sporever, OPA d’Intel sur Mobileye, OPE de John Wood sur Amec Foster Wheeler, gros grains de sable dans la fusion Safran/Zodiac Aerospace, sans oublier les réactions et les déclarations : la semaine a été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouvelles offres

En France

Reworld Media envisage d’absorber Sporever. Les deux groupes médias sont entrés en discussion afin « de regrouper des activités similaires au sein d’une même structure » et « de favoriser les synergies ». La parité de fusion indicative est à ce stade comprise entre 0,44 et 0,59 action Reworld Media pour 1 Sporever sur la base d’un prix par action Reworld Media compris entre 2,90 € et 3,30 € et d’un prix par action Sporever compris entre 1,45 € et 1,70 €. Cette parité, qui n’a pas encore fait l’objet d’une validation, est susceptible d’être modifiée. En tout état de cause, aucun traité de fusion n’est encore signé et l’opération serait dans tous les cas conditionnée à son approbation par les assemblées générales des deux sociétés.

A l’étranger

Intel acquiert Mobileye pour 15,3 milliards de dollars. Suite à un accord définitif, le géant américain des puces informatiques va lancer une OPA amicale sur le groupe israélien de haute technologie, spécialisé dans les systèmes d’assistance à la conduite et dans le développement de la voiture autonome. Pour chaque action Mobileye, Intel offrira 63,54 $, soit une prime de 34,4% sur le dernier cours coté vendredi 10 février. A ce niveau, Intel paie Mobileye la bagatelle de 42,7 fois le chiffre d’affaires réalisé en 2016 (358 millions de dollars) et environ 30 fois celui prévu pour 2017 (entre 490 et 505 millions de dollars, en hausse d’environ 40%).

John Wood lance une OPE amicale sur Amec Foster Wheeler. Après accord des conseils d’administration respectifs, le groupe de services pétroliers britannique va pouvoir acquérir son concurrent pour un montant de 2,225 milliards de livres. Pour chaque action Amec Foster Wheeler, il sera proposé 0,75 action de la nouvelle entité, soit l’équivalent de 5,64 livres par titre sur la base du cours au 10 février (7,52 livres). Cette contrepartie fait ressortir une prime de 15,3% sur le cours d’Amec Foster Wheeler et de 28,7% sur la moyenne des 30 dernières séances avant cette date.

Les opérations en cours

En France

Alerte sur les résultats de Zodiac Aerospace : Safran va sans doute revoir sa copie. « Les deux groupes poursuivent leurs négociations exclusives et intègreront dans leurs discussions les conséquences de ces faits nouveaux, indique Safran [notamment une baisse prévisible de 10% du résultat opérationnel courant sur l’exercice en cours, NDLR]. Ils tiendront le marché informé de toute évolution significative de l’opération ». Safran doit agir de manière responsable et annuler immédiatement cette opération, écrit de son côté le fonds TCI au président du conseil d’administration. Ajoutant : « Si vous n’annulez pas l’opération, il sera clair que vous n’êtes pas compétent pour continuer à présider Safran, nous demanderons donc aux actionnaires de Safran de vous démettre du conseil d’administration lors de l’assemblée générale en juin ». En Bourse, les investisseurs anticipent clairement une modification des termes de l’opération. Sur la semaine, Zodiac Aerospace plonge de 18,50%, à 22,28 €, soit à 24,4% en dessous du prix annoncé de l’OPA (29,47 €).

Paref : Oddo Meriten Asset Management se renforce à bon compte. Cette société de gestion a acquis 662 actions au prix de 72,76 €, portant sa participation à 3,4% dans le capital de cette foncière au patrimoine de 167 millions d’euros. Pour mémoire, Paref  a reçu une offre ferme de la part de Fosun Property Holdings qui porte sur l’acquisition, auprès de 4 actionnaires, d’un bloc de contrôle représentant 50,01% du capital, à un prix de 75 € par action, dividende 2016 attaché. En cas d’accord, cette transaction sera suivie d’une OPA simplifiée au même prix de 75 €.

A l’étranger

Time Warner/AT&T : Bruxelles donne son feu vert. La Commission européenne a approuvé l’acquisition de Time Warner (propriétaire des chaînes HBO, CNN et des studios WarnerBros) par l’opérateur AT&T. Selon elle, l’acquisition envisagée ne soulèverait pas de problèmes de concurrence. Pour chaque action Time Warner, les actionnaires recevront 53,75 $ en numéraire et l’équivalent de 53,75 $ en titres AT&T (1,437 action si le cours moyen d’AT&T est inférieur à 37,411 $; 1,3 action si le cours moyen est supérieur à 41,349 $), soit une contrepartie de 107,50 $ par action.

Parmalat : l’OPA de Lactalis se termine mardi 21 mars. Le géant laitier français, qui détient déjà via Sofil 87,74% du capital, a décidé, rappelons-le, de relever le prix de son OPA de 2,8 à 3 € par action, soit une majoration de 7,1%, avec pour objectif le retrait de la cotation de la Bourse de Milan. Ce prix fait désormais ressortir une prime de 16,2% par rapport au cours du 23 décembre 2016, dernière séance avant l’annonce de l’opération, et de 26,2% sur le cours des 12 derniers mois précédents.

Les résultats

Grupo Aeromexico : Delta Air Lines réussit son offre. A la suite de son OPA amicale au prix unitaire de 53 pesos, la compagnie américaine, qui détenait déjà 4,2% de son homologue mexicaine, a acquis 32% du capital, pour un montant d’environ 620 millions de dollars. Toutes les conditions requises, y compris les approbations réglementaires au Mexique, ont été satisfaites. Delta Air Lines détient en conséquence une participation de 36,2% et des options d’achat sur 12,8% supplémentaires, lui permettant de porter son contrôle dans Grupo Aeromexico à 49%.

Sortie de cote

Faiveley Transport : le retrait obligatoire interviendra le 21 mars 2017. A l’issue de la réouverture de l’offre publique, Wabtec France détient désormais 98,56% du capital de l’équipementier ferroviaire. Conformément à son intention exprimée lors de l’offre publique, Wabtec a décidé de mettre en œuvre un retrait obligatoire qui portera sur les 162 898 actions non apportées à l’offre au prix unitaire de 100 €.

Tour de table

Financière Volta : Daniel Saada au-delà des 20%. Ce membre du conseil d’administration, qui est en charge par ailleurs de la gestion immobilière et du développement des centres commerciaux du groupe Cafom, a acquis des titres hors marché lui permettant de détenir 21,45% du capital et des droits de vote. M. André Saada n’envisage pas de réaliser de nouvelles acquisitions, ni de prendre le contrôle de Foncière Volta. Il continuera à faire bénéficier la société de son expertise en matière immobilière, sans en modifier toutefois la stratégie actuelle.

A savoir

Bouygues dément toute discussion avec d’autres opérateurs télécoms. Faisant suite à l’article de La Lettre de l’Expansion du lundi 13 mars, intitulé « Orange-Bouygues : un accord en vue », le groupe Bouygues tient, dans un communiqué laconique, à démentir catégoriquement l’existence de discussions avec d’autres opérateurs en vue d’une consolidation du marché français des télécoms.

SFR Group : le recours d’Altice n’a pas prospéré. Suite à la décision de l’AMF de déclarer non conforme le projet d’OPE, Altice avait déposé un recours auprès de la Cour d’appel de Paris. Or cette dernière a confirmé, mardi 14 mars, la décision de l’AMF. En octobre 2016, l’autorité de régulation avait estimé que les éléments fournis par Altice ne permettaient pas « de considérer que l’information destinée aux actionnaires minoritaires, notamment sur la justification de la parité d’échange retenue, soit complète, compréhensible et cohérente ».

Solocal Group : une association conteste la dispense d’OPA accordée. Dans un communiqué, SolocalEnsemble, association d’actionnaires individuels de l’ex Pages Jaunes, interpelle l’AMF qui « a accordé à un concert de créanciers une incompréhensible dispense d’OPA au cas où post-restructuration ce concert disposerait de plus 30% des actions ». Aussi elle demande à l’AMF de prendre acte que les conditions de la dispense ne sont pas remplies et donc de la déclarer officiellement caduque. Pour en savoir plus : http://www.solocalensemble.com

Philippe Oddo réagit au report probable de la fusion entre les Bourses de Londres et Francfort. « C’est une très bonne nouvelle ! Car nous, clients, n’avons aucun avantage à voir fusionner les opérateurs, explique l’associé gérant d’Oddo BHF, aux Echos. Leurs niveaux de marge sont déjà élevés, avec une facturation abusive des données. Il faut que la concurrence continue à jouer entre les opérateurs boursiers, dans l’intérêt de tous les participants, plutôt que de laisser se constituer des monopoles. L’enjeu de consolidation se trouve plutôt à mon sens dans les chambres de compensation, qui doivent être considérées comme des outils de place ».

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un superbe week-end et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés.