Lu dans la presse

« Il n’y a que des bouts de Vivendi qui pourraient théoriquement nous intéresser, Canal+ et Telecom Italia », explique Stéphane Richard, PDG d’Orange, dans un entretien au Journal du Dimanche. « Or, un rapprochement capitalistique avec Canal est exclu pour le moment. Quant à un rachat éventuel de Telecom Italia, qui n’est pas à l’ordre du jour, je préfère mettre nos ressources dans de nouveaux métiers plus générateurs de croissance ». Ajoutant : « Les conditions [pour une consolidation du secteur des télécoms à trois] ne sont pas réunies. Il y a trop de défiance entre les acteurs, en particulier entre Bouygues et Free. Et Bouygues est le seul à pouvoir faire bouger les choses ».