Rififi en perspective

WeWork porte plainte contre SoftBank pour avoir renoncé à son OPA. Le conseil d’administration du géant américain des bureaux partagés a déposé un recours devant la Cour du Delaware en faisant valoir que SoftBank Group a manqué à ses obligations en vertu de l’accord-cadre de transaction en ne réalisant pas l’OPA. Selon WeWork, la décision de SoftBank « constitue à la fois une rupture de contrat et une violation de l’obligation fiduciaire envers les actionnaires minoritaires de WeWork, dont des centaines d’actuels et d’anciens employés ». SoftBank, holding japonais centré sur les télécoms, a annoncé début avril la fin de son offre d’un montant de 3 milliards de dollars, lui permettant de porter sa part jusqu’à 80% du capital de WeWork, car certaines conditions n’étaient pas satisfaites.