Verbatim

Vivendi prend acte de la décision d’un tribunal de Milan qui a rejeté aujourd’hui les demandes de Vivendi et Simon Fiduciaria de suspendre les résolutions adoptées par les assemblées générales des actionnaires de Mediaset des 4 septembre 2019 et 10 janvier 2020 relatives au projet de fusion MediaForEurope.

Le Tribunal, statuant en référé, s’est limité à évaluer les conséquences d’une suspension du processus de fusion pour les deux parties. Il a conclu que le préjudice pour Vivendi ne serait pas irréparable dans la mesure où il pourrait prétendre à des dommages et intérêts.

Vivendi est convaincu que les récentes décisions et opinions judiciaires, notamment celle de l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) rendue en décembre 2019, lui donneront finalement raison. Il continue donc à défendre fermement sa position via tous les moyens légaux. Une audience devant un tribunal d’Amsterdam aura lieu le 10 février 2020 et d’autres actions en référé ou sur le fond ont déjà ou seront engagées en Italie et en Espagne.

Vivendi reste pleinement convaincu que le projet de fusion Mediaset porte gravement atteinte aux intérêts des actionnaires minoritaires. Il continue également de penser que la décision du conseil d’administration de Mediaset d’exclure à plusieurs reprises certains actionnaires minoritaires du vote, en s’appuyant sur une interprétation de la loi italienne sur les médias qui a été sévèrement contestée par l’avocat général de la CJUE, sera finalement rejetée devant les tribunaux.