Verbatim

Rougier cède ses activités forestières et industrielles au Cameroun et en République Centrafricaine. Dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire de Rougier Afrique International, le Tribunal de commerce de Poitiers a autorisé, lors de l’audience du 13 juillet dernier, l’ensemble du processus de vente au Cameroun de la Société forestière et industrielle de la Doumé (SFID), de la Société Cambois, de la Société Sud Participation et en Centrafrique de la Société Rougier Sangha-Mbaéré (RSM).

Les sociétés SFID, Cambois, Sud participation et RSM ont été acquises par la société Sodinaf (Société de distribution nouvelle d’Afrique) suite aux signatures définitives effectuées le 16 juillet à Douala. Cette entreprise camerounaise a été choisie pour la qualité de son projet qui contribuera à assurer la pérennité des activités cédées.

La réalisation de cette opération de cession permet de rationnaliser le portefeuille d’activités du Groupe.  Rougier, qui entend rester un acteur important dans sa filière, peut ainsi poursuivre son recentrage géographique dans de meilleures conditions.

Pour rappel, depuis le 12 mars 2018, la holding cotée Rougier SA a été placée en procédure de sauvegarde et RAI en redressement judiciaire afin de mettre en œuvre des actions importantes de restructuration. Les autres sociétés françaises et africaines du Groupe ne sont pas concernées, la filiale française d’importation, Rougier Sylvaco Panneaux, disposant notamment de sa propre autonomie économique et financière.

A la suite de l’audience du 13 juillet 2018, le Tribunal de Commerce de Poitiers a pris en considération les restructurations intervenues et les avancées des deux sociétés Rougier SA et Rougier Afrique International. Le Tribunal a ainsi autorisé la poursuite de la période d’observation des deux sociétés pour leur permettre de finaliser le projet de plan et le soumettre à leurs créanciers.

La cotation des actions Rougier sur Euronext Growth reste toujours suspendue jusqu’à nouvel avis.