Inside

OPA, OPE, fusions, rumeurs… La synthèse de la semaine. La prise de contrôle de Lagardère par Vivendi s’accélère, Saint-Gobain se renforce à l’international avec une OPA à clé sur GCP Applied Technologies et CSC lance une OPA amicale sur Intertrust. Tout ce qu’il faut savoir, en n’oubliant pas les offres en cours (Devoteam, Fauvet-Girel, Suez), les changements de tour de table (L’Oréal) et les rumeurs (Ageas, Carrefour).

Les nouveautés

Lagardère : Vivendi accélère le processus d’acquisition. Vivendi va acquérir dans les prochains jours les actions Lagardère détenues par Amber Capital, représentant 17,5% du capital, en exécution des accords rendus publics le 15 septembre 2021. Vivendi détiendra ainsi 45,1% du capital de Lagardère. Du fait de la réalisation de cette acquisition, Vivendi déposera auprès de l’AMF un projet d’OPA visant toutes les actions Lagardère qu’elle ne détient pas au prix de 24,10 € par action, prix identique à celui payé à Amber Capital. Le dépôt du projet d’offre est prévu d’ici février 2022. Vivendi n’a pas l’intention de mettre en œuvre un retrait obligatoire à l’issue de son offre.

Saint-Gobain lance une OPA amicale sur GCP Applied Technologies. Les deux groupes spécialisés dans les matériaux de construction ont conclu un accord pour un prix en numéraire de 32 $ par action, qui correspond à une valeur d’entreprise de 2,3 milliards de dollars (soit environ 2 milliards d’euros). Cette acquisition constitue une étape décisive pour positionner Saint-Gobain comme un leader mondial de la chimie de la construction – avec un chiffre d’affaires total de plus de 4 milliards d’euros – et renforce sa stratégie en tant que leader mondial de la construction durable, explique le groupe français. Le prix convenu représente une prime de 39% par rapport à la moyenne pondérée des 30 dernières séances précédant le 30 novembre 2021.

Corporation Service Company lance une OPA amicale sur Intertrust. A la suite d’un accord, l’un des principaux fournisseurs de services aux entreprises (juridiques, fiscaux, numériques), basé à Wilmington (Delaware), va pouvoir acquérir le groupe néerlandais de services financiers pour un montant de 1,8 milliard d’euros. Pour chaque action Intertrust, CSC offrira 20 € par action. Ce prix fait ressortir une prime de 59% par rapport au cours du 11 novembre 2021 (par suite, un rachat de la part de CVC Capital Partners a été évoqué) et une prime de 54% par rapport à la moyenne des 90 dernières séances avant cette date. Le siège social d’Intertrust Group restera à Amsterdam, aux Pays-Bas. Un premier projet de note d’information sera soumis à l’AFM au plus tard en février 2022 avec une réalisation de l’offre prévue au second semestre 2022.

Les offres en cours

Devoteam : l’OPA simplifiée est ouverte jusqu’au 22 décembre 2021. MM. Godefroy et Stanislas de Bentzmann, par l’intermédiaire de la société Castillon, qui détiennent 85,05% du capital, ont décidé de renforcer leur contrôle sur Devoteam en lançant une offre publique sur les actions non détenues. L’offre est proposée à un prix de 168,50 € par action, représentant une prime de 23,2% par rapport au cours de clôture du 13 octobre 2021 et de 28% par rapport à la moyenne des 30 dernières séances. A noter que le prix de l’offre actuel est supérieur de 71,9% à celui de l’OPA, lancée le 20 octobre 2020.

Fauvet-Girel : le projet de note en réponse à l’OPA simplifiée a été déposé. Il contient notamment le rapport du cabinet Crowe HAF, mandaté le 10 novembre 2021 par le conseil d’administration de la société. Pour rappel, Advanced Biological Laboratories (ABL) a déposé son projet d’offre publique visant les actions de cette « coquille » qui n’exerce plus aucune activité depuis 2018. ABL, qui détient désormais 96,70% du capital, s’engage à acquérir les actions non détenues au prix de 15,90 € par action, faisant ressortir une décote de 27,1% sur le dernier cours coté avant l’annonce, mais une prime de 51,2% sur l’actif net comptable au 11 octobre 2021 (10,51 € par action).

Suez : Veolia étudiera des solutions pour préserver la concurrence. L’Autorité britannique de la concurrence a annoncé, le 7 décembre, qu’elle pourrait soumettre l’acquisition de Suez par Veolia à une enquête approfondie, en raison d’un risque de baisse de la concurrence sur plusieurs marchés au Royaume-Uni. « Soucieux d’apporter la meilleure réponse aux préoccupations de la CMA, Veolia entend étudier, dans les prochains jours, un ensemble de remèdes qui serait de nature à rassurer l’autorité britannique et à démontrer à nos clients, comme à nos concurrents, que l’opération peut aller à son terme sans altérer l’équilibre actuel des marchés », a indiqué le groupe.

Les résultats

GrandVision : EssilorLuxottica frôle les 100% à l’issue de son OPA. Pendant la période d’acceptation, qui a pris fin le 3 décembre 2021, 13,06% des actions ont été apportées. Ce faisant, EssilorLuxottica détiendra 99,73 % du capital de GrandVision. Les actionnaires qui n’ont pas apporté leurs actions pendant la période d’acceptation auront la possibilité de les apporter aux mêmes conditions que l’offre, durant la période post-acceptation qui débutera le 7 décembre et prendra fin le 20 décembre 2021. Détenant plus de 95% des actions, EssilorLuxottica a l’intention de procéder au retrait des actions GrandVision de la cotation sur Euronext Amsterdam dès que possible.

Sorties de cote

Artefact : le retrait obligatoire interviendra le 21 décembre 2021. Il portera sur 2.142.150 actions au prix unitaire de 7,80 €, représentant 6,27% du capital de cette agence spécialisée dans le conseil en stratégie data et dans le marketing digital. La suspension de la cotation est maintenue jusqu’à la mise en œuvre du retrait obligatoire.

Tour de table

L’Oréal rachète 4% de ses propres actions auprès de Nestlé pour 8,9 milliards d’euros. Le prix de l’action retenu pour cette opération est de 400 €, soit une décote de 5,8% par rapport au cours de clôture du 7 décembre 2021. Le prix total payé à Nestlé s’élèvera ainsi à 8 904 millions d’euros. Après annulation des actions rachetées, la participation de Nestlé au capital de L’Oréal sera réduite de 23,3% à 20,1%. L’ensemble des autres actionnaires bénéficieront d’un effet relutif dans les mêmes proportions, y compris la famille Bettencourt Meyers, dont la participation au capital de L’Oréal augmentera de 33,3% à 34,7%. L’AMF a accordé une dérogation à la famille Bettencourt Meyers à l’obligation de déposer une offre publique du fait du franchissement du seuil d’un tiers du capital et des droits de vote de la société.

A savoir

CMA CGM en passe d’acquérir l’activité Commerce & Lifecycle Services (CLS) d’Ingram Micro. Les deux groupes ont signé un accord en ce sens, qui inclut Shipwire et les activités de logistique de l’entreprise en Amérique du Nord, en Europe, en Amérique latine et en Asie-Pacifique. Ingram Micro conservera la partie restante des activités de CLS. La valeur d’entreprise de l’opération est de 3 milliards de dollars. L’activité CLS acquise auprès d’Ingram Micro est spécialisée dans la logistique contractuelle pour le e-commerce et la gestion des commandes omnicanales. Par cette acquisition, CMA CGM entend renforcer sa position de leader mondial dans le transport maritime et la logistique. La clôture de l’opération devrait intervenir au premier semestre 2022.

Bruits de marché

Ageas reste dans les radars. Selon l’agence Bloomberg, le consortium suédois BE Group n’aurait pas renoncé à ses projets et s’intéresserait toujours au groupe d’assurances belge. Chez Ageas, un porte-parole affirme que le groupe ne répond pas aux rumeurs de marché. En septembre 2020, Ageas avait déjà réagi à la couverture médiatique. A cette époque, Ageas avait confirmé avoir été contacté par des représentants de BE Group avec une offre indicative et très conditionnelle. Le conseil d’administration d’Ageas avait examiné cette offre indicative, mais l’avait jugée irréaliste et avait donc décidé de ne pas y donner suite. Après un sursaut lundi, l’action termine la semaine en baisse de 3,5%, à 45,64 €.

Carrefour de nouveau porté par les rumeurs. L’action du groupe de distribution, dirigé par Alexandre Bompard, s’adjuge 2,9% vendredi, à 15,58 €. À l’origine de ce nouvel accès de fièvre, on trouve le site britannique Betaville qui croit savoir que Carrefour est toujours candidat à un rapprochement. Pour rappel, à la mi-janvier 2021, le groupe canadien Couche-Tard avait soumis à Carrefour une lettre d’intention non-engageante en vue d’un rapprochement amical sur la base d’un prix de 20 € par action. Mais, après le refus de l’Etat, Couche-Tard avait jeté l’éponge. En octobre, Carrefour avait refusé, de son côté, une prise de contrôle par Auchan, via une offre au prix de 21,50 € l’action, dont plus de 70% en numéraire, mais jugée trop complexe par les actionnaires de référence de Carrefour.

L’équipe du Journal des OPA vous souhaite un week-end divertissant et vous remercie de votre fidélité.

© Médiange. Tous droits réservés

Partager