Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. Pas de nouvelle offre formelle à signaler, mais des discussions avec des investisseurs (Technicolor, Flybe), des bruits de marché (Unicredit) et beaucoup d’avancées dans les opérations en cours (Affine/Tour Eiffel, Locindus, Intu Properties, Shire). Voici ce qu’il faut en retenir.

Les opérations en cours

En France

Projet de fusion Affine/Tour Eiffel : le document E est disponible. Les deux sociétés annoncent la mise à disposition du document d’information établi dans le cadre du projet de fusion‐absorption d’Affine par STE (sur la base d’une parité d’échange d’une action nouvelle STE pour trois actions Affine). Ce document a été enregistré le 16 novembre 2018 auprès de l’Autorité des marchés financiers. Le projet de fusion sera soumis à l’approbation des actionnaires qui seront réunis en assemblées générales extraordinaires le 18 décembre 2018. La réalisation de la fusion reste également soumise à l’obtention d’une décision de l’AMF constatant l’absence d’obligation de déposer une offre publique de retrait.

Locindus  désigne le cabinet Ledouble en tant qu’expert indépendant. Suite à l’annonce d’une offre publique de retrait au prix de 25 € par action, initiée par le Crédit Foncier de France, le conseil d’administration de Locindus a décidé de nommer le cabinet Ledouble, représenté par Mme Agnès Piniot et M. Sébastien Sancho, en qualité d’expert indépendant. Le cabinet sera chargé d’établir un rapport sur les conditions financières de l’OPR et de l’éventuelle procédure de retrait obligatoire.

A l’étranger

Intu Properties accorde un délai aux investisseurs pour déposer leur OPA. Le consortium composé de Peel Group, contrôlé par John Whittaker, du conglomérat saoudien Olayan et du canadien Brookfield Asset Management a désormais jusqu’au 30 novembre 2018 pour déposer son offre au prix de 215 pence par titre (dividende attaché). Ce qui valorise le groupe foncier britannique, spécialisé dans les centres commerciaux, près de 3 milliards de livres sterling (soit 3,3 milliards d’euros). Cette nouvelle fenêtre a pour objectif de donner au consortium suffisamment de temps pour mener à bien le processus de financement de l’acquisition.

Bruxelles autorise, sous conditions, l’acquisition de Shire par Takeda. L’enquête de la Commission européenne s’est concentrée sur les traitements de la maladie inflammatoire de l’intestin, et en particulier sur les traitements biologiques de la maladie, pour lesquels les activités de Shire et de Takeda se chevauchent. Afin de dissiper les inquiétudes de la Commission en matière de concurrence, Takeda a proposé que le produit actuellement développé par Shire et qui devrait concurrencer l’Entyvio soit cédé, avec les droits liés à son développement, à sa fabrication et à sa commercialisation, à un acquéreur qui serait disposé à mettre au point le médicament. La décision est subordonnée au respect des engagements contractés.

Les résultats

Axa : succès de l’offre secondaire d’actions ordinaires d’Axa Equitable Holdings (EHQ). Axa a annoncé le succès d’une offre secondaire de 60.000.000 actions de sa filiale américaine EQH, à 20,25 $ par action, et la cession à EQH de 30.000.000 actions au prix payé par les banques du syndicat dans le cadre de l’offre. Le produit net correspondant à la cession de titres et au rachat d’actions s’élève à 1,8 milliard de dollars. A l’issue de cette cession, la participation d’Axa au capital d’EQH passe de 72,2% des actions ordinaires d’EQH en circulation à 59,3%. Axa a également consenti aux banques du syndicat une option permettant l’acquisition de 9.000.000 actions supplémentaires d’EQH dans un délai de 30 jours.

TxCell : la sortie de cote ne fait plus guère de doute. Sangamo Therapeutics a franchi en effet, le 22 novembre 2018 (la veille de la clôture de l’OPA simplifiée), le seuil de 95% et détient désormais 95,05% du capital et des droits de vote de cette société spécialisée dans le développement des immunothérapies cellulaires. Or le laboratoire américain avait prévenu que, si les conditions requises étaient remplies, il demanderait la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

A savoir

Genfit : offre d’ADS et placement privé en vue. La société biopharmaceutique a annoncé son intention de procéder à une offre au public de ses actions ordinaires, sous la forme d’American Depositary Shares (ADS), aux Etats-Unis et a soumis un projet de document d’enregistrement auprès de la SEC. Dans le même temps, Genfit a l’intention de procéder à un placement privé en dehors des Etats-Unis, principalement en Europe, y compris en France. Le calendrier, le nombre d’actions et d’ADS, ainsi que le prix des titres à émettre dans le cadre de l’offre au public et du placement privé envisagés, n’ont pas encore été déterminés.

Télécoms : Orange ne sera a priori pas le moteur d’une consolidation. « Cela poserait un problème aux autorités de régulation », explique Stéphane Richard, PDG d’Orange, dans un entretien au journal Les Echos. « En Europe, il y a eu des exemples de fusion entre opérateurs télécoms, mais jamais on n’a vu l’opérateur historique, numéro un de son marché, prendre l’initiative d’un rapprochement. Ce sont généralement les autres acteurs du marché qui fusionnent. C’est vrai que j’ai tenté le coup d’un rapprochement entre Orange et Bouygues Télécom en 2016, mais je ne suis pas prêt à le refaire aujourd’hui ».

Fusions & acquisitions : le prix d’acquisition des PME non cotées européennes se stabilise à un niveau historiquement haut. Au 3e trimestre 2018, l’indice Argos Mid-Market s’établit à 9,8 fois l’Ebitda, contre 9,9 fois au trimestre précédent. « Les prix ont été portés par la reprise de l’activité M&A Mid-Market de la zone euro au 3e trimestre, qui retrouve son niveau de 2017 après une baisse des volumes en début d’année », observe la société de capital investissement Argos Wityu. Et d’ajouter : « Le contexte d’instabilité politique en Europe et de tensions commerciales interna­tionales n’a pas eu d’impact significatif sur les prix du non coté, alors qu’à l’inverse la valorisation des sociétés cotées du Mid-Market a baissé de 5% à 9 fois l’Ebitda ».

Bruits de marché

Unicredit très entourée à la Bourse de Milan. L’action du groupe bancaire italien, dirigé par Jean-Pierre Mustier, se stabilise à 10,76 €, en recul de 30,3% depuis le début de l’année. Selon le quotidien financier Il Sole 24 Ore, Unicredit étudierait un plan prévoyant la scission de ses activités domestiques et internationales. Cela, afin de protéger les actionnaires des risques liés à l’Italie, actuellement en plein de bras de fer avec Bruxelles sur la question du déficit budgétaire. « La banque ne commente pas les rumeurs de marché et les spéculations », a répondu un porte-parole de la banque.

Flybe s’envole à la Bourse de Londres. Vendredi, l’action de la compagnie aérienne régionale a gagné 71,3%, à 16,55 €, réduisant son recul à 47,5% depuis le début de l’année. Selon Sky News, Virgin Atlantic Airways serait en négociations pour acquérir Flybe qui pèse seulement 27 millions de livres sterling en Bourse. Selon les sources de la chaîne de télévision en continu, un partenariat avec Flybe permettrait « d’alimenter le trafic passagers sur le réseau longue distance de Virgin Atlantic et d’accéder à de précieux créneaux de décollage et d’atterrissage à l’aéroport de Londres Heathrow ».

Les points sur les i

Technicolor confirme des discussions « à un stade préliminaire ». Suite aux rumeurs faisant état d’une mise en vente totale ou partielle (notamment l’activité « Maison connectée »), le spécialiste des technologies de l’image explique qu’il évalue régulièrement les options stratégiques envisageables pour ses activités, que ce soit sous forme d’acquisitions, de rapprochements ou de cessions. Ceci peut passer par des discussions avec des concurrents ou avec des investisseurs financiers. A cet égard, Technicolor souligne que les discussions sont à un stade préliminaire. Aucune décision stratégique ou engagement n’a été pris. L’action cède 12,5%, à 0,94 €.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end enjoué et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés