Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. OPA amicales sur IDT et Reis, marque d’intérêt pour Amer Sports (Salomon, Atomic, Wilson…), sans oublier  les opérations en cours (Syntel, APN Outdoor) et les bruits de marché (EDF, Commerzbank, TF1) : la semaine a été riche. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les nouveautés

Renesas Electronics lance une OPA amicale sur Integrated Device Technology. Le fabricant japonais de semi-conducteurs a conclu un accord en vue d’acquérir son concurrent américain pour un montant de 6,7 milliards de dollars afin d’étendre son activité aux puces dédiées aux véhicules connectés et autonomes. Pour chaque action IDT (code IDTI), Renesas Electronics offre 49 $ en espèces, soit une prime de 16,4% sur le dernier cours coté sur le Nasdaq avant l’annonce et une prime de 29,5% par rapport au cours non affecté (par les rumeurs) au 30 août 2018.

Moody’s lance son OPA sur Reis, via sa filiale à 100% Moody’s Analytics Maryland. Suite à un accord entre les deux sociétés, annoncé le 30 août dernier, Moody’s démarre son OPA au prix de 23 $ par action, valorisant la société cotée sur le Nasdaq 278 millions de dollars. L’offre publique expirera le 12 octobre 2018, sauf prolongation ou résiliation anticipée. A noter que Moody’s a conclu des accords avec certains actionnaires de Reis en vertu desquels ils se sont engagés à apporter leurs titres à l’OPA, représentant au total 18% du capital. Reis est l’un des principaux fournisseurs de données sur l’immobilier commercial aux Etats-Unis.

Amer Sports confirme avoir été approché par Anta. Le groupe finlandais (marques Salomon, Atomic, Wilson, Mavic, etc.) confirme avoir reçu une marque d’intérêt préliminaire non contraignante émanant d’un consortium composé du chinois Anta Sports Products et de la société asiatique de capital-investissement FountainVest Partners en vue d’acquérir la totalité du capital. Au regard de cette marque d’intérêt, les actionnaires d’Amer Sports seraient en droit de recevoir 40 € par action, soit une prime de 39% sur le dernier cours avant l’annonce, valorisant la société 4,6 milliards d’euros. « A l’heure actuelle, est-il précisé, Amer Sports n’est engagé dans aucune négociation avec le consortium et n’a pris aucune décision ».

Les opérations en cours

Atos et Syntel ont reçu l’autorisation du CFIUS. Atos, leader international de la transformation digitale, annonce avoir été informé que l’examen par le Comité pour l’investissement étranger aux États-Unis (CFIUS) de son projet d’acquisition de Syntel est terminé et qu’il n’y a pas de problèmes de sécurité nationale non résolus concernant l’opération. Cet agrément était la dernière autorisation réglementaire en suspens avant la réalisation de l’opération. L’opération reste soumise à l’approbation des actionnaires de Syntel lors de l’assemblée extraordinaire prévue le 1er octobre 2018. L’opération devrait ensuite être réalisée au début du 4e trimestre 2018.

APN Outdoor : JCDecaux fait le point. Le numéro un mondial de la communication extérieure informe que la « Federal Court of Australia » a rendu une décision approuvant la diffusion de la note d’information à l’attention des actionnaires relative à l’acquisition de la société APN Outdoor Group par le biais d’un « scheme of arrangement ». Les actionnaires d’APN Outdoor se prononceront sur ce « scheme of arrangement » lors de l’assemblée générale qui se tiendra à 10h (heure de Sydney), le lundi 15 octobre 2018, chez PricewaterhouseCoopers, One International Towers, Watermans Quay, Barangaroo, Sydney NSW, Australie.

Les résultats

Altamir : Amboise détient plus des deux tiers du capital. A l’issue de l’offre publique d’achat rouverte au prix de 16,71 € par action, close le 7 septembre 2018, cette société de private equity a porté son contrôle de 61,10% à 68,71% du capital. Amboise s’est engagée à faire ses meilleurs efforts en fonction des conditions de marché afin de reclasser la part des actions ordinaires représentant plus de 65% dans les 6 mois suivant le règlement-livraison de l’offre rouverte, et d’accroître ainsi le flottant. Le règlement-livraison interviendra à partir du 20 septembre 2018.

Sortie de cote

Naturex : le retrait obligatoire interviendra le 18 septembre 2018. Il portera sur 182.374 actions du spécialiste des ingrédients naturels de spécialité d’origine végétale, représentant 1,90% du capital et des droits de vote, au prix unitaire de 135 €. Euronext Paris publiera le calendrier détaillé de la mise en œuvre du retrait obligatoire et la date de radiation des actions Naturex.

CGG demande le retrait de ses ADS de la Bourse de New York. Le groupe parapétrolier estime que les coûts associés au maintien de la cotation et de l’enregistrement dépassent les avantages reçus, étant donné que la principale place de cotation de CGG est Euronext Paris. A cette fin, CGG a l’intention de déposer un formulaire Form 25 auprès de la SEC, le 21 septembre 2018, pour effectuer le retrait de la cotation sur le NYSE et a l’intention de déposer un formulaire Form 15F auprès de la SEC, le 1er octobre 2018, pour mettre fin à ses obligations de reporting.

A savoir

AXA a finalisé l’acquisition de XL Group, un des leaders mondiaux de l’assurance dommages des entreprises et de la réassurance, bénéficiant d’une forte présence en Amérique du Nord, sur le marché du Lloyd’s, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. La réalisation de l’opération fait suite à l’obtention des conditions habituelles de clôture, incluant l’accord des actionnaires du Groupe XL et l’obtention de l’ensemble des autorisations règlementaires. En lien avec la finalisation de l’acquisition, la négociation des actions ordinaires du Groupe XL a cessé avant l’ouverture du marché, le 12 septembre, et elles seront radiées du New York Stock Exchange et du Bermuda Stock Exchange.

BPCE prêt à racheter plusieurs activités de Natixis pour 2,7 milliards d’euros, à savoir les métiers Affacturage, Cautions & garanties, Crédit-bail, Crédit à la consommation et Titres. Cette opération se traduirait par le versement aux actionnaires de Natixis d’une distribution exceptionnelle pouvant atteindre 1,5 milliard, sauf projet d’acquisition importante d’ici à la clôture de la transaction. Les administrateurs indépendants de Natixis, informés du projet d’opération, ont désigné Morgan Stanley en tant qu’attestateur d’équité en relation avec l’opération. La réalisation de l’opération est attendue pour la fin du 1er trimestre 2019.

Bruits de marché

EDF : le scénario d’une scission est relancé. L’action du leader de l’énergie a gagné 2,4% lundi 10, à 14,85 €, portant sa plus-value à 46,1% depuis le début de l’année. Dans un entretien au journal Le Monde, François de Rugy, nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, estime que le statu quo sur l’architecture d’EDF « n’est pas dans l’intérêt de l’Etat et de l’entreprise ». Et d’ajouter : « J’ai quelques idées sur la question. On en reparlera avec le président de la République, avec le Premier ministre, avec les principaux concernés. Je ne suis pas pour le changement par principe », tempère toutefois François de Rugy.

Commerzbank très entourée à Francfort. L’action du 2e groupe bancaire allemand s’adjuge 5% sur la semaine, à 8,82 €, réduisant sa moins-value à 29,4% depuis le 1er janvier. A l’origine de ce regain d’intérêt, une information du magazine Der Spiegel selon lequel la Deutsche Bank et la Commerzbank seraient ouverts à l’idée d’une fusion, mais sans être d’accord sur le timing. Et ce d’autant que, comme l’indique Der Spiegel, le ministre des finances allemand, Olaf Scholz, s’est lui aussi déclaré prêt à envisager un rapprochement entre les deux premières banques allemandes.

TF1 activement recherchée cette semaine. L’action de la première chaîne de télévision a bondi de 6,3%, à 9,25 €. Alors qu’il était interrogé sur les perspectives de rapprochement dans le secteur en Europe, Pier Silvio Berlusconi, fils de l’ancien président du Conseil et vice-président de Mediaset, a déclaré travailler sur « quelque chose de grand et de complexe », sans donner davantage de précisions. Ces propos ont déclenché un mouvement de spéculation sur TF1, vu comme un acteur susceptible de participer à ces grandes manœuvres. Interrogée par l’agence Reuters, une porte-parole de TF1, filiale de Bouygues, a toutefois déclaré qu’il n’y avait pas de discussions en cours sur une opération majeure avec Mediaset.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end lumineux et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés