Lu dans la presse

Ardian justifie son offre de reprise. « En reprenant Suez France et plusieurs activités à l’international encore à définir, nous réduisons considérablement le chèque que doit faire Veolia pour son OPA ainsi que son endettement pour réaliser l’opération, explique dans Le Journal du Dimanche Mathias Burghardt, à la tête de l’activité Infrastructure d’Ardian. Nous apportons aussi une solution à ses problèmes de concurrence auprès des autorités qui pourraient être saisies. Et nous préservons l’emploi ; c’est pour cela que les salariés de Suez soutiennent notre projet ». « Notre offre n’a de sens que jusqu’au 19 avril. Les actionnaires auront entre leurs main la décision finale lors de l’assemblée ».