Les points sur les i

Sprint et T-Mobile US renoncent à fusionner. Les 3e et 4e opérateurs de téléphonie mobile, filiales respectives de Softbank et de Deutsche Telekom, n’ont « pas été en mesure de trouver des conditions mutuellement acceptables » pour cette opération, comme le précise un communiqué. En cas d’accord, cette fusion aurait rebattu les cartes d’un secteur, actuellement dominé par AT&T et Verizon, mais qui aurait dû passer sous les fourches caudines des autorités américaines de régulation.