L'offre du jour

JMBE et Aérowatt s’unissent. Dans un environnement juridique pour le moins incertain, l’union fait aujourd’hui la force en matière d’énergies renouvelables. Après avoir envisagé un rapprochement avec le suisse Kleinkraftwerk Birseck (KKB), Aérowatt s’est finalement tourné vers le français JMB Energie pour conclure un accord industriel. Dans ce cadre, ce producteur indépendant d’électricité a acquis 60,09% du capital d’Aérowatt auprès de ses trois principaux actionnaires (Demeter Partners, Omnes Capital et Viveris Management) pour un montant de 21,5 millions d’euros, soit 18 euros par action.

Dans la foulée, JMB Energie (contrôlé par Jean-Marc Bouchet, via Lucia Holding) a donc déposé, le 21 février, un projet d’OPA simplifiée au même prix de 18 euros. Cette offre fait apparaître une prime de 40,6% sur le cours du 6 janvier 2012 – dernière séance avant la révélation de négociations exclusives avec KKB – et de 33,7% sur la moyenne pondérée des 3 mois précédents. Il reste toutefois inférieur à son prix d’inscription sur le marché libre (28,74 euros), en novembre 2006, et plus encore à celui de son transfert sur Alternext (39 euros), le 31 octobre 2008.

Conformément au protocole du 1er août 2012, JMBE est assuré d’acquérir 4,97% supplémentaire de la part de deux fonds, dont Viveris Management assure la gestion. Sous réserve du feu vert de l’AMF, l’offre devrait se dérouler du 7 mars au 3 avril 2013, avec, le cas échéant, la mise en œuvre d’un retrait obligatoire.

JMBE intervient dans toutes les étapes du développement de centrales éoliennes, solaires, biogaz et hydroélectriques depuis l’identification des sites jusqu’à la vente d’électricité, en exploitant 65 centrales représentant 109,7 MW. Pour son dernier exercice clos le 30 juin 2012, son chiffre d’affaires s’est élevé à 38 millions d’euros.

Le nouvel ensemble JMB Energie/Aérowatt créerait le premier acteur indépendant en France, exploitant un parc installé de 250 MW et générant un chiffre d’affaires lié à la vente d’énergie, estimé à plus de 60 millions d’euros à fin 2012. Il serait présent sur l’ensemble de la chaîne dans les 4 secteurs les plus représentatifs (éolien, solaire photovoltaïque, hydraulique et biomasse), tant en Métropole qu’en Outre-mer. L’enjeu sera alors de croître dans le cadre de nouvelles procédures d’appel d’offres et dans un contexte tarifaire instable.

G.B.

© Médiange. Tous droits réservés.

Partager