Les points sur les i

Covéa répond à la Scor. Le conseil d’administration de Covéa s’est réuni le 30 janvier 2019 pour examiner la situation résultant des accusations et des procédures judiciaires engagées par Scor. Après en avoir pris connaissance, « le conseil d’administration de Covéa rejette fermement l’ensemble des accusations infondées proférées par Scor et réaffirme son soutien unanime à Thierry Derez et à son action », déclare l’assureur qui opère en France via les marques GMF, MAAF et MMA.

« Covéa fera valoir tous ses droits pour la défense de ses intérêts face à la grave atteinte réputationnelle résultant des mises en causes inacceptables de Scor, s’inscrivant dans une volonté manifeste d’instrumentalisation de la justice ». Et d’ajouter : « Les actions médiatiques et maintenant judiciaires engagées par Scor à l’encontre de Covéa, en seule réponse à une proposition amicale d’engager des discussions en relation avec un projet de rapprochement visant à constituer un groupe d’assurance d’ancrage français d’envergure mondiale, interrogent sur la défense de l’intérêt social de Scor et de l’intérêt de ses actionnaires ».

« Les manœuvres et procédures engagées par Scor, d’une agressivité inédite, portent une atteinte grave à l’image de la place de Paris, tant pour les actionnaires significatifs participant aux organes de gouvernance, qu’aux investisseurs qui ont été privés de la possibilité d’une proposition de valeur attractive dans le cadre d’un projet amical », conclut Covéa qui rappelle détenir 8,17% du capital de Scor.