Les points sur les i

Sunrise Communications s’oppose à Freenet. L’opérateur télécoms suisse a défendu son projet d’acquisition, pour 6,3 milliards de francs (dette incluse), d’UPC, la filiale helvétique de Liberty Global, fustigeant son principal actionnaire, qui s’est dit opposé à cette transaction.Freenet, qui détient 24,5% de Sunrise, a déclaré qu’il voterait contre le projet d’augmentation de capital de 4,1 milliards de francs suisses envisagé pour financer l’opération, estimant que celle-ci n’était pas favorable aux actionnaires. « Sunrise considère que Freenet est guidé par ses propres contraintes financières à court terme », déclare l’opérateur suisse. Ajoutant sans détour : « le conseil recommande aux actionnaires de traiter les commentaires de Freenet avec le scepticisme approprié et de ne pas tolérer le comportement égoïste de Freenet en soutenant sa tentative de rejeter une transaction stratégiquement convaincante et génératrice de valeur ».