Les points sur les i

Scor toujours attaché à son indépendance. A l’occasion de la publication des résultats pour les neuf premiers mois de l’année, Denis Kessler, président du groupe de réassurances, a réaffirmé son opposition à l’offre de Covéa, qui avait été formulée fin août au prix de 43 € par action. « A l’unanimité, le conseil d’administration ne souhaite pas que Scor devienne une filiale de Covéa », a-t-il déclaré. « Nous souhaitons garder l’indépendance du groupe. Nous considérons que l’offre qui a été formulée au mois d’août était une offre hostile », en précisant qu’aucune nouvelle offre n’avait été proposée depuis par Covéa. Dans un souci d’apaisement, rappelons-le, Thierry Derez, son PDG, a décidé de se mettre en retrait temporaire du conseil d’administration de Scor, jusqu’à l’assemblée générale appelée à se réunir en 2019.