Verbatim

Electricité et Eaux de Madagascar fait un nouveau point. En complément de son communiqué du 29 janvier 2020, la société informe le marché que le Tribunal de Commerce de Paris a décidé de renvoyer au 6 mars prochain l’étude de la demande en rétractation de l’ordonnance non contradictoire obtenue par le concert Wyser-Pratte. Le 3 février 2020, le président du conseil d’administration a demandé à Madame Leloup-Thomas d’ajourner purement et simplement la tenue de l’assemblée générale qu’elle a convoquée. Il lui  a également précisé que cette décision serait nécessairement prise par le Bureau de l’assemblée générale.

Le Mandataire Judiciaire a indiqué que le concert Wyser-Pratte lui ayant notifié, que le président du conseil d’administration ne pourrait présider le Bureau de l’assemblée générale compte tenu de la décision judiciaire l’ayant désignée, elle se verrait contrainte de prendre elle-même la présidence du Bureau.

L’Autorité des Marchés Financiers a invité la société à entreprendre toutes démarches relatives « à la nécessité de suspendre la cotation avant l’ouverture des Marchés le 4 février 2020 ». Cette situation conduit « le Président et la majorité des Administrateurs à considérer que la participation à une Assemblée Générale manifestement entachée de multiples  nullités, n’est pas envisageable ni même souhaitable pour le bon fonctionnement de la Société ».

Un huissier de justice accompagné d’une sténotypiste a été désigné par la Société afin de prendre note de l’intégralité des débats dans le but d’engager toutes actions en responsabilité qu’il s’avérerait utile ou nécessaire de prendre à l’encontre de toutes personnes. Mardi 4 février 2020, le conseil d’administration déposera une nouvelle requête tendant à faire désigner un administrateur provisoire dans le but de préserver les droits de tous les actionnaires.